Communiqués de presse

Perspectives économiques 2004-2005 de la Banque Nationale : contexte très favorable pour le Canada

Montréal, le 22 juin 2004 -

L'économie canadienne devrait connaître une forte croissance au cours des prochains trimestres, entraînant dès cette année une remontée des taux d'intérêt pouvant atteindre 1,5 % au Canada au cours des 18 prochains mois, indique Clément Gignac, économiste en chef à la Banque Nationale et premier vice-président et stratège à la Financière Banque Nationale.

Selon M. Gignac, en 2004-2005, l'économie canadienne devrait continuer à reprendre de sa vigueur, jusqu'à enregistrer un PIB supérieur à 3 %.  Ce sont les provinces de l'Ouest qui devraient ressortir grandes gagnantes en raison de leur structure industrielle liée au secteur des ressources naturelles. En contrepartie, il faudra s'attendre à ce que la Banque du Canada enlève bientôt le pied de l'accélérateur.

À l'échelle mondiale, la croissance économique devrait enregistrer sa meilleure performance en plus de 25 ans et atteindre 4,5 % en moyenne en 2004-2005, en raison des politiques monétaires expansionnistes amorcées depuis plus de deux ans dans les pays occidentaux.  En sus d'une croissance synchronisée des pays du G-7, qui inclut le retour du Japon, l'industrialisation rapide de pays tels la Chine et l'Inde exercera des pressions à la hausse du prix des matières premières.

Pour le Canada, dont les exportations représentent plus du tiers du PIB, une telle conjoncture internationale s'avère très favorable.  Aussi, on s'attend à ce que le solde commercial canadien contribue à la croissance économique en 2004-2005. À cet apport positif du secteur extérieur canadien, s'ajoute une demande intérieure robuste. Ainsi, le secteur immobilier devrait demeurer fort et les mises en chantier devraient excéder 200 000 unités en 2004-2005.  Selon Marc Pinsonneault, économiste principal à la Financière Banque Nationale, les facteurs qui permettront de soutenir la construction résidentielle canadienne sont : les faibles taux hypothécaires et la forte création d'emplois.

En ce qui a trait aux taux d'intérêt, on s'attend à ce que les banques centrales canadienne et américaine adoptent des politiques monétaires plus neutres étant donné la forte reprise du marché de l'emploi.  Selon M. Gignac, au cours des 18 prochains mois, on devrait assister à une hausse des taux directeurs des banques centrales, soit 1,5 % au Canada et près de 2, 5 % aux États-Unis.  Quant aux taux hypothécaires, la hausse projetée devrait être inférieure et osciller entre 0,5 % et 1,5 %, selon le terme.

Pour sa part, le dollar canadien devrait enregistrer une remontée pouvant atteindre 0,78 $ d'ici la fin 2005, malgré la baisse enregistrée depuis le début de l'année.  En effet, pour la première fois en 20 ans, le Canada détient un taux de participation au marché du travail supérieur à celui des États-Unis et possède un ratio d'endettement, au niveau fédéral, inférieur à celui des Américains.  Le dollar canadien devrait ainsi reprendre sa tendance haussière aussitôt que la Banque du Canada emboîtera le pas de la Réserve fédérale.

Du côté des marchés financiers, la remontée attendue de l'inflation et le retrait des liquidités des banques centrales devraient engendrer une hausse de la prime de risque exigée par les investisseurs ce qui engendrera des effets sur les obligations.  Les marchés boursiers devraient offrir des rendements nettement moins spectaculaires en 2004-2005 que ce qu'ils ont connus l'an dernier.  En outre, leurs rendements devraient être en ligne avec les tendances historiques et atteindre 6 % à 9 %.  « À moyen terme, les investisseurs auraient avantage à adopter une diversification de portefeuille comme stratégie financière.  D'autant plus que les développements actuels au Moyen-Orient constituent un facteur de risque important planant sur l'évolution du cours du pétrole et les perspectives économiques mondiales », a conclu M. Gignac.

Tableau des prévisions économiques nord-américaines

 

2003

2004

2005

 

États-Unis (%)

P.I.B. réel

3,1

4,6

3,5

Taux de chômage

6,0

5,6

5,5

Taux d'inflation

2,3

2,7

2,6

Bons du trésor, 3 mois (fin d'année)

0,88

2,35

3,45

Taux des obligations du Trésor, 10 ans (fin d'année)

4,21

5,13

5,63

 

Canada (%, sauf indication contraire)

P.I.B. réel

2,0

3,0

3,5

Taux de chômage

7,6

7,2

7,0

Taux d'inflation

2,8

2,0

2,3

Mises en chantier (000)

220,0

230,0

205,0

Bons du trésor, 3 mois (fin d'année)

2,57

2,80

3,50

Taux des obligations du Trésor, 10 ans (fin d'année)

4,66

5,23

5,63

Dollar canadien (en cents É.-U., fin d'année)

77,13

75,00

78,00

 

P.I.B. réel par province (%)

Québec

1,6

3,0

3,2

Ontario

1,3

3,0

3,3

Terre-Neuve-et-Labrador

6,5

2,5

2,3

Île-du-Prince-Édouard

1,9

2,5

2,5

Nouvelle-Écosse

0,9

2,3

2,3

Nouveau-Brunswick

2,6

2,4

2,7

Manitoba

1,4

3,0

3,0

Saskatchewan

4,5

2,7

3,1

Alberta

2,2

3,4

3,8

Colombie-Britannique

2,2

3,2

3,8

La présentation audio webcast des « Perspectives économiques et financières été 2004 » sont accessibles à partir du site Web de la Banque Nationale à l'adresse : www.bnc.ca/perspectiveseconomiques.

À propos de la Banque Nationale du Canada

La Banque Nationale du Canada est un groupe intégré qui fournit des services financiers complets à sa clientèle de particuliers, de PME et de grandes entreprises dans son marché principal, ainsi que des services spécialisés à ses autres clients dans le monde. La Banque Nationale offre toute la gamme des services bancaires, y compris ceux destinés aux grandes sociétés, et tous les services d'une banque d'investissement. Elle est active sur les marchés internationaux de capitaux et, par l'entremise de ses filiales, en courtage des valeurs mobilières, en assurance, en gestion de patrimoine ainsi qu'en gestion de fonds communs de placement et de régime de retraite. La Banque Nationale est une entreprise dont l'actif est de près de 84 milliards de dollars et qui, avec ses filiales, emploie près de 17 000 personnes. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (NA :TSX). Pour de plus amples renseignements, visitez le site de la Banque à www.bnc.ca.

Informations (le numéro de téléphone et l'adresse électronique ci-dessous sont à l'usage exclusif des journalistes et des autres représentants des médias ) :

Denis Dubé
Directeur des relations publiques
Banque Nationale du Canada
Tél. : (514) 394-8644