Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Où vivre quand on immigre à Montréal?

16 avril 2019 par Banque Nationale
Ou vivre à Montréal

Montréal est une ville accueillante, bienveillante où il fait bon vivre. Sa réputation n’est plus à faire auprès des nouveaux arrivants qui viennent s’établir au Canada. Voici les récits de nouveaux arrivants qui nous expliquent ce qui a motivé leur décision de s’installer dans l’un ou l’autre des quartiers de la métropole.

Moussa et Brahima, d’Abidjan à Hochelaga-Maisonneuve

Moussa et Brahima ont vécu à Abidjan, en Côte d’Ivoire, avant de déménager à Paris lorsqu’ils avaient 8 et 9 ans.

Un peu plus de dix ans plus tard, les frères ont eu envie d’explorer le monde et ont décidé de défaire leurs valises à Montréal.  

« Nous avons été super bien accueillis. Les gens sont comme chez nous en Côte d’Ivoire. » Brahima et son frère ont atterri à Verdun, « parce que les loyers y étaient plus abordables », raconte-t-il. « Nous habitions un deux et demi, Moussa sur le divan et moi dans une chambre très, très petite. Nous cherchions un appartement depuis Paris. Nous ne pensions pas que la ville de Montréal était aussi grande. Nous nous sommes trouvé du travail dans un restaurant du Plateau-Mont-Royal. Nous avons atterri loin. »

Ils ont ensuite emménagé avec quatre amis du travail dans un grand neuf et demi dans Hochelaga-Maisonneuve, tout près de la promenade Ontario. Ils ont été ravis de voir l’abondance de petits commerces, de cafés et d’activités autour d’eux : « C’est vivant comme quartier. L’été où nous sommes débarqués, nous avons fait du sokossoko de bœuf dans notre ruelle pour l’événement Restaurant Day et tout le voisinage est passé. Maintenant, nous nous saluons et nous entraidons entre voisins. Nous avons vraiment l’impression d’avoir une nouvelle famille ».

Continueront-ils leur exploration du monde? « Pour l’instant, nous sommes bien ici. Nous avons nos visas de travail et nous avons commencé des démarches pour obtenir la citoyenneté canadienne. »

Azzedine, d’Oran à Parc-Extension

Le déménagement a été difficile pour Azzedine, 24 ans, fils de pêcheur algérien. Étudiant en sciences économiques, il a mis les pieds pour la première fois à Montréal, en janvier 2015, dans le cadre d’un échange étudiant de six mois à l’Université de Montréal.

« Le froid qu’il faisait, se rappelle-t-il. Je me demandais comment les gens arrivaient à fonctionner par un temps pareil. » Cet été-là, il est reparti chez lui, mais l’amour de la ville (ou plutôt celui d’une Montréalaise) lui a fait remettre son foulard dans son baluchon pour revenir affronter nos hivers.

Il travaille maintenant dans une institution bancaire de son quartier, Parc-Extension. « J’aime mon quartier! Ce qui me plait le plus, c’est la diversité. L’été, quand je marche du boulot à la maison, je voyage autour du monde avec seulement les odeurs des repas qui se cuisinent. »

Sa plus grande découverte? Les restaurants indiens. Il n’avait jamais mangé de la cuisine indienne avant son arrivée au Québec. « Ma conjointe habitait le quartier avec sa famille, arrivée ici il y a 25 ans. » Ils habitent l’appartement au-dessus de ses parents.

Souhaite-t-il déménager? « Pour l’instant, je n’y pense pas. Je suis près de ma belle-famille et du travail. J’ai vite trouvé mes repères dans ce quartier très riche culturellement et je ne pourrais pas vivre longtemps loin de la cuisine indienne! »

Marie-Michelle, de Port-au-Prince à Saint-Michel

Marie-Michelle, 31 ans, a quitté Haïti pour emménager l’an dernier chez sa sœur et ses enfants, dans un petit appartement du quartier Saint-Michel.

Sa sœur lui parlait beaucoup de Montréal, de la ville en général, de l’accueil chaleureux de ses habitants, de la beauté de la neige… Marie-Michelle y voyait donc la possibilité d’un nouveau départ, après avoir perdu sa mère.

Elle confie que le déménagement n’a pas été des plus simples. Depuis plusieurs mois déjà, elle partage sa chambre avec ses nièces de 20 mois et 4 ans. « Elles sont adorables, mais j’ai hâte d’avoir mon espace à moi. »

Elle souhaite néanmoins rester dans le quartier. « La diaspora est grande ici. Je me sens chez moi. » Soutenue dans ses démarches de recherche d’emploi par les intervenants de l’organisme La maison d’Haïti, elle s’est vite sentie chez elle.

« J’y retourne souvent. Avec l’organisme, j’ai visité des musées de la ville, je cuisine, je discute… j’ai même ma carte de la bibliothèque de Saint-Michel. J’adore y aller et emprunter des romans d’amour. Je marche ensuite jusqu’au casse-croûte haïtien chez Milie. Même si ce n’est pas toujours facile, je me suis vite sentie chez moi ici. On est comme une grosse famille. »

Toutes ces personnes ont ce même point en commun : elles se sont rapidement senties chez elles, à Montréal. Que ce soit par amour, pour la découverte ou par nécessité, Montréal incarne la vie de famille et l’esprit de communauté pour ceux et celles qui viennent s’y établir, peu importe le quartier choisi.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories