Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Détecteur de mensonges

06 mars 2017 par Urbania
déclaration de revenus

Mieux vaut ne pas tricher avec le fisc. Si tu te fais prendre, ce n’est pas une tape sur les doigts que tu auras, mais une claque dans la face.

Mentir à ta mère est une chose. Mentir au fisc en est une autre. Si tu es du genre à traficoter tes déclarations de revenus pour épargner quelques dollars, sache que tu t’exposes à des conséquences beaucoup plus accablantes que d’être privé de sortie ou assigné au bac à vaisselle.

En termes de passe-passe, l’Agence du revenu du Canada et Revenu Québec en ont vu de toutes les couleurs. Mais quand on les a questionnés sur les entourloupettes fétiches des contribuables, leurs réponses ont plutôt emprunté la teinte de leurs couloirs : beige pâle. Heureusement, M e Chanel Alepin, avocate en litige fiscal au cabinet Alepin Gauthier, connaît bien les principales tentations qui te guettent lorsque tu produis ta déclaration de revenus.

Un conjoint sous la couette

Si le fisc s’intéresse à ton célibat, ce n’est pas pour te témoigner son empathie le jour de la Saint-Valentin. Le statut matrimonial de chacun influence le calcul des crédits d’impôt accordés. Pour empocher quelques dollars supplémentaires, tu envisages peut-être de dissimuler l’existence de ta seconde moitié, aussi tendre soit-elle.

Mauvaise idée, car les vérificateurs du fisc peuvent facilement décoder ce qui se passe sous ta couette. « Il ne faut pas sous-estimer les informations qu’ils détiennent sur nous, prévient M e Alepin. En cas de doute, ils peuvent même aller jusqu’à interroger vos proches sur votre situation. »

Les enfants chez grand-maman

Si tu as des enfants, tu sais que le gouvernement offre de généreux crédits pour les frais de garde. Sauf que tu n’y as pas droit si c’est grand-maman qui s’occupe de ta marmaille bénévolement. « En tant que parent, il faut pouvoir présenter ses factures et conserver des preuves de paiement », soutient M e Alepin. Sans ces documents, ne compte pas sur les photos cutes de ton bébé pour émouvoir les vérificateurs du fisc.

Le déjeuner d’affaires du dimanche

Tu es travailleur autonome? Alors le gouvernement te permet de déduire une partie de tes dépenses professionnelles. Et ça, ça inclut le restaurant. Jackpot ? Pas vraiment. Il faut qu’un client t’accompagne ET que tu paies la note pour lui. Surtout, garde tes factures : même après plusieurs années, le gouvernement peut les exiger pour les passer au peigne fin. « Si vous faites l’objet d’une vérification aléatoire, il y a de fortes chances qu’on vous demande de justifier le déjeuner au Cora du coin, un dimanche matin. »

Parle!

À long terme, ce n’est pas très payant de jouer à cache-cache avec l’impôt. Si, à la fin d’une vérification, le fisc détermine que tu as volontairement gonflé tes dépenses ou diminué tes revenus, il conclura à une fraude. Un nouvel avis de cotisation te sera envoyé pour le montant dû. Plus les intérêts. Plus une pénalité représentant 50 % du montant frauduleusement obtenu. De quoi te faire regretter l’époque des corvées de vaisselle.

« Ceux qui auront développé des sueurs froides en lisant ce texte auraient avantage à dévoiler eux-mêmes au fisc leurs omissions », conseille Chanel Alepin. Tu n’échapperas pas au nouvel avis de cotisation ni aux intérêts, mais tu éviteras la pénalité salée. C’est comme dans le dicton : faute avouée est à moitié pardonnée.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories