Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Refinancer sa maison pour investir dans ses projets de retraite?

06 mars 2020 par Banque Nationale
Réhypothéquer sa maison pour financer sa retraite

Vous pensez à réhypothéquer votre maison pour investir dans vos projets de retraite? D’abord, oui c’est possible. Ensuite, il faut juste faire le tour de toutes les options disponibles, peser le pour et le contre… Et faire un choix éclairé. Suivez le guide!

Comment ça fonctionne, refinancer sa maison?

Premièrement, dit-on réhypothéquer ou refinancer sa maison? Les deux se disent. Les deux veulent aussi dire la même chose. On peut parler de refinancement hypothécaire aussi. Maintenant, passons aux choses sérieuses.

Peu importe le terme utilisé, le fonctionnement reste le même. Refinancer votre maison vous donne la possibilité d’utiliser la valeur nette ou l’équité de votre propriété pour emprunter une somme d’argent. En passant, la valeur nette ou l’équité, c’est la différence entre la valeur actuelle de votre propriété et le solde qui reste à payer de votre prêt hypothécaire.

Autre point important : vous pouvez emprunter jusqu’à 80 % de la valeur de votre propriété… moins le solde de votre hypothèque actuelle, évidemment!

Vous êtes visuels? Pas de souci. Voici : supposons que votre maison vaut 300 000 $ et qu’il vous reste encore 150 000 $ à payer sur votre hypothèque. En la réhypothéquant, vous pourriez emprunter 90 000 $ de plus : (300 000 $ x 80 %) – 150 000 $ = 90 000 $.

Votre nouvelle dette s’élèverait donc à 240 000 $, soit le solde de votre hypothèque actuelle additionné du montant de votre nouvel emprunt.

Peut-on refinancer sa maison pour investir?

Dans des REER

La meilleure réponse à cette question serait : peut-être. Si, avec les années, vous avez accumulé des droits en REER, vous pourriez, avec le refinancement hypothécaire,  dégager des fonds pour y cotiser, en vue d’une retraite plus confortable.

« Vous obtiendrez ainsi une déduction fiscale sur vos revenus actuels et vous profiterez d’un placement à l’abri de l’impôt », explique Mohamed Wakkak, planificateur financier à la Banque Nationale.

Cette stratégie est suggérée surtout pour les 60 ans et plus, qui sont très près de la retraite. Mais ça dépend toujours de votre situation financière globale. Cette option devrait être évaluée avec l’aide d’un conseiller spécialisé en retraite.

« La maison est un actif, mais un actif qui n’est pas liquide », souligne Mohamed Wakkak. Vous ne devriez donc pas compter sur cette dernière comme source de revenus pure pour financer votre retraite.

Dans d’autres placements

Vous pourriez aussi refinancer votre hypothèque pour investir dans autre chose que vos REER. Cette stratégie peut s’avérer avantageuse pour financer une occasion d’investissement, comme des placements ou l’achat d’un immeuble locatif. « Il faut d’abord évaluer combien le refinancement rapporterait, conseille Mohamed Wakkak. On constate mieux l’impact de chaque action lorsqu’elle est chiffrée.

Pour des rénovations

Vous avez plutôt besoin d’un financement ponctuel, pour des réparations sur le toit de votre demeure, par exemple? « Refinancer votre hypothèque pourrait vous permettre d’obtenir de la liquidité sans avoir à retirer de placement, ajoute l’expert. Il est parfois plus intéressant de procéder ainsi, plutôt que de retirer les actifs placés qui génèrent du rendement, surtout lorsque la maison est libre de dettes », ajoute Mohamed Wakkak.

Si toutefois vos besoins en financement sont récurrents, sachez qu’il existe d’autres options pour maximiser vos revenus à la retraite au lieu de refinancer votre maison. C’est pourquoi il est bien important d’avoir un plan de retraite et de rencontrer un conseiller pour explorer toutes les avenues possibles.

Refinancer pour obtenir un meilleur taux d’intérêt?

Si vous avez accumulé des dettes avec des taux d’intérêt élevés, vous pourriez les consolider dans un prêt hypothécaire, à condition d’avoir déjà remboursé une partie du capital.

Vous pourriez alors faire des économies d’intérêts ou allonger votre période de remboursement et donc réduire vos paiements mensuels. Mais attention, ça reste tout de même une nouvelle dette que vous contractez. Il ne faut jamais perdre cette notion de vue!

« Vous pouvez ajouter une tranche supplémentaire, par exemple de 20 000 $, à votre prêt sans avoir à annuler votre hypothèque et à en reprendre une nouvelle », explique Mohamed Wakkak. 

Hypothèque inversée et marge de crédit hypothécaire

Vous pensez à utiliser l’hypothèque inversée? Un conseil : renseignez-vous auprès d’un spécialiste et faites vos calculs. Ce ne sont pas toutes les institutions financières qui offrent cette option.

Connaissez-vous la marge de crédit hypothécaire? Cette dernière peut être une bonne option de rechange à l’hypothèque inversée. Elle peut vous donner accès à un montant allant jusqu’à 65 % de la valeur nette de votre propriété, c’est-à-dire la valeur de celle-ci, moins le solde de l’hypothèque. Vous pourrez ainsi financer un projet pour votre retraite, sans avoir besoin de modifier votre hypothèque.

L’autre avantage de ce type de marge, c’est sa souplesse. Vous pourrez ainsi retirer de l’argent quand vous en aurez besoin. Vous déciderez également du montant et de la fréquence des remboursements.

En terminant, selon votre situation, recourir au refinancement hypothécaire peut être une bonne idée. Avant de faire le saut, vous avez tout avantage à rencontrer votre conseiller, qui pourra vous aider à choisir la meilleure stratégie qui vous permettra d’investir dans vos projets de retraite.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories