Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Devenir un nomade numérique : l’aspect financier

06 mai 2019 par Banque Nationale
Digital nomad

La tendance est aux nomades numériques. Instagram et Facebook regorgent de photos paradisiaques de gens qui ont choisi de tout quitter pour travailler à distance dans un autre pays. Voyager tout en gagnant sa vie peut être accessible, il suffit d’un peu d’organisation et de planification financière avant de faire le saut.

Commencer à épargner

À moins d’avoir hérité de votre riche tante ou d’avoir gagné à la loterie, la première étape d’un tel projet consiste à mettre des sous de côté. Plusieurs outils sont à votre disposition, mais certains sont plus avantageux que d’autres, selon votre objectif.

Si certains ont déjà la chance d’avoir un télétravail avec un bon revenu qu’ils pourront garder pendant leur séjour, d’autres devront travailler à la pige et peut-être trouver de nouveaux clients.

Si c’est votre cas, il faudra penser à mettre de l’argent de côté plusieurs mois (voire plusieurs années) à l’avance pour avoir un petit coussin quand vous vous lancerez dans le travail à distance sur une plage lointaine.

Pensez à cotiser à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), où vos économies fructifient à l’abri de l’impôt.

Un autre truc : considérez la marge de crédit. Si un pépin survient en voyage et que les fonds accessibles sur votre carte de crédit sont insuffisants, cela peut littéralement vous sauver la vie.

Planifier son budget

Combien ça coûte se lancer comme nomade numérique? Oui, il faut prévoir le coût de l’alimentation et de l’hébergement, mais n’oubliez pas de tenir compte du prix du billet d’avion, des assurances, et de toute autre dépense de déménagement ou d’entreposage de vos meubles, s’il y a lieu.

Les groupes Facebook « d’expatriés » constituent un bon endroit où commencer les recherches afin d’avoir une idée du prix des appartements. Fixez-vous un montant quotidien à dépenser en nourriture. Et gardez en tête que, dans plusieurs pays, c’est parfois aussi avantageux de manger dans les restos que de faire l’épicerie.

Une fois que vous saurez combien vous devrez épargner, fixez-vous un Objectif (avec un grand O) et programmez des virements automatiques chaque fois que vous recevez votre paie. Vous serez moins tenté par des dépenses superflues si vous avez moins d’argent à votre disposition (adieu, nouveaux sneakers).

Recevoir son salaire à l’étranger

Peut-être comptez-vous parmi les rares chanceux qui ont un emploi à temps plein leur permettant de travailler n’importe où. Mais pour beaucoup de nomades numériques, il faudra travailler à la pige.

Être un nomade signifie que vous n’avez pas d’adresse fixe. Même si vous utilisez celle de vos parents pour votre courrier, cela peut être vraiment long d’attendre qu’un chèque de paie arrive par la poste.

La solution numérique la plus commune pour les pigistes consiste à télécharger un spécimen de chèque annulé, puis à l’envoyer aux clients. De cette façon, vous pourrez recevoir un dépôt direct dans votre compte bancaire, si votre client offre ce moyen de paiement.

Si vous pensez recevoir de l’argent de clients établis ailleurs qu’au Canada, vous aurez besoin de plusieurs informations de votre banque, comme le code SWIFT. Attendez-vous à devoir payer des frais pour ce genre de transaction, mais le fait d’être payé en euros ou en dollars américains, par exemple, peut compenser.

Si ce n’est pas déjà fait, apprenez à faire une facture. Parce que toute entrée d’argent commence avec une facture lorsque vous êtes travailleur autonome.

Mais si votre client et vous avez des comptes au Canada, le moyen le plus rapide et efficace de recevoir de l’argent est le virement Interac. Ça peut valoir la peine de demander s’il est possible d’être payé de cette façon.

Le virement Interac est aussi une bonne manière de faire les comptes si vous voyagez à deux. Votre partenaire paie le souper? Remboursez-lui votre part de la facture en quelques secondes.

Payer ses dépenses

En voyage, il est souvent préférable de retirer de l’argent comptant sur place plutôt que d’arriver avec des dollars canadiens et chercher un bureau de change. Les taux peuvent varier grandement d’un comptoir à l’autre et la dernière chose dont on a envie, c’est de magasiner un bureau de change.

Pour avoir de l’argent comptant en monnaie locale, vous pouvez retirer directement avec votre carte de débit, ou même votre carte de crédit. Assurez-vous toutefois de retirer une somme d’argent suffisante au lieu de payer les frais de plusieurs petits retraits. Et si vous retirez de l’argent avec votre carte de crédit, il est préférable de rembourser votre carte le plus rapidement possible afin d’éviter de payer trop d’intérêts.

La carte de crédit reste sans contredit la meilleure amie de tout nomade numérique, car de plus en plus de commerces dans le monde acceptent les paiements par carte.

Même en voyage, une carte de crédit n’est toutefois pas une valise sans fond et il vaut mieux l’utiliser de manière responsable.

Astuce : prenez le temps de choisir une carte de crédit qui convient à vos besoins. Si vous comptez voyager souvent en avion, ce n’est pas une mauvaise idée d’opter pour une carte avec des points récompenses qui offre des primes pour l’achat de billets d’avion.

Stressé à l’idée de la perdre? En temps normal, c’est possible d’en obtenir une autre en quelques jours en cas d’urgence n’importe où dans le monde. Un tracas de moins!

C’est aussi important d’être discipliné et de garder vos finances à jour. Vous pourrez, entre deux smoothies à la mangue en Thaïlande, vous assurer que tout est en règle en consultant votre budget sur l’application mobile, ou encore en utilisant les services de banque en ligne.

Prendre soin de sa santé

Votre carte de crédit peut aussi vous permettre d’obtenir une couverture essentielle : l’assurance voyage.

En souscrivant à une assurance voyage, tout est déjà organisé d’avance s’il vous arrive un pépin. Pour un tarif assez bas, vous pourrez potentiellement vous sortir du pétrin en cas de maladie, de blessures ou même de décès. Mieux vaut être préparé.

Certaines assurances offrent aussi un service de traducteur si vous avez besoin de parler à un médecin sur place et qu’il doit connaître des informations importantes pour votre santé. Magasinez!

Jeter un coup d’œil aux règles d’immigration

Prenez le temps de vous renseigner sur les lois qui entourent l’immigration dans les pays où vous comptez vous rendre. Si les visas de touriste sont en général faciles à obtenir pour les Canadiens, il n’en est pas toujours de même pour les autres types de visas, comme celui qu’offre l’Allemagne pour les pigistes.

Le gouvernement fédéral offre aussi un site très pratique à consulter pour connaître les avis de voyages et les avertissements pour chaque destination. On y apprend notamment qu’il faut « éviter tout voyage » en Corée du Nord. Pour les autres destinations où c’est moins évident, ça vaut la peine d’y jeter un coup d’oeil.

Faites vos recherches et communiquez avec l’ambassade de votre destination avant le départ afin de vous assurer que vous respecterez les règles.

Préparer le voyage d’une vie

Et avant de partir, n’oubliez pas d’enregistrer un avis de voyage. Ça pourrait vous éviter que vos cartes soient bloquées au moment d’acheter vos premiers souvenirs de voyage.

La quantité de préparatifs dont il faut tenir compte est considérable, mais mieux vaut partir la tête tranquille. Surtout quand c’est pour vivre cette expérience unique.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories