Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

7 conseils pour un mariage pas cher

11 février 2015 par Banque Nationale
mariage pas cher

Selon la dernière étude Weddingbells Mariage Québec, le coût moyen d’un mariage au Canada se chiffrerait à plus de 30 000 $. Heureusement, il existe des options pour que la facture soit moins salée. En voici quelques-unes.

Contenu

1. Déterminer un montant total et faire un budget

Élisabeth Boudreau, d’Élisabeth B. Mariages & Événements, l’avoue d’emblée : « Il faut toujours déterminer un montant global, puis faire un budget et être réaliste dans ses choix ». Chaque élément d’un mariage peut venir gonfler la facture totale.

Béatrice Bernard-Poulin, rédactrice en chef du Blogue de Béatrice, réputée pour être économe, suggère de faire une liste des priorités sur lesquelles vous ne souhaitez pas faire de concessions. Salle de réception, fleurs ou traiteur ? « Chaque personne est différente et choisira l’élément essentiel capable de faire en sorte que le mariage soit un succès, tout en respectant son budget. Il n’y a pas qu’une solution », souligne-t-elle.

2. Réduire la liste des invités

« La plus grosse dépense est sans contredit liée au nombre d’invités pour la réception, dit Élisabeth. Si vous avez un budget de 15 000 $ pour tout, il vous faudra revoir vos priorités, surtout si vous pensiez inviter 200 personnes ».

Vous pourriez réduire le nombre d’invités ou encore faire deux listes, soit une pour la cérémonie ou les festivités en soirée et une pour la réception, qui comptera les personnes les plus près de vous. Cette façon de faire vous permet également de réduire les frais de traiteur.

Dans tous les cas, si vous décidez de recevoir les convives en plusieurs étapes, demeurez sensible aux questions que cela pourrait soulever chez certaines personnes. Un cousin éloigné aurait peut-être préféré figurer sur la liste des proches, plutôt que celle des amis. « Si vous invitez des gens plus tard en soirée et que vous prenez du retard dans le service du repas, vous devrez les faire patienter pendant que vos autres invités terminent dessert et café », prévient Élisabeth. Si vous devez louer une salle pour les accueillir ou leur offrir des consommations en attendant, n’oubliez pas de l’ajouter à votre budget.

3. Sortir des sentiers battus : cérémonie et réception

Le lieu

La location d’une salle de réception peut représenter une grande part du budget. Plusieurs facteurs influent sur les coûts. Louer un hôtel au centre-ville d’une métropole coûtera plus cher qu’un hôtel excentré.

Si vous souhaitez réaliser une économie d’échelle, pourquoi ne pas planifier un mariage à la maison ? Cependant, il est essentiel d’avoir un plan B, surtout si vous aviez prévu vous marier dans le jardin ou sur le bord du lac au chalet. « Le plan B doit, à mon avis, être aussi intéressant que le plan A », recommande Élisabeth. Les sites spécialisés ou les hôtels qui organisent des mariages en plein air ont habituellement des installations prévues pour des journées où la température n’est pas clémente. À la maison, ce sera à vous d’y penser.

Boire et manger à plus petit prix

Béatrice suggère de chercher des endroits qui vous permettent de gérer toute la portion nourriture. « Vous pourrez magasiner votre traiteur au lieu de devoir payer un prix imposé. » De son côté, Élisabeth propose d’autres solutions pour économiser : « Si vous ne souhaitez pas réduire la liste d’invités, vous pourriez remplacer le souper par un lunch, un brunch, un pique-nique ou un BBQ. Si la cérémonie se déroule tard en fin de journée, ou en début de soirée, une table de desserts et des grignotines pourraient représenter une économie », souligne-t-elle.

Au moment de choisir votre salle de réception, demandez si vous pouvez consommer votre propre alcool. Peut-être déciderez-vous de laisser vos invités apporter leurs consommations. Dans ce cas, offrir un verre de mousseux pour le toast aux mariés est une attention à ne pas négliger.

Ces deux options peuvent représenter une économie comparativement aux forfaits offerts pour les consommations alcoolisées. Dans l’éventualité où vous optez pour un bar ouvert, pensez à limiter les choix sur le menu pour ne pas faire gonfler la facture avec des alcools forts ou des cocktails excentriques.

4. Louer ou acheter les tenues ?

La robe peut rapidement devenir la décision la plus sentimentale qui soit. « Si vous rêvez depuis toujours à une robe de designer, misez sur les autres sphères de dépenses pour réaliser des économies », affirme Béatrice. Sachez qu’il existe des boutiques qui vendent des robes seconde main ou recyclées.

Pour le complet de monsieur, la location peut être un choix judicieux. Un smoking en location, incluant la chemise, la cravate ou le nœud papillon, et les boutons de manchettes, entre autres, peut coûter entre 150 $ et 250 $, plus taxes. Comptez environ 25 $ de plus si vous louez les chaussures.

Béatrice voit une nouvelle tendance se dessiner. « C’est maintenant plus acceptable et plus fréquent pour la mariée d’acheter une robe qu’elle pourra porter de nouveau », dit-elle. C’est également vrai pour les hommes qui pourront revêtir un beau complet qu’ils possèdent déjà et choisir des accessoires pour le grand jour.

5. Choisir le célébrant

Au Québec, que vous choisissiez un mariage civil ou religieux, des coûts y sont associés. Au palais de justice (greffier) ou à l’hôtel de ville (maire ou représentant), vous devrez débourser 270 $, plus taxes. Pour ces mêmes intervenants, mais dans un lieu différent, il vous en coûtera 360 $, plus taxes. Pour un mariage à l’Église, comptez environ 300 $, excluant les frais pour la musique et les sessions de préparation. Vous pouvez demander à une personne qui vous est chère d’être célébrant désigné, c’est gratuit. Pour ce faire, faites-en la demande auprès du Directeur de l’état civil pour que la personne soit officiellement désignée pour ce rôle.

6. Sélectionner des maîtres photographes

Il est important de résister à la tentation de choisir le photographe le moins cher. S’offrir les services d’un photographe professionnel est rarement une dépense superflue, selon Élisabeth. « C’est ce qu’il va vous rester », insiste-t-elle.

Faire des recherches pour trouver le photographe qui correspond à votre style et à votre budget est essentiel. Les photographes offrent divers forfaits, à divers tarifs, incluant plus ou moins d’heures et de clichés. « Ne pas garder le photographe toute la journée permet de réduire les coûts », suggère Élisabeth. Certains offrent des promotions pour des mariages entre novembre et avril. Les prix varient en fonction des options choisies, mais comptez au moins 1 600 $ à 1 800 $ pour un photographe professionnel.

Pour la réception, demandez la collaboration de vos invités pour des photos croquées sur le vif. « Ces souvenirs seront autant les leurs que les vôtres », rappelle Élisabeth.

7. Joindre mariage et voyage de noces

Les mariages à l’étranger peuvent représenter une économie intéressante. Vous avez ainsi le meilleur des deux mondes : mariage et voyage de noces. Prenez le temps de visiter les sites des voyagistes pour les promotions. La plupart offrent des forfaits et des gratuités pour l’occasion. Selon la destination, il faut compter un minimum de 1 800 $ à 2 000 $ par personnes pour cette formule.

« Les frais augmentent si vous décidez de faire voyager votre célébrant et votre photographe », dit Élisabeth. Elle ajoute que ces mariages sont souvent plus intimes, « le nombre d’invités se réduit de lui-même puisque les invités défraient les coûts du voyage. » Dans ce cas, vous pourriez dire à vos invités que leur présence sera votre cadeau, ainsi vous les aiderez à réduire leurs frais.

Emprunter pour se marier n’est pas une bonne idée. Cependant, établir un budget précis dès le départ vous aidera grandement à atteindre vos objectifs. Un mariage abordable n’exige pas nécessairement que l’on sabre dans toutes les dépenses. Avec un peu de planification et de créativité, il est possible d’en faire une journée inoubliable, peu importe le montant alloué.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories