Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Investir dans des fiducies de placement immobilier

13 juillet 2012 par Banque Nationale
reit how to invest

Investir dans l’immobilier sans acheter d’immeuble, c’est possible? Oui, grâce aux fiducies de placement immobilier. En achetant des parts de ces grands propriétaires d’immeubles, vous pourrez toucher une partie des loyers. Voyez comment y arriver.

Contenu

Les fiducies de placement immobilier (FPI), aussi connues sous leur acronyme anglais REIT pour Real Estate Investment Trusts, font partie de la catégorie des fiducies de revenu. Plus précisément, elles détiennent des biens qui produisent des revenus, qu’elles redistribuent ensuite.

Ces fiducies sont propriétaires d’immeubles qui génèrent des revenus de location. Le propriétaire de centres commerciaux RioCan est la plus grande FPI au Canada, tandis que Cominar, qui détient des immeubles de bureaux, commerciaux et industriels, est la plus importante FPI québécoise. Il en existe plusieurs autres.

Des FPI pour tous les goûts

Il existe différents types de FPI. Certaines se spécialisent dans l’industrie hôtelière, d’autres dans les résidences pour retraités, les centres commerciaux, les immeubles résidentiels ou encore les immeubles de bureaux.

Il y a également celles qui se diversifient en touchant à plusieurs secteurs immobiliers. Pour les investisseurs, acquérir des unités de ces fiducies peut être une bonne façon de répartir le risque.

Un produit financier accessible

Les unités de la plupart des FPI se vendent à la Bourse, tout comme les actions. Il vous suffit de contacter votre conseiller en placement pour en acheter. Vous n’avez pas besoin d’investir une somme importante comme vous devriez le faire si vous achetiez un immeuble. Au fil du temps, vous récoltez des revenus sans avoir à effectuer les tâches d’entretien et de gestion d’immeubles ni assumer les responsabilités du rôle de propriétaire. Si vous souhaitez investir en immobilier, il faut admettre que c’est beaucoup plus simple et rapide que d’acquérir un immeuble en briques et mortier.

Des paiements réguliers

Quand vous possédez des unités d’une FPI, vous recevez une partie des bénéfices qu’elle génère. Ces distributions sont souvent mensuelles ou trimestrielles. Vous touchez donc un revenu sur une base régulière.

Autre avantage : les montants sont habituellement plus élevés que ceux versés par les sociétés par actions. Selon l’Autorité des marchés financiers, les FPI distribuent en effet entre 70 et 95 % de leurs bénéfices aux porteurs de parts. Ces rendements supérieurs s’expliquent par le fait que mis à part l’entretien de leurs immeubles et l’acquisition de nouveaux bâtiments, les FPI ont peu de réinvestissement à faire pour se développer. Ensuite, contrairement aux sociétés par actions, elles ne paient pas d’impôt sur les profits qu’elles transfèrent aux investisseurs, mais seulement sur ceux qu’elles gardent.

Le traitement fiscal des distributions

Et vous? Vous devrez payer de l’impôt sur les versements que vous recevez d’une FPI. Sachez aussi que le traitement fiscal des distributions varie selon leur composition. S’il s’agit de revenus de location, vous serez imposé comme si vous aviez reçu de tels revenus.

Dans le cas d’un remboursement de capital, le prix de base de vos unités sera alors réduit à des fins fiscales. Quand vous vendrez vos unités, vous devrez donc payer de l’impôt sur le gain en capital. Ce gain correspond à la différence entre le prix que vous obtiendrez pour vos unités et le prix de base rajusté de ces dernières.

Les risques qu’il faut connaître

Rares sont les placements qui ne comportent pas une certaine part de risque. Ainsi, vous n’êtes pas assuré de recevoir régulièrement des distributions. Les montants versés peuvent en effet être réduits ou suspendus.

Si les taux hypothécaires augmentent et que la FPI doit renégocier ses hypothèques qui arrivent à échéance, ses profits pourraient fléchir. Ou encore, le taux d’occupation de ses immeubles pourrait diminuer à cause d’une conjoncture économique défavorable. Dans les deux cas, le montant et la fréquence des distributions pourraient être affectés. Le prix des unités de FPI fluctue selon l’offre et la demande ainsi que les conditions du marché.

Avant d’investir, des vérifications s’imposent

Pour diminuer le risque, mieux vaut faire vos devoirs quant à la sélection des FPI dans lesquelles vous investissez.

Comme les parts ne sont pas des titres à revenu fixe, évitez de vous fier seulement au montant des distributions pour faire votre choix. La qualité de la gestion est primordiale. Notamment, privilégiez des FPI dont le gestionnaire est un actionnaire important, car il sera plus enclin à agir de façon diligente. Recherchez aussi les éléments suivants :

  • immeubles de qualité et bons locataires;
  • baux à long terme;
  • taux d’occupation élevé;
  • taux d’endettement raisonnable.
  • Il est judicieux également de consulter en ligne la notice annuelle, le prospectus et les autres informations concernant les FPI qui vous intéressent. Votre conseiller en placement ou votre gestionnaire de portefeuille vous sera aussi de bon conseil.

    Dans une optique de diversification, les fiducies de placement immobilier ont leur place dans votre portefeuille financier. C’est une façon différente d’investir en immobilier qui permet d’obtenir un rendement intéressant, sans avoir à lever le petit doigt pour régler les problèmes de toits qui coulent ou de mauvais locataires.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Catégories

    Catégories