Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Vendre une maison en 2017: les nouvelles tendances du marketing immobilier

17 février 2017 par Banque Nationale
Courtier immobilier conseille jeunes clients

Elle est loin l’époque où une pancarte « à vendre » plantée sur la pelouse et quelques visites libres suffisaient pour vendre une maison. Les technologies de l’information changent la donne dans le domaine du marketing immobilier. Petit guide des tendances de l’heure.

Contenu

1. Les réseaux sociaux mènent le bal

Ce n’est pas en soi une nouveauté, mais c’est plus que jamais une vérité: les réseaux sociaux sont devenus des outils indispensables pour vendre sa propriété. En plus de faire appel à ses contacts pour qu’ils relaient l’annonce immobilière sur leur propre compte, le vendeur ou le courtier les tient au courant de ses démarches. Au fil des semaines, ces publications en viennent à composer un véritable feuilleton… dont on espère l’issue heureuse!

En 2017, une présence active en ligne est également essentielle pour les courtiers – non seulement pour publier les annonces des propriétés qu’ils cherchent à vendre, mais aussi pour échanger avec leur clientèle et leurs pairs.

Relayer et commenter des articles sur les quartiers où l’on est particulièrement actif, souligner la prise de possession de sa première propriété par le jeune couple avec qui vous venez de conclure une vente et organiser des concours sont quelques moyens efficaces de mettre les réseaux sociaux au service de la relation avec les clients.

2. La réalité virtuelle et les visites 3D au service du marketing immobilier

Vendeurs, les séances de ménage avant chaque visite vous épuisent? Courtiers, vous voulez présenter à vos clients une série de propriétés sans avoir à coordonner votre agenda, celui des acheteurs et celui des vendeurs? Réjouissez-vous: les visites virtuelles tendent de plus en plus à remplacer les visites en personne.

Grâce à des firmes comme Immoviewer et Matterport, le visiteur peut explorer à l’écran les moindres recoins de la propriété qu’il convoite en se déplaçant à l’aide des flèches de son clavier ou d’un casque de réalité virtuelle – un peu comme s’il se baladait sur Google StreetView. Il ne peut pas ouvrir les armoires, mais c’est tout juste! Ces outils sont particulièrement utiles aux acheteurs qui se trouvent dans une autre ville que celle où ils prévoient s’installer.

Pour le moment, cette tendance s’observe surtout dans le créneau des résidences de luxe, mais sa démocratisation ne saurait tarder.

3. La vidéo a le vent dans les voiles

Si les outils de réalité virtuelle sont encore marginaux, on peut tout de même faire mieux que les simples photos de chaque pièce de la maison. Comment? En misant sur la vidéo, qui a la cote sur les médias sociaux. À preuve, Facebook a annoncé l’an dernier avoir passé le cap des 100 millions d’heures de vidéo regardées chaque jour sur son site, et son PDG Mark Zuckerberg prévoit que la majorité des contenus publiés sur Facebook d’ici 2020 seront des vidéos.

En plus de l’incontournable tournée des pièces de la maison, on profite de la vidéo pour faire valoir le paysage ou le quartier et pour présenter les services de proximité (école, cafés, pistes cyclables…). Bref, on donne au spectateur un aperçu de ce que sera son quotidien s’il arrête son choix sur cette résidence.

Par ailleurs, les courtiers tirent de plus en plus profit des outils de vidéo en direct de Facebook et Twitter, que ce soit pour diffuser la visite d’une propriété à vendre ou pour tenir une séance d’informations au cours de laquelle ils répondent aux questions que leur soumettent les clients en direct.

 

4. Le marketing immobilier s’automatise

Voici une tendance qui touche surtout les professionnels de l’immobilier: l’automatisation du marketing.

Elle consiste à confier à des logiciels certaines tâches répétitives, comme la programmation de publications sur votre blogue ou les médias sociaux, ou encore l’envoi d’infolettres et de courriels personnalisés en fonction de préférences consignées dans un logiciel de gestion de la relation client (CRM). On pourra par exemple envoyer des messages ciblés en fonction du type de propriété recherché ou du quartier où le client compte s’établir.

Selon une étude menée par la firme de recherche américaine Aberdeen Group, les entreprises qui ont recours à des outils d’automatisation du marketing voient leur taux de conversion augmenter de 53 %.

Et pas besoin d’être programmeur pour se lancer dans l’automatisation. Des outils comme Mailchimp pour gérer vos infolettres ou Hootsuite en ce qui a trait à votre présence sur les médias sociaux guident les néophytes dans leurs démarches.

En 2017, le secteur immobilier ne peut définitivement plus se passer des nouvelles technologies!

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories