Communiqués de presse

Perspectives économiques 2005 de la Banque Nationale : une croissance soutenue au Canada malgré un dollar fort

Montréal, le 16 décembre 2004 -

Grâce à une toile de fond économique mondiale  demeurant encore assez favorable, le Canada enregistrera un taux de croissance économique légèrement supérieur à 3 % en 2005. L'appréciation récente du dollar canadien freinera la croissance des exportations mais les investissements des entreprises s'accéléreront et les consommateurs canadiens continueront de bénéficier de taux d'intérêt faibles, indique l'économiste en chef de la Banque Nationale, M. Clément Gignac, également premier vice-président et stratège à la Financière Banque Nationale.

Au plan régional, les provinces de l'Ouest enregistreront une performance supérieure à la moyenne canadienne grâce au secteur des ressources naturelles et aux nombreux projets d'infrastructures énergétiques. À l'inverse, le Québec et l'Ontario devraient connaître une croissance sous la barre de 3 % en raison d'une certaine restructuration du secteur manufacturier.  Selon M. Gignac, malgré les impacts négatifs indéniables sur les marges bénéficiaires de plusieurs exportateurs, la majorité des entreprises canadiennes sont mieux en mesure de faire face à cette appréciation du dollar qu'au début des années 90 en raison du boom économique mondial actuel et de l'assainissement de leurs bilans.

Malgré un recul du dollar canadien par rapport à son sommet récent, les économistes de la BNC maintiennent inchangée leur cible de 85 cents É.-U. en fin de 2005 (autour de 83 cents en moyenne pour l'année).  Malgré la disparition des écarts de taux avec les États-Unis, le Canada continuera de bénéficier de l'expansion rapide de la Chine en raison de son statut d'exportateur net de ressources naturelles.  De plus, le bilan du Canada est devenu très enviable en étant le seul pays du G-7 à afficher année après année un surplus budgétaire.

De son côté, la Banque du Canada devrait continuer à faire preuve de pragmatisme et d'étapisme dans la conduite de sa politique monétaire en 2005 en tenant compte du comportement du dollar canadien mais aussi des facteurs favorables agissant sur la demande globale canadienne.  Compte tenu du degré encore élevé de détente monétaire, une hausse de quelque 75 points de base du taux directeur de la Banque du Canada est attendue en 2005.

Malgré un recul par rapport à 2004, les mises en chantier de logements devraient dépasser 200 000 unités en 2005, et ce pour une quatrième année d'affilée. Selon Marc Pinsonneault, économiste principal à la Financière Banque Nationale, les bas taux d'intérêt et la forte création d'emplois à temps plein soutiennent l'activité. Par ailleurs, le marché de la revente de maison est en voie de devenir plus équilibré et le prix des maisons devrait progresser à un rythme moins effréné qu'au cours des 4 dernières années.

Aux États-Unis, le rétablissement graduel du marché du travail donne des assises plus solides à la reprise et devrait se traduire par une autre année de croissance économique en 2005 (+3,7% versus +4,3 % en 2004). Désireuse de retourner vers une politique monétaire moins accommodante, la banque centrale américaine devrait augmenter son taux directeur d'un autre 150 points de base en 2005.  Quant au billet vert, à moins d'un virage drastique de l'administration Bush du côté budgétaire, celui-ci devrait continuer de se déprécier compte tenu de l'ampleur du déséquilibre extérieur

Au plan des marchés financiers, il faudra composer avec un  retrait additionnel de liquidités opéré par la Réserve fédérale et un repli des achats des banques centrales asiatiques.

Le taux des obligations du Trésor américain à 10 ans devrait augmenter de 75 à 100 points de base et un relèvement de la prime de risque est attendu sur les obligations à  haut rendement et des pays émergents. Du côté du marché boursier, les niveaux actuels de valorisation des bourses nord-américaines demeurent attrayants mais le ralentissement de la croissance des bénéfices limitera les gains potentiels. « Bref, l'année 2005 risque d'être sous l'enseigne de la transition et la majorité des véhicules de placements devraient fournir des rendements modestes aux investisseurs » de conclure M. Gignac.

Tableau des prévisions économiques nord-américaines

 

2003

2004

2005

États-Unis (%)

P.I.B. réel

3,0

4,3

3,7

Taux de chômage

6,0

5,5

5,3

Taux d'inflation

2,3

2,7

3,0

Bons du trésor, 3 mois (fin d'année)

0,91

2,32

3,82

Taux des obligations du Trésor, 10 ans (fin d'année)

4,26

4,22

5,27

Canada (%, sauf indication contraire)

P.I.B. réel

2,0

2,7

3,2

Taux de chômage

7,6

7,2

7,2

Taux d'inflation

2,8

1,8

2,0

Mises en chantier (000)

220,0

230,0

210,0

Bons du trésor, 3 mois (fin d'année)

2,58

2,55

3,20

Taux des obligations du Trésor, 10 ans (fin d'année)

4,66

4,40

5,27

Dollar canadien (en cents É.-U., fin d'année)

77,13

82,60

85,00

P.I.B. réel par province (%)

Québec

1,9

2,5

2,7

Ontario

1,6

2,7

3,0

Terre-Neuve-et-Labrador

6,8

2,0

1,7

Île-du-Prince-Édouard

1,9

1,9

2,1

Nouvelle-Écosse

1,2

2,0

2,5

Nouveau-Brunswick

2,5

2,2

2,9

Manitoba

1,5

3,1

3,1

Saskatchewan

4,5

3,0

3,1

Alberta

2,7

4,0

4,2

Colombie-Britannique

2,5

3,3

4,0

La présentation audio webdiffusée des « Perspectives économiques et financières 2005 » est accessible à partir du site Web de la Banque Nationale à l'adresse : www.bnc.ca/perspectiveseconomiques.

À propos de la Banque Nationale du Canada
La Banque Nationale du Canada est un groupe intégré qui fournit des services financiers complets à sa clientèle de particuliers, de PME et de grandes entreprises dans son marché principal, ainsi que des services spécialisés à ses autres clients dans le monde. La Banque Nationale offre toute la gamme des services bancaires, y compris ceux destinés aux grandes sociétés, et tous les services d'une banque d'investissement. Elle est active sur les marchés internationaux de capitaux et, par l'entremise de ses filiales, en courtage des valeurs mobilières, en assurance, en gestion de patrimoine ainsi qu'en gestion de fonds communs de placement et de régime de retraite. La Banque Nationale est une entreprise dont l'actif s'élève à près de 89 milliards de dollars et qui, avec ses filiales, emploie près de 16 500 personnes. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (NA :TSX). Pour de plus amples renseignements, visitez le site de la Banque à  
www.bnc.ca.

Informations : (Le numéro de téléphone ci-dessous est à l'usage exclusif des journalistes et des autres représentants des médias ) :

Johanne Bissonnette
Service des relations publiques
Banque Nationale du Canada
Tél. : (514) 394-6500