Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Augmentez vos revenus en prévision de la retraite

09 février 2017 par Banque Nationale
retirement savings

Même si ce n’est pas pour demain, vous commencez à penser au jour où vous n’aurez plus à travailler? Bonne nouvelle : il est possible dès maintenant de poser des gestes simples, détaillés dans ce court article qui se lit en 4 minutes seulement – un moment bien investi pour maximiser votre épargne en vue d’une belle retraite!

Pour maintenir votre train de vie à la retraite, une règle simple prévoit qu’il vous faudrait recevoir environ 70 % des revenus bruts que vous touchez en travaillant à temps plein. Cela donne une bonne idée. Établir un budget de retraite avec l’aide d’un conseiller en investissement permet toutefois de préciser vos besoins. Une démarche d’autant plus pertinente que votre retraite pourrait être longue : l’espérance de vie des Québécois est de plus de 80 ans à la naissance. Elle dépasse 85 ans pour ceux qui atteignent 65 ans.

Voici huit pistes pour maximiser votre épargne pour la retraite.

1. Réduisez vos dépenses pour épargner plus

Commencez par améliorer votre capacité d’épargne. Pensez aux dettes et aux dépenses que vous pouvez éliminer ou réduire : restaurants, sorties, cafés, voyages, etc. Magasinez vos forfaits de télécommunications et vos assurances. Essayez de venir à bout de vos soldes de cartes de crédit. Envisagez aussi de repousser l’achat de votre prochaine auto ou choisissez-en une plus économique.

Si, au contraire, vous bénéficiez d'une plus grande entrée d’argent, évitez d’augmenter vos dépenses et dirigez plutôt vers l’épargne une partie ou même la totalité des sommes supplémentaires.

2. Déménagez dans plus petit

Si vos enfants quittent le nid, c’est peut-être l’occasion pour vous de déménager dans un logement qui répond mieux à vos besoins en termes d’espace et de commodités. Vous pourriez profiter de la croissance du marché immobilier au cours des dernières années pour réaliser une plus-value, et dégager ainsi un montant à placer pour votre retraite. Et si vous vous rapprochez des transports en commun, vous pourrez réduire vos dépenses reliées à l’automobile.

3. Profitez des régimes enregistrés

Avec les régimes enregistrés, qui mettent l’épargne à l’abri de l’impôt pendant une certaine période, les gouvernements veulent vous inciter à préparer votre retraite. Profitez de ces quelques années avant la retraite pour utiliser ces plans au maximum.

Même chose si vous bénéficiez d’un régime de retraite complémentaire optionnel de votre employeur, comme le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) collectif, le Régime volontaire d’épargne-retraite ou le Régime de pension agréé collectif (RPAC).

Le REER

Chaque année, vous pouvez placer jusqu’à 18 % de vos revenus de travail dans un régime enregistré d’épargne-retraite (REER). La cotisation maximale annuelle en 2018 est de 26 230 $. N’oubliez pas que vous pouvez cotiser à votre REER jusqu’au 31 décembre de l’année où vous aurez 71 ans.

Le CELI

Vous pouvez verser jusqu’à 5 500 $ par année dans votre compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Depuis la création de ce véhicule d’épargne en 2009 jusqu’à l’année 2018 inclusivement, le total des droits de cotisation d’un contribuable atteint 57 500 $. Sachez qu’il n’y a pas de limite d’âge pour cotiser à un CELI.

4. Faites du rattrapage

Vous n’avez pas utilisé tous vos droits de cotisation par le passé? Vous pouvez vous rattraper. L’Agence du revenu du Canada peut vous indiquer les montants à cotiser pour atteindre le plafond de votre REER ou de votre CELI.

Une somme d’argent devient soudainement disponible, comme un héritage ou le profit de la vente de votre résidence? Pensez à exploiter vos droits de cotisation inutilisés. Vous pourriez placer la somme reçue dans un CELI et bonifier ainsi vos revenus de retraite, sans pour autant augmenter l’impôt payable à la retraite ni amputer votre pension de la Sécurité de la vieillesse.

5. Optez pour des versements automatiques

L’épargne systématique est un bon moyen de mettre de l’argent de côté pour la retraite sans trop de mal. Il s’agit de prélèvements automatiques qui sont débités de votre compte bancaire ou encore de retenues sur votre salaire à même votre paie. Vous épargnerez sans même vous en apercevoir.

6. Ne laissez pas votre argent dormir

Les sommes placées dans un simple compte bancaire perdent constamment de la valeur à cause de l’inflation et des faibles taux d’intérêt.

Si vous êtes dans la cinquantaine, votre horizon de placement est encore à long terme. La majorité de votre épargne devrait donc être investie. Un judicieux équilibre de certificats de placement garanti (CPG), d’obligations et d’actions de sociétés augmentera vos revenus de retraite sans vous faire courir de risques inconsidérés.

7. Pensez à travailler plus longtemps

La majorité des Québécois commence à encaisser sa rente du Régime de rentes du Québec (RRQ) avant 65 ans. Toutefois, vous auriez avantage à travailler jusqu’à cet âge, ou même au-delà – ne serait-ce qu’à temps partiel. Rappelez-vous que plus vos revenus de travail couvrent vos besoins courants, plus votre épargne continue à fructifier pour votre retraite.

8. Attendez avant de toucher vos rentes gouvernementales

Une fois à la retraite, ne demandez pas tout de suite votre pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV) et votre rente du RRQ, si vous en avez les moyens. Ce report vous permettra de les bonifier. Si vous les réclamez à 70 ans, elles augmenteront de 36 % pour la PSV et de 42 % pour le RRQ.

La retraite est une étape de votre vie bien trop importante pour ne pas la préparer. Pour obtenir une bonne vue d’ensemble, n’hésitez pas à rencontrer un conseiller en investissement de la Banque Nationale.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories