Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Protéger son conjoint en cas de décès avec l’assurance vie sur les produits de crédit

08 août 2015 par Banque Nationale

Parce que personne n’est à l’abri du malheur, mettre à l’abri financièrement sa tendre moitié ou sa famille grâce à l'assurance vie tombe sous le sens.

Contenu

Peu importe l’âge, la plupart des gens n’aiment pas penser à la mort. Un sondage CROP-L’actualité mentionne que seulement 48 % des adultes québécois ont un testament. Toutefois, pour la tranche des 55 ans et plus, le pourcentage atteint 75 %.

Cependant, laisser ses proches dans le besoin ou avec des problèmes financiers à gérer en plus du deuil et d’une succession n’est pas une situation souhaitée. Cela s’applique aussi aux produits ou engagements financiers que vous prenez au cours de votre vie. Pour votre prêt hypothécaire et votre carte de crédit, avez-vous pris des précautions pour ne pas transférer ces poids monétaires à votre famille?

Garder la maison

À partir du moment où vous décrochez votre premier réel emploi, vient une nouvelle marge de manœuvre financière et la liberté de rêver à vos prochains gros projets : voyage, auto, maison… Puis, vous rencontrez la bonne personne et après quelque temps, vous décidez d’acquérir ensemble votre propre chez-soi. Tout se passe bien. Mais soudain, la tragédie frappe.

En contractant une assurance vie pour votre prêt hypothécaire, vous prenez ainsi soin que votre solde assuré soit payé entièrement à votre institution financière. Résultat : votre conjoint, conjointe ou famille se retrouve avec une maison qui leur appartient pleinement et n’a plus à s’inquiéter à savoir si lui ou elle devra déménager.

Par ailleurs, même si vous aviez pour accord de payer moitié-moitié votre hypothèque, l’assurance pourrait couvrir tout le solde assuré, ce qui peut signifier l’entièreté du montant restant. Si le scénario inverse devait se produire et que seule la personne survivante était assurée, ce serait une toute autre paire de manches… D’où la nécessité de voir à ce que tous les propriétaires d’un même bien détiennent une bonne couverture d’assurance.

Il faut aussi savoir que la plupart des institutions financières qui offrent des assurances vie pour prêt hypothécaire proposent une prime d’assurance fixe durant toute la période de couverture, ce qui peut aider votre budget.

Protéger ses proches, couvrir ses dettes

Si contracter une assurance vie pour votre prêt hypothécaire peut sembler normal compte tenu de l’imposant montant en jeu, faire de même avec notre carte de crédit peut s’avérer tout aussi logique.

En effet, avec ce type d’assurance lié à votre carte de crédit, le solde au jour du décès ou du relevé précédent est généralement couvert. Au moins, alors que votre conjoint ou conjointe devra assumer les frais funéraires et les coûts associés à la succession, vos achats à crédit ne seront pas un fardeau additionnel.

La plupart des institutions vous offrent également une couverture pour l’assurance vie pouvant aller jusqu’à 25 000 $. Quant aux primes, elles sont aussi majoritairement calculées, sauf exception, selon un tarif appliqué par tranche de 100 $ du solde restant à la date de l’émission de l’état de compte mensuel. Celles-ci sont ajoutées directement au solde de votre carte.

Sachez que l’assurance vie sur le solde de carte de crédit ne nécessite pas, en règle générale, d’examens de santé. Cette façon de procéder est aussi habituellement en vigueur pour ce même type de produit s’adressant aux 65 ans et plus.

Une question d’avenir financier

En somme, comme pour tous les documents et précautions qui doivent être planifiés avant votre décès, l’assurance vie sur les produits de crédit représente un moyen d’assurer une partie de l’avenir financier de vos proches.

Si le sujet peut vous paraître difficile, il est néanmoins nécessaire de l’aborder et de poser les gestes conséquents. Ainsi, vous avez le pouvoir d’agir sur l’impact financier que votre décès pourrait avoir sur vos proches.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories