Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

8 choses à régler avant de partir une année autour du monde

20 août 2017 par Banque Nationale
8 choses à régler avant de partir une année autour du monde

L'envie vous tenaille depuis des années. Vous repensez à vos années universitaires, aux périples autour du monde que vous auriez tant aimé accomplir. Mais est-il vraiment trop tard pour en faire une réalité?

Quand vient le temps de réaliser ses idées les plus folles, une bonne préparation fait toute la différence. Voyager autour du monde en famille pendant un an ne fait pas exception à cette règle, et ce, même si on n’est pas riche. Prenez le contrôle de votre destinée !

Louer son chez-soi. Chercher des solutions gratuites pour se loger, comme le house-sitting. Analyser tous les avantages offerts par sa carte de crédit. Ce sont quelques-uns des nombreux éléments auxquels il faut s’attaquer avant de faire sa valise. Voici une liste plus exhaustive et des pistes de réflexion pour faire un plan de match à toute épreuve.

1 - S'entendre avec son employeur

Il est toujours possible de prévoir son voyage sans s’en faire avec son patron, quitte à chercher un nouvel emploi au retour. Mélanie Doyon aurait pu envisager cette option si elle avait été seule dans la vie, mais avec des enfants, elle tenait à avoir son emploi garanti au retour. Dans le manuel des membres du personnel de son employeur, le Collège Boréal en Ontario, on indiquait qu’il était possible de prendre une année sabbatique autofinancée en trois ans.

«Or, aucun employé n’en avait fait la demande et comme j’allais partir avec mon conjoint qui était aussi employé du Collège, ça leur en faisait deux en même temps», raconte Mélanie Doyon qui travaille comme gestionnaire de liaison internationale.

L’employeur a été d’un appui total et s’est organisé pour que ce soit possible. Il avait tout de même trois ans pour le faire… soit bien plus que lors d’un congé parental !

Puis Benoit Clément, le conjoint de Mélanie, s’est fait offrir un poste dans un autre établissement. Il leur a précisé qu’il partait en voyage un an et ce fut accepté sans problème. Parfois, il faut oser demander !

2 - Planifier la scolarité des enfants

Pour retirer ses enfants de l’école pendant un an, mieux vaut s’y prendre d’avance, question de minimiser les impacts.

Mélanie Doyon, qui vit en Ontario avec sa famille, a eu la chance d’avoir beaucoup de soutien de l’école et de ses enfants, qui étaient âgés de 7 et 13 ans. Son plus jeune, Éloi, a pris de l’avance dans la matière alors qu’il était dans une classe de 2e et 3e année. Maintenant de retour, il est dans une classe de 3e et 4e année. Il se rattrape. Le plus vieux, Hugo, était en 8e année et il a suivi un plan avec quelques cours à faire avant, pendant et après le voyage.

«L’école a été formidable aussi parce qu’elle a vraiment reconnu la valeur de ce projet qui a permis aux enfants d’apprendre plein de choses, comme la débrouillardise, l’ouverture d’esprit, les relations humaines, explique Mélanie Doyon. Ils ont aussi beaucoup appris en géographie. Ils nous aidaient toujours à nous orienter sur les cartes. Puis, ils ont fait beaucoup de calcul mental avec les taux de change.»

3 - Mettre des sous de côté

Même si on s’y prend d’avance pour économiser, il faut revoir ses priorités pour qu’un tel projet soit possible. Le programme dont a pu bénéficier Mélanie Doyon versait 75 % de son salaire pendant trois années, puis la quatrième, elle récoltait ce qu’elle a mis de côté. Son conjoint s’est lui-même mis en place un tel programme à l’aide d’un compte épargne à intérêt élevé.

«En passant tous les deux à 75 % de nos salaires, il a fallu adapter notre manière de consommer, indique-t-elle. Par exemple en gardant au plus bas les dépenses inutiles, les sorties et les restaurants. Mais c’est possible. Et nous n’avons pas des moyens financiers extraordinaires. Nous gagnons des salaires honnêtes.»

4 - Louer sa maison

Pour limiter les frais de son voyage, évaluez la possibilité de louer votre propriété. C’est ce qu’a fait Mélanie Doyon.

«Sinon, on n’aurait pas pu y arriver financièrement», précise-t-elle.

Elle a fait affaire avec une firme de gestion de propriétés qui s’est occupée de tout : trouver les locataires, signer le bail, agir en cas de pépin.

«Ce fut vraiment un bon choix, d’autant plus que je n’avais pas à demander à un proche de s’occuper de ma maison. Le montant qu’on recevait chaque mois couvrait toutes les dépenses et lorsque nous sommes revenus, la maison était propre!»

N’oubliez pas de rediriger votre courrier et de vous assurer que tous vos paiements à faire pour la maison et les autres comptes pourront se gérer en ligne.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories