Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Faut-il faire ses impôts quand on est étudiant?

10 mars 2020 par Banque Nationale du Canada
Impôts pour étudiant

La période des impôts bat son plein. Vos parents ont l’air stressés et on dirait que tout le monde ne parle que de ça. À moins que vous ne soyez un bachelier en déclaration de revenus, il y a de bonnes chances que vous vous posiez deux ou trois questions sur ce sujet ô combien passionnant (on plaisante). « Est-ce que je dois vraiment payer de l’impôt? » « Est-ce que c’est vrai que le gouvernement va me retourner de l’argent? »… Vous êtes aux études et vous vous demandez pourquoi et comment déclarer vos revenus? On a fait des recherches pour vous. Voici ce qu’on a trouvé.

Comment je fais pour savoir si je dois déclarer mes revenus? 

Si vous voulez faire votre devoir de citoyen (c’est une obligation, en passant), vous êtes tenus de déclarer vos revenus. Et ça, quels que soient votre âge, votre niveau de scolarité, votre statut d’étudiant à temps plein ou partiel ou le fait que vous habitiez encore chez vos parents. Que vous soyez mineur ou que vous ayez 25 ans, vous devez faire votre déclaration si vous avez reçu un salaire. Si vous n’avez pas travaillé, il peut tout de même être judicieux de remplir une déclaration. Si vous êtes aux études, le gouvernement peut vous verser des crédits d’impôt. Des crédits d’impôt, c’est bon ça? Oui, absolument! On vous revient là-dessus plus tard.

Qu’est-ce que je suis censé déclarer?

Pour répondre à cette question, ça prend la définition de l’Agence du revenu du Canada (ARC) et une part de gros bon sens. Par « revenu imposable », on entend toute somme que vous recevez comme salaire, commissions ou pourboires. Pas de panique, ces montants sont habituellement indiqués à la case 14 des feuillets T4 que votre employeur vous envoie. Ça comprend tous les montants d’argent que vous recevez comme rémunération, que ce soit pour un job occasionnel à temps partiel, à temps plein ou pour un travailleur autonome. Ça inclut aussi d’autres choses, comme les bourses d’études, les subventions de recherche ou d’apprenti, les revenus de placements, les paiements d'un REEE et – surprise, surprise – le pourboire. Les étudiants qui travaillent dans l’industrie du service savent à quel point le pourboire, c’est payant. Payant au point où il est légalement considéré comme un revenu imposable. Peu importe comment il vous est distribué, vous devez l’inclure à votre déclaration de revenus.

Quant aux montants qui ne sont pas imposables, il y a le crédit pour la TPS/TVH, les prêts étudiants, les gains de loterie (ouais, il y en a qui ont de la chance!), les cadeaux et les biens reçus en héritage.

Quelle est la date limite pour soumettre ma déclaration?

Sauf en cas d'indications contraires de la part des gouvernements fédéral et provincial, vous devez déclarer vos revenus au plus tard le 30 avril suivant l'année d'imposition. On ne vous juge pas si vous faites toujours vos travaux de session la veille de la date butoir, mais ne niaisez pas avec la date limite que vous accorde le gouvernement. Vous pouvez remplir votre déclaration en ligne ou l’envoyer par la poste en version papier. Comme pour plein de bonnes choses dans la vie, ça va généralement plus vite en ligne. La plupart des étudiants peuvent s’attendre à recevoir un remboursement d’impôt… si vous en avez payé, évidemment. Puisque votre déclaration est relativement moins complexe à produire, on vous recommande de la transmettre le plus tôt possible, quand l’ARC est moins achalandée. Cette dernière devrait vous répondre deux semaines après le traitement de votre demande. Si vous tripez sur les relations épistolaires et que vous avez fait ça par la poste, ça devrait prendre environ huit semaines. Dans tous les cas, la gang de l’ARC va vous dire si vous devez payer une somme au gouvernement ou si vous avez droit à des crédits d’impôt. Ne stressez pas trop. Si vous étudiez à temps plein, ce deuxième scénario est bien plus probable.

Les crédits d’impôt: les bff des étudiants à temps plein

Certains crédits d’impôt sont remboursables, c’est-à-dire que le gouvernement vous versera directement une somme, que vous ayez de l’impôt à payer ou non. D’autres sont non remboursables, ce qui implique simplement qu’ils serviront à réduire votre impôt à payer, s’il y a lieu. Les plus utilisés par les étudiants sont les suivants :

  1. Le crédit pour solidarité du Québec : il existe pour atténuer les coûts de logement et de la taxe de vente pour les ménages à faible revenu, ce qui inclut évidemment les étudiants. Ce crédit d’impôt peut même être réclamé rétroactivement sous certaines conditions. Gâtez-vous et profitez-en!
  2. Le montant canadien pour emploi : il est offert si vous avez travaillé pendant vos études.
  3. Le crédit pour frais de scolarité : il correspond à 15 % de ce que vous payez annuellement en frais de scolarité, incluant les droits de scolarité, les frais d’admission et les frais d’examen.
  4. Le crédit pour les intérêts payés sur un prêt étudiant : il peut être réclamé si le gouvernement vous a consenti de l’aide financière aux études.

Faire ses impôts, ses devoirs, ses comptes...

Pas toujours évident de naviguer entre ses responsabilités, mais c’est bien plus facile avec les bons outils.

Les déductions: presque aussi cool que les crédits d’impôt

Les déductions, ce sont les sommes qui sont soustraites de votre revenu imposable. C’est une excellente chose, rassurez-vous. Les plus utilisées par les étudiants sont celles pour les frais de déménagement. Vous devez être inscrit à temps plein au cégep ou à l’université (comme étudiant ou comme stagiaire). Vous devez vous être rapproché d’au moins 40 km de votre établissement scolaire ou de votre lieu de stage. Les déductions couvrent les frais de transport, de résiliation de bail et d’autres choses bien pratiques, comme les frais de changement d’adresse et de rebranchement d’Hydro. Pour vous prévaloir de tout ça, il vous faut des pièces justificatives et des dépenses raisonnables.

Si vous êtes aux études tout en assumant la charge d’un enfant, chapeau! Nous vous incitons à profiter de la déduction pour frais de garde et des autres mesures fiscales de soutien aux familles.

Par où je commence pour remplir ma déclaration?

Une seule réponse ici : demandez de l’aide. Plusieurs établissements scolaires et organismes communautaires offrent des « cliniques d’impôts » pour les étudiants et les personnes à faible revenu. De gentils bénévoles peuvent vous guider à travers tout ça. Si vous avez plus d’affinités avec la matière, il existe des sites et des logiciels pour faire vos impôts. Si vous entrez les bonnes informations dans les bonnes cases, l’algorithme déterminera les crédits d’impôt et les déductions auxquelles vous êtes admissible.

Vient maintenant la partie fun. Vous pouvez ensuite discuter avec votre conseiller financier pour voir quoi faire avec votre remboursement d’impôt. Vous pourriez l’épargner ou même l’investir. Franchement, que vous ayez un emploi à temps partiel ou que vous ne travailliez pas du tout, ça vaut quand même la peine de jaser avec votre conseiller de temps en temps. Imaginez tout l’argent qui pourrait être épargné pour faire un voyage à la fin de la session ou pour amasser une mise de fonds pour acheter votre première maison! #gratitude

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories