Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Auto : faut-il contracter une assurance de remplacement?

07 juin 2019 par Banque Nationale du Canada
Assurance de remplacement

Assurance de remplacement ou avenant « valeur à neuf »? Quelque 22 % des propriétaires ou locataires de véhicule neuf contractent les deux, selon un sondage de la Chambre de l’assurance de dommages (ChAD). Pourtant, les deux produits répondent au même besoin. Alors lequel choisir?

Qu’est-ce qu’une assurance de remplacement et l’avenant « valeur à neuf »?

Votre assurance automobile de base couvre la valeur réelle de votre véhicule, sauf avis contraire. Or, celle-ci chute rapidement. CAA-Québec estime qu’une voiture perd environ 30 % de sa valeur la première année.

Le solde de votre prêt, lui, baisse moins vite. En cas de vol ou d’accident perte totale où l’assureur détermine qu’il n’est pas possible de réparer la voiture, le dédommagement pourrait donc être moins élevé que le montant qu’il vous reste à rembourser sur le prêt auto. L’assurance de remplacement et l’avenant « valeur à neuf » comblent cet écart et vous permettent de reprendre la route au volant d’un véhicule neuf.

Les deux produits comportent plusieurs différences.

  • Assurance de remplacement

Elle convient tant aux véhicules de tourisme neufs qu’aux démonstrateurs et aux véhicules usagés. Elle est aussi offerte pour les VTT, les motoneiges et certaines voitures haut de gamme non admissibles à l’avenant valeur à neuf.

Ce type de protection permet de remplacer votre voiture par un modèle neuf équivalent chez le même marchand ou encore, recevoir une somme d’argent pour l’achat d’un véhicule semblable chez un autre concessionnaire. Dans ce cas, il est nécessaire de préciser cette option au moment de la signature du contrat faute de quoi vous serez obligé de remplacer votre véhicule chez le marchand d’origine. Si vous choisissez de ne pas remplacer votre véhicule, aucune autre forme d’indemnité n’est versée.

L’assurance de remplacement est souvent contractée auprès du concessionnaire, mais est aussi offerte par les agents et courtiers d’assurance. C’est pourquoi lors d’une réclamation, vous pourriez devoir vous adresser à deux assureurs. Le premier pour l’assurance de base et le second pour l’assurance de remplacement.

  • Avenant valeur à neuf

L’avenant valeur à neuf est destiné uniquement aux véhicules neufs et certains démonstrateurs au kilométrage limité.

Cet avenant prévoit le remplacement de votre véhicule par un semblable chez le marchand de votre choix. Toutefois, vous pouvez aussi choisir d’obtenir une indemnité en argent. Il y a donc dédommagement même si vous décidez de prendre l’autobus plutôt que de racheter une voiture.

Cette protection est un simple ajout à votre assurance auto de base. Vous pouvez la contracter uniquement auprès d’un agent ou un courtier en assurance. En cas de réclamation, vous vous adressez à un seul assureur.

Quels sont les avantages d’une assurance de remplacement?

En cas de vol ou d’accident, vous devrez payer une franchise à votre assureur auto de base. Elle sera toutefois remboursée par l’assurance de remplacement. 

La prime est établie en fonction de la valeur de votre véhicule et la durée de votre contrat. Puisque votre dossier de conduite n’est pas pris en compte, ce type de protection peut être avantageux si vous avez plusieurs réclamations récentes. 

Le prix de l’assurance de remplacement est fixe pour la durée du contrat. La période de couverture peut s’étendre jusqu’à huit ans. Si la prime est payée à même le financement du véhicule, vous devrez toutefois payer des intérêts supplémentaires. 

Quels sont les désavantages de l’assurance de remplacement?

Elle coûte généralement plus cher que l’avenant valeur à neuf. En revanche, le prix de l’avenant grimpe chaque année, particulièrement après deux ans. Cela peut représenter entre 200 $ et 1 000 $ pour cinq ans, selon la ChAD.

Seuls les équipements et accessoires indiqués au contrat d’achat et de location sont couverts. Si vous faites installer une nouvelle chaîne stéréo, vous ne recevrez pas de dédommagement pour celle-ci. Avec un avenant valeur à neuf, elle serait couverte.

L’assurance de remplacement est souvent offerte par le concessionnaire à la toute fin du processus de vente. Dans ce contexte, vous avez moins de temps pour réfléchir à la meilleure solution pour vous. Pourtant, cette décision ne doit pas être prise à la légère.

Comment résilier ces deux contrats?

Dans l’éventualité où vous avez signé une assurance de remplacement auprès d’un concessionnaire et que vous regrettez votre décision, vous avez dix jours pour résilier votre contrat sans frais. Pour le faire, vous devez transmettre un avis au concessionnaire par courrier recommandé. Après ce délai, des frais s’appliquent.

Si vous avez contracté votre assurance de remplacement auprès d’un agent ou d’un courtier d’assurance, vous pouvez y mettre fin n’importe quand. Vous devrez toutefois payer les frais indiqués au tableau de résiliation qui accompagne votre police.

Dans le cas de l’avenant valeur à neuf, il n’y a aucuns frais de résiliation. Au renouvellement du contrat, vous pouvez choisir de ne pas reprendre la protection ou encore, si vous le faites à un autre moment, vous serez remboursé de façon proportionnelle. 

Une décision éclairée

Pour être bien protégé, il est important d’analyser vos besoins. Et comme une des deux assurances suffit, informez-vous sur les protections en lien avec votre situation. À titre d’exemple, acheter une voiture exotique, posséder plusieurs véhicules ou voyager en voiture à l’extérieur du pays fréquemment sont des scénarios qui peuvent influencer le type de protection à privilégier. C’est pourquoi un courtier pourra vous proposer des solutions sur mesure en matière d’assurance remplacement et valeur à neuf. 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags :

Catégories

Catégories