Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Magasinage de Noël en ligne: 6 conseils pratiques

04 novembre 2015 par Banque Nationale
Holiday online shopping: 6 practical tips

Magasiner en ligne pour éviter la cohue des magasins tout en dénichant le cadeau parfait pour chacun et chacune? C’est ce que de plus en plus de Canadiens font en se tournant vers Internet pour acheter ce qu’on trouvera au pied du sapin… C’est rapide, c’est pratique et, souvent, c’est économique!

Cependant, voici 6 conseils pour magasiner ses cadeaux de Noël en ligne en évitant les pépins.

1. Vérifier le sérieux du détaillant en ligne

En magasin, on peut regarder et toucher. En ligne, on ne peut que lire, lire et relire. Idéalement, la description des articles sur le site Web devrait être complète, incluant notamment les matériaux qui composent l’article, le format, le prix et une photo ou une image. En somme, toute information pratique devrait y être, de sorte qu’on n’ait aucune mauvaise surprise à la réception du colis.

Philippe Viel, de l’Union des consommateurs, recommande de vérifier que toute l’information légale sur le vendeur soit tout aussi clairement affichée. Nom d’entreprise, adresse physique, numéro de téléphone, courriel: on s’assure alors de faire affaire avec un commerçant avec qui on peut communiquer facilement.

Dans le cas des vêtements, la sélection de la bonne taille est critique. Il n’est pas toujours simple de s’y retrouver, la charte de grandeurs variant d’un magasin à l’autre, voire d’un modèle à l’autre! Impossible donc de choisir un « médium » ou une « taille 8 » à l’aveugle! Il faut plutôt prendre le temps de cliquer sur la charte des grandeurs de chaque article en question, un renseignement fourni par toute boutique en ligne sérieuse.

Que fait-on quand on ne connaît pas les mensurations de la personne qu’on souhaite gâter? On se concentre sur des morceaux de vêtement dont la coupe pardonne davantage, ou on tente de cerner la grandeur de ses vêtements par une enquête discrète de ses étiquettes. On fait ensuite l’exercice contraire: associer la taille à des mensurations selon la marque en question par une recherche en ligne, et partir de celles-ci pour continuer son magasinage.

2. Comparer les prix de différents sites

On a repéré une idée-cadeau intéressante: on souhaite désormais la payer à bon prix. Pour ce faire, il faut comparer. Cette étape est bien plus aisée en ligne qu’en magasin, puisqu’on peut simplement lancer dans un moteur de recherche une requête avec le nom de l’article en question pour récolter une liste de prix, plutôt que de s’imposer une expédition de boutique en boutique. Certains sites de « comparaison de prix » facilitent encore plus le travail. Par exemple, shopbot.ca.

Entrent dans l’équation du prix final le coût de la livraison et les frais de douanes. Épargner quelques dollars pour faire venir un article transatlantique ne sera pas au bout du compte une très bonne affaire si l’on doit sortir de nouveau la carte de crédit à la réception du colis.

On nous demande de payer un frais supplémentaire à la livraison? Philippe Viel est catégorique: « On ne doit pas accepter le colis, puis on demande un remboursement au commerçant. Il n’y a pas de frais cachés lors d’un achat en magasin, il ne devrait pas y en avoir en ligne non plus. C’est dans la loi (le principe de neutralité technologique des achats). »

3. Vérifier les délais de livraison

Magasiner en ligne et commander le cadeau parfait, mais arriver les mains vides le 25 décembre… scénario catastrophe qu’on souhaite tous éviter. Bien entendu, se prendre d’avance afin d’allouer assez de temps à la livraison des colis est une façon simple de s’épargner bien du stress.

Avant de passer à la caisse virtuelle, on devrait visiter la page qui précise la politique de livraison des commandes: pendant combien de jours ouvrables doit-on patienter? Il vaut la peine de parfois payer un extra pour un service express, si jamais on s’y est pris un peu tard.

Ce peut aussi être une bonne idée de conserver les courriels de confirmation de commande précisant les dates prévues de livraison. On pourra s’en servir comme base d’argumentation si jamais on devait annuler la commande pour cause de délais trop longs. N’hésitons pas non plus à exiger un service de livraison qui permet de suivre le colis en ligne: exit les mauvaises surprises!

Enfin, si le colis arrive et qu’on n’y est pas, on se retrouve à devoir aller le récupérer à un bureau aux heures d’ouverture parfois restreintes… Plus ou moins pratique, parfois encore moins que d’aller chercher l’article directement au magasin! Pour éviter ce désagrément, on peut choisir – si c’est bien perçu – de se faire livrer son colis directement au bureau, ou alors à une adresse à laquelle on sait qu’un proche sera présent pour accuser réception du paquet.

Un bon moyen d'éviter de rater ses cadeaux de Noël et d'anticiper ces problèmes de livraison, c'est de magasinez tôt!

4. Prendre les précautions nécessaires pour un cadeau

Certains commerces offrent l’option de préciser directement dans la commande qu’il s’agit d’un cadeau. L’avantage? L’article arrive déjà emballé (un emballage générique qu’on devra peut-être décorer, mais tout de même pratique!), et dans lequel est souvent déjà glissée une facture cadeau facilitant les échanges sans pour autant partager les détails de la facture.

Livrer le cadeau directement à l’adresse du destinataire n’est toutefois pas conseillé, à moins qu’il soit impossible de rencontrer physiquement la personne pendant le temps des fêtes, parce qu’elle vit à l’étranger, par exemple.

5. Prévoir les retours

Si on achète son cadeau 45 jours à l’avance et que la période de retour n’est que de 30 jours, qu’arrive-t-il? On s’assure d’abord d’avoir réponse à la question avant de conclure la commande. Certaines entreprises prolongent la période de sursis pour l’échange en cas de cadeau: après tout, souhaite-t-on vraiment forcer la personne à qui l’on offre le cadeau à se précipiter en magasin pour procéder à l’échange? D’ailleurs, aura-t-elle l’option de l’échanger en magasin? Et comment pourrait-elle procéder si elle souhaite plutôt faire le retour en ligne?

Toutes ces particularités sur la politique de retour sont précisées sur les sites des commerçants sérieux. Autrement, on s’abstient. Et on évite à tout prix à nos proches de devoir justifier le retour ou l’échange d’un cadeau (bonjour, malaise!): l’enveloppe de retour et la facture-cadeau devraient leur donner toute la liberté de procéder comme ils l’entendent, sans qu’on soit impliqué.

6. Se prémunir contre les promotions abusives

Rares sont aujourd’hui les entreprises qui imposent un fameux « opt-in », c’est-à-dire l’option cochée par défaut pour un abonnement à une foule de courriels non sollicités. Certains commerces tardent néanmoins à suivre le bal, de sorte qu’il est préférable de vérifier que le cadeau ne s’accompagne pas d’un abonnement à une liste de pourriels ou à une vente de nos précieuses coordonnées à notre insu.

Bien entendu, on choisit aussi des sites Web sérieux pour magasiner en ligne, ou on passe au moins par un service sécurisé comme Masterpass pour conclure la transaction, advienne qu’on ait trouvé le cadeau parfait dans un site qui semble, disons, artisanal.

Magasiner en ligne et trouver le cadeau parfait est désormais plus facile que jamais, les contraintes géographiques et logistiques étant chose du passé. Qui plus est, on évite la recherche interminable de stationnement, les bouchons de circulation, les files aux caisses, les clients irritables…

Pour les nostalgiques, ajoutons à la marche à suivre un album de Noël en guise de trame sonore et un petit thé bien chaud épicé à la cannelle.

Sur ce, bon magasinage en ligne!

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories