Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

PCU et impôts 2020 : évitez les surprises

10 février 2021 par Banque Nationale
pcu impôt

Le gouvernement fédéral a rapidement mis sur pied plusieurs programmes d’aides financières pour les citoyens au début de la crise. Parmi les plus connus : la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE). Si vous les avez reçus, ces prestations pourraient avoir de gros impacts sur votre déclaration d’impôts. Voici 6 questions pour vous aider à vous préparer.

1. La PCU et la PCRE : c’est quoi?

Selon Statistique Canada, le taux mensuel de mises à pied était de plus de 12 % en avril 2020. La PCU a donc été proposée de toute urgence aux travailleurs canadiens affectés par la pandémie.

La PCU en bref :

  • Prestation de 2 000 $ pour une période de quatre semaines. 
  • Versée pendant un maximum de 28 semaines, pour un maximum de 14 000 $. 

Quand la PCU a pris fin, au bout de 28 semaines, la PCRE a pris le relais comme programme pour soutenir les salariés et travailleurs indépendants affectés par la COVID-19 et qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi.

La PCRE en bref :

  • Prestations de 1 000 $ versées aux deux semaines (900 $ après retenues d’impôts).
  • Durée maximale de 26 semaines (ou 13 fois deux semaines), en vigueur du 27 septembre 2020 au 25 septembre 2021.
  • Contrairement à la PCU, la PCRE est rétroactive et fait l’objet de retenues à la source. Le gouvernement met une partie de la prestation de côté pour votre déclaration de revenus.

En date du 6 décembre 2020, selon le gouvernement fédéral, presque 1 300 000 Canadiens avaient fait une demande de PCRE. Quant à la PCU, près de 9 000 000 de Canadiens en auraient fait la demande en date du 4 octobre 2020.

2. Suis-je admissible à la PCU et à la PCRE?

Parmi les critères pour être admissible à la PCU :

  • être âgé de 15 ans et plus
  • avoir gagné au moins 5 000 $ dans les douze mois précédents ou l’année précédente (2019)
  • avoir perdu son emploi ou des revenus, avoir été en quarantaine, avoir souffert de la COVID-19 ou avoir dû prendre soin d’une personne atteinte de la maladie

Il y a des règles détaillées, mais en général, si vos revenus ont été affectés par la COVID-19, il y a de bonnes chances pour que vous ayez été admissible à la PCU. Si vous avez quitté votre emploi de façon volontaire, alors non, vous n’étiez pas admissible.

Les critères sont similaires pour la PCRE. Pour bénéficier de cette prestation, vous devez en plus être disponible pour travailler et ne pas recevoir d’assurance-emploi (le « chômage »).

D’autres prestations existent si vous n’êtes pas admissible à la PCRE : si vous êtes un proche aidant en raison de la COVID-19 ou que vous en souffrez. De l’aide est aussi en place pour les entreprises

3. Est-ce que la PCU et la PCRE sont imposables?

Oui, la PCU et la PCRE sont des prestations imposables. 

Ça veut dire que si vous avez reçu ces prestations, vous devez les ajouter dans votre déclaration d’impôts (fédérale et provinciale pour les résidents du Québec) pour l’année 2020. Celle-ci doit normalement (si rien ne change) être envoyée avant le 30 avril 2021. 

Restez à l'affut

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières analyses et tendances des marchés.

4. Combien d’impôts devrais-je payer?

Ça varie pour chaque personne. 

Tout dépend de vos revenus en 2020, car ceux-ci s’additionnent. Par exemple, si vous avez gagné 10 000 $ au total en 2020, vous payerez peu ou pas d’impôts. Cependant, plus votre revenu imposable est élevé, plus le pourcentage d’impôts que vous allez payer va être élevé. C’est le principe de l’impôt progressif canadien!

Il existe plusieurs calculateurs en ligne pour estimer l’impôt que vous allez devoir payer. Pour obtenir une réponse claire et éviter un maximum d’erreurs, adressez-vous à un spécialiste, comme un fiscaliste ou un comptable.

La bonne nouvelle avec la PCRE, c’est qu’une portion de la somme est retenue à la source (10 %). C’est un peu comme sur votre paie, normalement, une partie est mise de côté pour votre déclaration de revenus. En ce qui concerne la PCU, il y a de bonnes chances que vous deviez payer des impôts, car il n’y a pas de retenue à la source.

5. Comment me préparer si j’ai reçu la PCU ou la PCRE et que je n’y avais pas droit?

Vous avez reçu la PCU, mais vous n’y étiez pas admissible? Vous devez rembourser les sommes. Idéalement, contactez vous-même l’Agence du Revenu du Canada ou Services Canada pour leur signaler l’erreur. Vous pourrez établir un plan de remboursement si vous ne disposez pas de l’argent tout de suite.

Si vous devez de l’argent ou si vous pensez que vous en devez, tentez de mettre ces sommes de côté le plus tôt possible. Quelques dizaines de dollars ici et là peuvent faire toute la différence lorsque viendra le moment de rembourser.

6. Que faire si j’ai été victime de fraude?

Des fraudeurs ont profité de la crise pour s’enrichir. Au 30 novembre 2020, 6 526 fraudes par rapport à la PCU ont été signalées au Centre antifraude du Canada. Ce n’est peut-être que la pointe de l’iceberg.

Si vous avez constaté une fraude ou que vous êtes vous-même victime, contactez les autorités pour le signaler. Gardez le maximum de preuves possibles (messages, courriels, etc.) Assurez-vous aussi de toujours adopter une bonne hygiène numérique.

Rappelez-vous que les institutions financières ou le gouvernement ne vous contacteront jamais par messages textes ou par courriel en vous demandant des renseignements personnels. Ne cliquez pas sur un lien pour rappeler votre institution financière, composez vous-même le numéro affiché sur votre carte bancaire.

N’hésitez pas à contacter un expert pour clarifier votre propre situation. Pour vos questions, on est là!

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories