Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Préparer son entretien d'embauche: les conseils d'une recruteuse

15 février 2017 par Banque Nationale
Conseils pour préparer son entretien d'embauche

Vous avez un entretien d'embauche? Félicitations! Voici les astuces d’une spécialiste du recrutement pour vous préparer en vue de cette rencontre déterminante.

Contenu

Le secret: être bien préparé

« En entrevue, tout est évalué. Du premier bonjour jusqu’au moment de se dire au revoir », dit d’entrée de jeu Marie Nolwenn Trillot, présidente de la firme de recrutement TOTEM.

Ceci ne veut pas dire que le recruteur est en quête du candidat parfait en tout point. Il cherche plutôt la personne qui remplira au mieux le poste à pourvoir et qui saura s’intégrer à la culture de l’entreprise.

Comme candidat, vous devez donc vous préparer à convaincre le comité de sélection que votre parcours (études, expériences de travail, connaissances techniques et compétences transférables) fait de vous la personne qu’il leur faut. « Il faut mettre en valeur les liens entre qui on est et le poste. Expliquer ce qu’on a d’intéressant au regard du poste et des besoins de l’entreprise », explique la recruteuse.

Pour y arriver, une solide préparation est nécessaire.

  • Revisitez votre CV, pour avoir bien en tête vos différentes expériences de travail.
  • Préparez vos références : ayez en main les coordonnées de quelques personnes qui sont au courant de vos démarches et qui pourront vous recommander pour le poste.
  • Examinez les exigences du poste et le site Internet de l’entreprise et préparez-vous à faire des liens avec votre profil.
  • Scrutez les profils des employés de l’organisation sur LinkedIn et, si possible, consultez les commentaires sur l’organisation sur des sites comme Rate My Employer et Glassdoor afin de mieux connaître la culture de l’entreprise.
  • Cette démarche vous aidera non seulement à répondre adéquatement aux questions de l’entrevue, mais aussi à vérifier si cette organisation – ses valeurs, son équipe, même son emplacement géographique – vous convient réellement.

     

    Soigner l’approche et les apparences

    « Avoir une bonne poignée de main, sourire… Ça peut paraître cliché, mais se montrer avenant et faire preuve de savoir-être, c’est vraiment important », souligne Marie Nolwenn Trillot.

    Au-delà des compétences techniques, le recruteur a en effet une conscience aiguë de la responsabilité qu’il a de choisir un nouvel employé avec lequel ses collègues auront à travailler au quotidien. Il recherche un expert dans tel domaine, oui, mais aussi quelqu’un qui s’intégrera bien à l’équipe en place. Et à cet égard, la façon d’aborder les gens compte pour beaucoup.

    Idem pour les apparences. Vos recherches au sujet de l’entreprise devraient vous avoir fourni des indices sur la culture de travail, plus décontractée ou plus traditionnelle. Et vos vêtements devraient être choisis en conséquence. « Si on arrive dans un environnement très corporatif et qu’on porte des jeans ou, à l’inverse, qu’on se présente en tailleur à une entrevue où tout le monde porte un t-shirt, il y aura un décalage qui peut accroître notre nervosité comme candidat », explique Marie Nolwenn Trillot.

    Elle croit cependant qu’il vaut mieux être un peu trop chic que pas assez. « Ça montre que le candidat a fait un effort et qu’il accorde de l’importance à l’entrevue. »

     

    Les questions incontournables

    Voici quelques questions courantes auxquelles il faut vous préparer à répondre :

    • Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier?
    • Quelles sont vos plus grandes forces?
    • Parlez-moi d’une de vos difficultés et de la façon dont vous l’avez surmontée.
    • Parlez-moi d’un de vos points faibles.
    • Pourquoi avez-vous quitté vos emplois précédents?
    • Qu’est-ce que vous aimiez le plus dans votre dernier emploi? Qu’est-ce que vous aimiez le moins?
    • « L’important, pour bien répondre à ces questions, est d’appuyer ses réponses sur des éléments concrets », indique la présidente de TOTEM.

      Voici ses trucs pour s’en tirer habilement lorsqu’on vous interroge sur vos difficultés ou vos échecs:

      « D’abord, on choisit une situation qui n’est pas trop récente. Sans entrer dans les détails, on mentionne son erreur, on indique ce que l’expérience nous a permis d’apprendre et, idéalement, on explique comment on a ensuite appliqué cet apprentissage à une autre situation. »

      Au sujet des faiblesses et des tâches qui nous déplaisent, l’essentiel est de répondre avec des éléments sans gravité et sans lien avec votre capacité à accomplir le travail. Quelqu’un qui est embauché pour un poste technique dans une entreprise manufacturière peut avouer qu’il n’est pas très à l’aise avec les médias sociaux, par exemple.

      Quant à la raison derrière votre démission de votre poste précédent, abordez-la avec tact. « Il faut être bref et formuler ses motifs de façon professionnelle, recommande Marie Nolwenn Trillot. On évite de parler en mal de son ancien milieu de travail, tout comme de répondre par le cliché je suis à la recherche de nouveaux défis. » Au lieu de décrire vos conflits avec votre nouveau supérieur, vous pouvez par exemple évoquer des divergences de valeurs.

      On vous pose une question à laquelle vous ne savez franchement pas quoi répondre? Mieux vaut avouer que c’est une question à laquelle il vous faudrait réfléchir plus longuement, plutôt que de risquer un faux pas.

      En conclusion, la recruteuse rappelle son mot d’ordre pour se démarquer en entrevue : « Se préparer, se préparer, se préparer! »

      Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos affaires, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale.

      Notes légales 

      Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

      Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

      Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

      Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

      Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

      Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

      Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

      Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

      Catégories

      Catégories