Régime de retraite simplifié (RRS)

Un RRS est un régime de retraite dans lequel l’employeur, et la plupart du temps l’employé, versent une cotisation dans un compte au nom du participant. L’administration du RRS est confiée à une institution financière, en l’occurrence Trust Banque Nationale, ce qui dégage l’employeur de nombreuses tâches administratives.

Communiquez avec nous dès aujourd’hui

Obtenez la solution parfaite pour votre entreprise, au
1 877 640-7273

Qu’est-ce qu’un RRS ?

Le RRS est un régime de retraite simplifié.

Les avantages du RRS pour l’employeur

  • Les coûts d’administration sont réduits parce que le RRS est un régime interentreprises;
  • Les cotisations et les frais d’administration sont déductibles d’impôt pour l’employeur; 
  • Puisque le RRS est un régime à cotisation déterminée, l’employeur n’a pas à assumer les risques financiers qui s’y rattachent. Le montant de la rente dépendra des sommes accumulées au compte du participant au moment où ce dernier prendra sa retraite;
  • Le choix des directives de placement appartient au participant, ce qui dégage l’employeur de cette responsabilité;
  • Le RRS entraîne l’immobilisation des cotisations versées par l’employeur; 
  • L’établissement du régime et de l’enregistrement auprès de l’Agence du revenu du Canada et de la Régie des rentes du Québec est pris en charge par l’institution financière.

Les avantages du RRS pour l’employé

  • Le participant profite du remboursement d’impôt immédiat pour ses cotisations salariales, s’il y a lieu;
  • L’acquisition de la part de l’employeur est immédiate. Les cotisations de l’employeur appartiennent donc au participant dès leur versement;
  • Les cotisations volontaires versées après le 3 juin 2004 peuvent être retirées avant la retraite. Les cotisations salariales peuvent aussi être retirées avant la retraite en cas de cessation d’emploi ou avant la cessation d’emploi si l’employeur l’a préalablement permis. Les contributions versées avant le 3 juin 2004 ne peuvent être retirées avant la retraite, sauf si l’employé cesse d’être actif et que la valeur de ses droits est inférieure à 20 % du maximum des gains admissibles.