Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Taux fixe ou taux variable pour votre prêt hypothécaire?

03 mars 2020 par Banque Nationale
Choisir une hypothèque à taux fixe ou taux variable ?

Si vous lisez ces lignes, c’est probablement parce que vous êtes en voie de devenir propriétaire. Bravo! Parmi les décisions que vous aurez à prendre dans les prochains mois, celle du taux fixe et du taux variable viendra assez tôt.

Le taux fixe ou le taux variable, c’est un peu le « crémeuse ou traditionnelle » du marché hypothécaire. Lequel des deux choisir? Spoiler alert : la bonne réponse se trouve dans votre for intérieur (et dans la qualité de la mayo).

On a fait des recherches pour vous, voici ce qu’on a trouvé.

OK, mais un taux d’intérêt hypothécaire, c’est quoi?

En signant un prêt hypothécaire, la banque vous garantit un taux d’intérêt (le fameux taux). Ce taux détermine le paiement que vous effectuerez pendant une période fixe, généralement de cinq ans. Pendant toute cette période, vous devrez rembourser votre prêt ou votre marge hypothécaire à la fréquence qui vous convient et qui a été définie au moment de la signature : toutes les semaines, toutes les deux semaines ou tous les mois.

En gros, taux = pourcentage et terme = période.

Le taux fixe ou le confort assuré

Le taux fixe est, par définition, fixe, meaning qu’il ne bougera pas durant toute la durée du prêt. Autrement dit, vous paierez le même montant à la même fréquence sans aucune fluctuation. Rassurant, non? Comme il est aussi stable que le menu du casse-croûte Chez Huguette (il n’y aura jamais de végé-dogs, faites une croix là-dessus), le taux fixe est recommandé pour les premiers acheteurs, pour ceux qui sont un peu plus serrés dans leur budget et, surtout, pour ceux qui recherchent la sécurité financière. Si vous aimez vous comparer aux autres (financièrement, là, pas physiquement, s’il vous plaît), sachez que la très grande majorité des prêts hypothécaires est émise à taux fixe.

Habituellement, le taux fixe est un peu plus élevé que le taux variable. Mais des fois, le monde est à l’envers et c’est le contraire : les taux variables sont légèrement plus hauts que les fixes.

Comment fonctionne le taux variable?

Le taux hypothécaire variable est votre cousin wild qui faisait de la planche à roulettes à cinq ans. Vous l’aurez compris, il varie. C’est simple : tous les taux variables fluctuent selon la situation économique du pays. Chaque mois, le taux directeur de la Banque du Canada peut varier, transformant les taux des gens qui ont contracté des prêts hypothécaires à taux variable. Nous suivez-vous? Vous pourriez donc avoir une augmentation ou une diminution de votre taux hypothécaire.

Ainsi, pour un prêt d’une durée de cinq ans, les taux variables pourraient… varier! Attention : les hausses et les baisses sont généralement progressives et ne diffèrent pas drastiquement entre les paiements. Par exemple, pour un prêt hypothécaire de 200 000 $, une variation du taux directeur de 0,25 % pourrait avoir un impact de 27 $/mois d’augmentation sur vos paiements. Malgré tout, le taux variable est plutôt recommandé pour ceux qui peuvent se permettre des variations dans leur budget. Mais si une hausse du prix du latté au café du coin vous donne de l’eczéma, le taux variable n’est probablement pas pour vous.

Prêt « ouvert » ou « fermé », ça dépend de vous

Si vous faites comme la plupart des gens et que vous optez pour un taux fixe, il vous faudra également choisir entre un prêt « ouvert » ou « fermé ». Pourquoi et de quessé? D’abord, il faut savoir qu’un prêt à taux fixe peut être ouvert ou fermé alors qu’un prêt à taux variable est toujours fermé.

En optant pour un prêt hypothécaire dit ouvert, le client peut y mettre fin au moment de son choix sans aucune pénalité. Évidemment, par pénalité, on entend un montant à débourser au prêteur hypothécaire, pas un 10 minutes sur le banc à réfléchir. Le downside? Le taux est plus élevé. Les gens qui choisissent un prêt ouvert ont souvent des plans de revente dans un futur proche. Si vous comptez acheter un appartement qui a du vécu, le retaper et le passer au suivant, le prêt ouvert est une option avantageuse.

Le prêt fermé, lui, s’échelonne sur une période beaucoup plus longue pouvant aller jusqu’à 10 ans. Son taux est moins élevé que celui d’un prêt hypothécaire ouvert, et, vous l’aurez compris, il comporte une pénalité financière dans le cas où vous le rembourseriez en totalité plus tôt que prévu.

Choisir, c’est quand même assez simple

Lors de la première rencontre avec votre conseiller hypothécaire, vous regarderez ensemble votre budget, vos besoins à moyen et à long terme et votre tolérance au risque. Au-delà de vos préférences, la question à se poser, c’est vraiment : « Si jamais le montant des versements hypothécaires augmente, est-ce que je pourrai le payer? »

Vous pourrez retourner chez vous discuter de tout ça avec votre tendre moitié (ou votre mère) avant de prendre une décision éclairée… et de choisir le meilleur taux hypothécaire pour vous. Enfin, rappelez-vous qu’une révision du taux est de mise à l’échéance du prêt, soit au moment de son renouvellement, ce qui vous permettra d’ajuster le montant et la fréquence des versements pour les années à venir.

À quelle étape en êtes-vous?

Vous commencez à regarder?

Protégez le taux de votre futur prêt hypothécaire.

Obtenir une préautorisation

Vous êtes prêt à acheter?

Obtenez du financement pour réaliser votre projet. 

Demander un prêt

Vous préférez en parler?

Contactez un expert pour vous faire accompagner. 

Trouver un conseiller

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories