Communiqués de presse

La Banque Nationale annonce un bénéfice net de 180 millions $, en hausse de 30 %, pour le deuxième trimestre 2004

Montréal, le 27 mai 2004 -

La Banque Nationale annonce un bénéfice net de 180 millions $, en hausse de 30 %, pour le deuxième trimestre 2004. 

Bénéfice par action de 1,01 $, en hausse de 38 %;
Rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires de 19,0 %;
Augmentation du dividende trimestriel de 15 %.

 

Pour le trimestre terminé le 30 avril

Bénéfice net

2004

2003

%

Particuliers et entreprises

92

79

+ 16

Gestion de patrimoine

33

19

+ 74

Marchés financiers

59

37

+ 59

Autres

(4)

3

 

Total

180

138

+ 30

Bénéfice par action

1,01 $

0,73 $

+ 38

Rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires

19,0 %

14,8 %

 

 

 

Pour le semestre terminé le 30 avril

Bénéfice net

2004

2003

%

Particuliers et entreprises

196

173

+13

Gestion de patrimoine

57

38

+ 50

Marchés financiers

131

101

+ 30

Autres

(18)

(8)

 

Total

366

304

+ 20

Bénéfice par action

2,04 $

1,61 $

+ 27

Rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires

19,0 %

16,3 %

 

Pour le deuxième trimestre terminé le 30 avril 2004, la Banque Nationale a réalisé un bénéfice net de 180 millions de dollars, en hausse de 30 % par rapport à 138 millions pour le trimestre correspondant de 2003. Le bénéfice par action du trimestre s'est élevé à 1,01 $, soit 38 % de plus que les 0,73 $ par action annoncé au deuxième trimestre 2003.  Le rendement des capitaux propres attribuables aux détenteurs d'actions ordinaires de 19,0 % pour le deuxième trimestre 2004 se compare à 14,8 % pour la même période en 2003.

De plus, le Conseil d'administration de la Banque a approuvé, lors de sa réunion du 27 mai 2004, une augmentation de 15 % du dividende trimestriel qui s'établit à 38 cents par action.

Pour le deuxième trimestre 2004, chacun des secteurs d'exploitation a affiché d'excellents résultats comme en témoigne la croissance des bénéfices nets sectoriels.

Le bénéfice net du secteur Particuliers et entreprises est de 92 millions de dollars pour le deuxième trimestre 2004, une croissance de 13 millions de dollars ou 16 % comparativement à la période correspondante de 2003. Outre la diminution des dotations aux pertes sur créances de 8 %, les revenus du secteur ont progressé de 7 % tandis que les charges d'exploitation augmentaient de 5 %.

Le bénéfice net du secteur Gestion de patrimoine a fait un bond de 74 % du deuxième trimestre 2003 au trimestre correspondant de 2004 pour se chiffrer à 33 millions de dollars. Cette excellente performance est le résultat combiné d'une progression de 31 % des revenus et d'une amélioration de la productivité.

Pour le secteur des Marchés financiers, le bénéfice net de 59 millions de dollars est en hausse de 59 % en raison des gains sur valeurs mobilières ainsi que de l'augmentation du volume des transactions sur les marchés financiers.

Par ailleurs, la Banque a réduit sa provision générale pour risque de crédit de 20 millions de dollars (13 millions de dollars, déduction faite des impôts ou 7 cents par action) en raison de la bonne qualité du portefeuille de prêts observée récemment.  Cette réduction a été imputée à la rubrique « Autres » des résultats sectoriels.

Pour le premier semestre 2004, la Banque obtient un bénéfice net de 366 millions de dollars par rapport à 304 millions pour la même période l'année dernière, soit une progression de 20 %.  Le bénéfice par action se chiffre à 2,04 $, en hausse de 27 % par rapport à 1,61 $ pour le premier semestre 2003.  Quant au rendement des capitaux propres, il s'établit à 19,0 % alors qu'il était de 16,3 % pour les six premiers mois de l'exercice financier 2003.

Au 30 avril 2004, les provisions spécifiques et la provision générale pour risque de crédit excèdent les prêts douteux bruts de 165 millions de dollars comparativement à 171 millions de dollars au 31 janvier 2004 et à 154 millions au 31 octobre 2003. La hausse de 6 millions de dollars, depuis le trimestre précédent, est attribuable à la réduction de 20 millions de la provision générale pour risque de crédit qui s'établit maintenant à 385 millions de dollars.  Excluant cet élément, les prêts douteux nets sont en baisse de 14 millions de dollars depuis le 31 janvier 2004.

Les ratios de capital réglementaire de base et total s'établissent respectivement à 9,6 % et 13,2 % au 30 avril 2004 par rapport à 10,1 % et 13,8 % au 31 janvier 2004 et à 9,6 % et 13,4 % au 31 octobre 2003.  La Banque a racheté pour annulation 5,9 millions d'actions ordinaires, au 30 avril 2004, dans le cadre du programme de rachat d'actions ordinaires dans le cours normal des affaires visant un maximum de 8,7 millions d'actions.

« Les excellents résultats de la Banque Nationale au deuxième trimestre démontrent bien la capacité de notre modèle d'affaires à tirer profit de la vigueur de l'économie canadienne.  Chacun de nos trois secteurs d'activités a obtenu une croissance de son bénéfice supérieure à 10 %, nous permettant ainsi de progresser de façon satisfaisante vers l'atteinte de nos objectifs annuels, » a déclaré monsieur Réal Raymond, président et chef de la direction. Il a de plus mentionné que « ces résultats reflètent nos efforts constants pour accroître notre volume d'affaires tout en gardant le cap quant au contrôle des dépenses et au maintien de la qualité de notre portefeuille de prêts. »

 

Objectifs

Résultats 2ième trimestre 2004

Résultats 1er trimestre 2004

Croissance du bénéfice par action

5% - 10%

38%

27%

Rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires

15% - 17%

19,0 %

19,0 %

Ratio de capital de base

8,75 % - 9,50 %

9,6 %

9,6 %

Ratio de versement des dividendes

35 % - 45 %

32%

32%

ANALYSE PAR LA DIRECTION DE LA SITUATION FINANCIÈRE ET DES RÉSULTATS D'EXPLOITATION

Le texte qui suit présente l'analyse par la direction de la situation financière et des résultats d'exploitation de la Banque.  Cette analyse est basée sur les états financiers consolidés non vérifiés pour le deuxième trimestre et le premier semestre 2004. 

Analyse des résultats

Résultats d'exploitation

La Banque Nationale affiche un bénéfice net de 180 millions de dollars pour le deuxième trimestre terminé le 30 avril 2004, par rapport à 138 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2003. Le bénéfice par action trimestriel s'établit à 1,01 $ en comparaison à 0,73 $ pour le deuxième trimestre 2003, soit une augmentation de 38 %.  Le rendement des capitaux propres attribuables aux détenteurs d'actions ordinaires s'élève à 19,0 % pour le trimestre alors qu'il avait atteint 14,8 % pour le trimestre terminé le 30 avril 2003.

Pour les six premiers mois de l'exercice financier 2004, le bénéfice net se chiffre à 366 millions de dollars, en hausse de 20 % par rapport à 304 millions pour la première moitié de l'exercice financier 2003.  En terme de bénéfice par action, celui du deuxième semestre 2004 à 2,04 $ est en croissance de 27 % par rapport au 1,61 $ par action obtenu pour la même période en 2003.  Enfin, le rendement des capitaux propres du semestre de 19,0 % dépasse largement celui obtenu pour les six premiers mois de 2003 qui était de 16,3 %.

Résultats sectoriels

Depuis le début de l'exercice financier 2004, la Banque mesure les résultats de ses secteurs d'exploitation en fonction des pertes encourues alors qu'auparavant ce sont les pertes anticipées qui étaient présentées.  Les données de l'année précédente ont été retraitées afin de les rendre comparables aux données présentées cette année. 

Particuliers et entreprises

Pour le trimestre, le bénéfice net du secteur Particuliers et entreprises s'établit à 92 millions de dollars, en hausse de 16 % comparativement à 79 millions de dollars pour la même période en 2003. La hausse du bénéfice net sectoriel, par rapport au trimestre correspondant de 2003, est l'effet combiné de l'augmentation des revenus, de la baisse des dotations aux pertes sur créances et de l'amélioration de la productivité.

Le revenu net d'intérêts de 316 millions de dollars augmente de 16 millions de dollars ou 5 % par rapport au deuxième trimestre 2003. Cette croissance est attribuable à la progression du volume des prêts et acceptations, notamment des prêts à la consommation qui augmentent de 21 %, ainsi qu'à la marge bénéficiaire en hausse de 2 points de base pour atteindre 3,21 % pour le deuxième trimestre 2004. Les revenus autres que d'intérêts de 160 millions de dollars ont augmenté de 14 millions de dollars, en raison des revenus provenant des comptes de transactions, des commissions sur prêts et du revenu de change.

Les charges d'exploitation du trimestre atteignent 297 millions de dollars comparativement à 283 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2003.  L'augmentation se répartit surtout entre la rémunération et le coût des investissements technologiques.  Le ratio des charges d'exploitation sur les revenus est de 62,4 % au deuxième trimestre 2004, en baisse par rapport à 63,5 % pour la même période en 2003.

Pour les six premiers mois de l'exercice financier 2004, le bénéfice net du secteur Particuliers et entreprises est de 196 millions de dollars, en hausse de 13 % par rapport à la période correspondante de 2003.  Cette amélioration est attribuable à l'augmentation des volumes de prêts et acceptations d'environ 4 %, à l'élargissement de la marge bénéficiaire, à la croissance des revenus autres que d'intérêts ainsi qu'à la baisse des pertes sur créances qui passent de 80 millions de dollars au premier semestre 2003 à 65 millions pour la même période de 2004.

Gestion de patrimoine

Le niveau élevé d'activités s'est maintenu au deuxième trimestre 2004, ce qui permit une croissance impressionnante de 74 % du bénéfice net du secteur Gestion de patrimoine. En effet, le bénéfice net du secteur atteint 33 millions de dollars pour le trimestre par rapport à 19 millions pour le trimestre correspondant de l'année précédente. 

Le revenu total de 205 millions de dollars pour le trimestre est en hausse de 31 % par rapport à 156 millions pour la même période en 2003.  Près de 70 % de l'augmentation provient des activités de courtage, alors que le solde est attribuable à la gestion de portefeuilles et aux revenus sur les fonds communs de placement.

Les charges d'exploitation totalisent 154 millions de dollars pour le deuxième trimestre 2004 par rapport à 125 millions de dollars pour la même période en 2003. Environ 80 % de la hausse est attribuable à la rémunération variable.  Par contre, le ratio des charges d'exploitation sur les revenus s'est amélioré substantiellement passant de 80,1 % au deuxième trimestre 2003 à 75,1 % ce trimestre, en raison de la croissance importante du revenu total alors qu'une portion des charges d'exploitation demeure fixe.

Pour le premier semestre 2004, le bénéfice net du secteur Gestion de patrimoine atteint 57 millions de dollars comparativement à 38 millions pour les six premiers mois de 2003, en raison de la hausse de 23 % des revenus, alors que les charges d'exploitation augmentent de 18 %.

Marchés financiers

Le bénéfice net du secteur des Marchés financiers atteint 59 millions de dollars pour le deuxième trimestre 2004, en hausse de 59 % par rapport à 37 millions pour la période correspondante de 2003.

Les revenus, totalisant 248 millions de dollars pour le trimestre, ont augmenté de 60 millions de dollars ou 32 %. Environ 40 % de la hausse est attribuable aux commissions provenant des transactions sur les marchés financiers. Le solde est surtout attribuable aux gains sur valeurs mobilières qui ont augmenté de 38 millions de dollars pour le secteur des Marchés financiers, notamment en raison de pertes sur dérivés de crédit enregistrées au deuxième trimestre de l'année précédente. Par ailleurs, les revenus de négociation sont demeurés stables par rapport au trimestre correspondant de l'année dernière.

   

 

  2 T 2004

2 T 2003

1 S 2004

1 S 2003

Revenu de négociation

 

 

 

 

(en millions de dollars)

 

 

 

 

Marchés financiers

 

 

 

 

Taux d'intérêt

10

22

34

53

Actions

53

29

100

51

Marchandises et devises

-

12

13

22

 

63

63

147

126

Autres secteurs

2

3

4

6

Total

65

66

151

132

 

 

 

 

 

Revenu net d'intérêts

7

11

(63)

27

Autres revenus

49

43

209

82

Équivalent imposable

9

12

5

23

Total

65

66

151

132

Les charges d'exploitation de 136 millions de dollars pour le trimestre se comparent à 117 millions pour le deuxième trimestre 2003. La hausse est essentiellement due à la rémunération variable.

Les dotations aux pertes sur créances sont de 17 millions de dollars pour le trimestre comparativement à 13 millions pour la même période l'année dernière.

Pour le premier semestre 2004, le secteur des Marchés financiers affiche un bénéfice net de 131 millions de dollars, soit une augmentation de 30 % par rapport à la même période l'année dernière.  D'une part, les revenus alimentés par le regain d'activités sur les marchés financiers et une bonne performance de la trésorerie, ont augmenté de 21 % pour atteindre 516 millions de dollars.  D'autre part, le ratio des charges d'exploitation sur les revenus s'est amélioré, passant de 57,6 % pour les six premiers mois de 2003 à 51,9 % ce semestre.

Autres

La perte nette de la rubrique « Autres » des résultats sectoriels est de 4 millions de dollars pour le deuxième trimestre 2004 comparativement à un bénéfice net de 3 millions de dollars pour la même période en 2003.

Le montant créditeur des dotations pour pertes sur créances comprend le renversement de 20 millions de dollars provenant de la provision générale pour risque de crédit.

Pour le semestre terminé le 30 avril 2004, la rubrique « Autres » des résultats sectoriels affiche une perte nette de 18 millions de dollars comparativement à une perte nette de 8 millions pour la période correspondante de 2003.

Résultats consolidés

Revenu

Le revenu total du deuxième trimestre 2004 est de 884 millions de dollars par rapport à 773 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2003, en hausse de 111 millions de dollars ou 14 %.

Le revenu net d'intérêts totalise 328 millions de dollars pour le trimestre par rapport à 343 millions pour le deuxième trimestre 2003.  La baisse est attribuable à la réduction du capital résultant des programmes d'achat d'actions, au volume inférieure des prêts aux grandes sociétés ainsi qu'au revenu d'appariement du bilan moins important que pour la même période l'an dernier.  Par ailleurs, le revenu net d'intérêts du secteur Particuliers et entreprises a progressé de 16 millions de dollars ou 5 % pour atteindre 316 millions de dollars pour le deuxième trimestre 2004. Les commissions des marchés financiers, totalisant 178 millions de dollars pour le trimestre, sont en hausse de 58 millions de dollars ou 48 % et comptent pour plus de la moitié de l'augmentation du revenu total. Cette croissance confirme la vigueur des activités sur les marchés financiers tant au niveau des particuliers qu'institutionnel. Les gains sur valeurs mobilières du compte de placement sont en hausse de 26 millions de dollars pour se chiffrer à 16 millions au deuxième trimestre 2004, en raison, notamment, de l'enregistrement de pertes sur dérivés de crédit au deuxième trimestre 2003.  Enfin, les revenus provenant des services fiduciaires et des fonds communs de placement, de 62 millions de dollars pour le trimestre, sont en hausse de 11 millions ou 22 %.  La croissance est attribuable au réseau des correspondants, à la gestion de portefeuille et à l'augmentation des actifs sous gestion dans les fonds communs de placement.

Pour les six premiers mois de l'exercice financier 2004, le revenu total atteint 1797 millions de dollars comparativement à 1608 millions pour le semestre correspondant de 2003, soit une croissance de 12 %. Excluant la rubrique « Autres », le cinquième de la hausse est attribuable aux activités bancaires avec les particuliers et les entreprises, environ 35 % provient des revenus de la gestion de patrimoine alors que le solde est dû aux revenus des marchés financiers.

Charges d'exploitation

Les charges d'exploitation du trimestre totalisent 602 millions de dollars comparativement à 529 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2003, en hausse de 73 millions.  Les salaires et avantages sociaux, de 347 millions de dollars pour le trimestre et comptant pour près de 60 % des charges, sont en hausse de 55 millions de dollars par rapport au trimestre correspondant de 2003.  Environ 80 % de l'augmentation provient de la rémunération variable liée à la croissance des revenus sur les marchés financiers. 

Pour le semestre, les charges d'exploitation sont de 1181 millions de dollars comparativement à 1077 millions pour les six premiers mois de 2003.  Près de 60 % de l'augmentation de 104 millions de dollars est attribuable à la rémunération variable.  Le ratio des charges d'exploitation sur les revenus passe de 67,0 % pour les six premiers mois de 2003 à 65,7 % pour le premier semestre 2004.

Gestion des risques

 Risque de crédit

Les dotations aux pertes sur créances du trimestre s'établissent à 19 millions de dollars par rapport à 41 millions pour le trimestre correspondant de 2003.  La réduction de la provision générale pour risque de crédit de 20 millions de dollars explique l'essentiel de la baisse des dotations de la période. Par ailleurs, les pertes sur créances du secteur des Particuliers et entreprises sont en baisse de 8 % ou 3 millions de dollars pour un total de 36 millions de dollars.  Les dotations aux pertes sur créances du secteur des Marchés financiers ont augmenté de 4 millions de dollars à 17 millions de dollars pour le deuxième trimestre 2004.

Au 30 avril 2004, les provisions pour pertes sur créances excèdent les prêts douteux de 165 millions de dollars comparativement à 154 millions de dollars au 31 octobre 2003 et à 179 millions au 30 avril 2003. La diminution des prêts douteux depuis le début de l'exercice financier 2004 est surtout attribuable au financement des grandes sociétés et à l'immobilier.

Le ratio des prêts douteux privés bruts, sur la somme du capital tangible et des provisions, est excellent à 12,6 % au 30 avril 2004 comparativement à 13,0 % au 31 octobre 2003 et à 13,3 % au 30 avril 2003.

Risque de marché – Activités de négociation

La méthode VaR (Valeur à risque) est l'un des principaux outils utilisés dans la gestion du risque de marché relié aux activités de négociation.  La mesure VaR est fondée sur l'établissement d'un niveau de confiance de 99 % et la simulation utilise deux ans d'horizon historique.  La gestion du risque de marché est décrite plus amplement à la page 59 du Rapport annuel 2003.

Le tableau suivant, intitulé « Activités de négociation », illustre la distribution du risque de marché par type de risque, soit :  taux d'intérêt, change et risque sur les prix des actions et des marchandises. 

Activités de négociation (1)
(en millions de dollars)

VaR globale par catégorie de risques

Pour le trimestre terminé
le 30 avril 2004

Pour le trimestre terminé
le 31 janvier 2004

 

À la fin

Haut

Moyenne

Bas

À la fin

Haut

Moyenne

Bas

Taux d'intérêt

(6)

(7)

(4)

(3)

(4)

(7)

(5)

(3)

Change

(1)

(2)

(1)

-

(1)

(2)

(1)

-

Actions

(2)

(3)

(2)

(2)

(2)

(4)

(2)

(1)

Marchandises

-

(1)

-

-

-

-

-

-

Effet de corrélation (2)

3

7

3

2

3

7

3

-

VaR globale

(6)

(6)

(4)

(3)

(4)

(6)

(5)

(4)

(1) Les montants sont présentés avant impôts et représentent la VaR quotidienne.
(2) L'effet de corrélation est le résultat de la diversification des types de risques.

Bilan

Au 30 avril 2004, la Banque avait un actif de 83,7 milliards de dollars comparativement à 82,4 milliards de dollars au 31 octobre 2003.  L'augmentation est surtout attribuable aux prêts.  Le tableau qui suit présente les principaux postes de prêts et dépôts.

 

Volumes moyens mensuels

Avril

Octobre

(en millions de dollars)

2004

2003

Prêts et acceptations*

 

 

Hypothécaires résidentiels

18 544

18 105

Aux particuliers

5 842

5 193

Créances sur cartes de crédit

1 576

1 525

Aux entreprises

18 210

18 143

 

44 172

42 966

 

 

 

Dépôts

 

 

Particuliers (solde)

24 048

23 512

Épargne hors bilan des particuliers (solde)

55 752

51 525

Entreprises

10 554

10 533

*incluant les actifs titrisés

Au 30 avril 2004, les prêts hypothécaires résidentiels s'établissaient à 18,5 milliards de dollars en hausse d'environ 400 millions par rapport au 31 octobre 2003, soit 2,4 %.  Le volume des prêts aux particuliers de 5,8 milliards de dollars est en progression de 12,5 % depuis le début de l'exercice. Excluant les prêts indirects, cette progression serait de 15 %. Elle est principalement attribuable aux volumes provenant des partenariats.  Les créances sur cartes de crédit ont augmenté de 3,3 % depuis le début de l'exercice financier pour s'élever à 1,6 milliard de dollars au 30 avril 2004.  Les prêts et acceptations aux entreprises de 18,2 milliards de dollars se comparent à 18,1 milliards au 31 octobre 2003. La croissance d'environ 2,3 % des prêts aux petites et moyennes entreprises a été annulée par une baisse des prêts aux grandes sociétés.

Les dépôts de particuliers ont augmenté d'environ 500 millions de dollars ou 2,3 % depuis le 31 octobre 2003 pour un total de 24,0 milliards de dollars.  Au 30 avril 2004, l'épargne des particuliers hors bilan administrée par la Banque se chiffrait à 55,8 milliards de dollars, en hausse de 4,2 milliards ou 8,2 %. Plus de 60 % de la croissance est attribuable à l'épargne administrée par les filiales de courtage, environ 900 millions de dollars proviennent des fonds communs de placement alors que le solde de la croissance émane des produits administrés par le Trust Banque Nationale. 

Capital

Le ratio de capital de base et le ratio de capital total, selon les règles de la Banque des Règlements Internationaux, atteignent 9,6 % et 13,2 % respectivement au 30 avril 2004 comparativement à 9,6 % et 13,4 % au 31 octobre 2003.

Dividendes

Lors de la réunion du 27 mai 2004, le Conseil d'administration a déclaré les dividendes réguliers sur les diverses catégories et séries d'actions privilégiées, ainsi qu'un dividende de 38 cents par action ordinaire, payable le 1er août 2004 aux actionnaires inscrits le 28 juin 2004.

Mise en garde à propos des énoncés prospectifs

À l'occasion, la Banque Nationale du Canada fait des énoncés prospectifs écrits et verbaux, notamment dans le présent rapport trimestriel, dans d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation canadiens ou de la Securities and Exchange Commission des États‑Unis, dans des rapports aux actionnaires, des communiqués de presse et d'autres communications. Tous ces énoncés sont faits aux termes des dispositions « d'exception » de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États‑Unis. Ces énoncés prospectifs comprennent, entre autres, des énoncés à l'égard de l'économie, de l'évolution des marchés, de l'atteinte d'objectifs stratégiques, de certains risques ainsi que des énoncés à l'égard de nos croyances, plans, attentes, estimations et intentions. Ces énoncés prospectifs sont habituellement marqués par l'usage du conditionnel ou annoncés par des verbes comme « prévoir », « croire », « estimer », « s'attendre à », « avoir l'intention de » et des mots et des expressions similaires.

De par leur nature, ces énoncés prospectifs supposent que nous élaborions des hypothèses et comportent nécessairement des risques et des incertitudes d'ordre général et spécifique. Il existe un risque important que les projections expresses ou implicites contenues dans ces énoncés ne se réalisent pas ou qu'elles se révèlent inexactes. Divers facteurs pourraient faire que les résultats, les conditions, les mesures ou les événements futurs varient sensiblement par rapport aux objectifs, aux attentes, aux estimations ou aux intentions figurant dans les présents énoncés prospectifs. Ces écarts peuvent être causés par des facteurs dont un grand nombre sont indépendants de la volonté de la Banque, notamment les changements dans la conjoncture économique et financière canadienne et mondiale (en particulier les fluctuations des taux d'intérêt, des taux de change et des cours des autres instruments financiers), la liquidité, les tendances du marché, les nouvelles dispositions réglementaires et la concurrence dans les régions géographiques où la Banque fait affaires, les changements technologiques, les regroupements dans le secteur canadien des services financiers, l'incidence éventuelle des conflits et des autres événements internationaux sur nos entreprises, notamment ceux liés à la guerre au terrorisme, et les prévisions de la Banque à l'égard des risques découlant de ces faits et sa capacité à les gérer efficacement.

Toutefois, la Banque avertit le lecteur que la liste de facteurs importants susmentionnés n'est pas exhaustive. Les investisseurs et les autres personnes qui se fondent sur les énoncés prospectifs de la Banque devraient soigneusement considérer les facteurs susmentionnés ainsi que les incertitudes et les risques qu'ils comportent. La Banque met aussi en garde le lecteur contre le fait de se fier indûment à ces énoncés prospectifs. La Banque ne s'engage pas à mettre à jour quelque énoncé prospectif que ce soit, écrit ou verbal, qu'elle pourrait faire ou qu'on pourrait faire pour son compte.

Renseignements pour les actionnaires et investisseurs

Relations investisseurs

Les analystes financiers et les investisseurs qui souhaitent obtenir des informations financières concernant la Banque sont priés de communiquer avec le service des Relations avec les investisseurs.

600, rue de La Gauchetière Ouest, 7e étage
Montréal (Québec)  H3B 4L2
Téléphone : (514) 394-0296
Télécopieur : (514) 394-6196
Courriel : relationsinvestisseurs@bnc.ca
Site web : www.bnc.ca/relationsinvestisseurs

Relations publiques

600, rue de La Gauchetière Ouest, 10e  étage
Montréal, Québec  H3B 4L2
Téléphone : (514) 394-8644
Télécopieur : (514) 394-6258
Site Internet : www.bnc.ca
Informations générales :telnat@bnc.ca

Date de publication des rapports trimestriels pour l'exercice 2003-2004

Premier trimestre      26 février 2004
Deuxième trimestre   27 mai 2004
Troisième trimestre   26 août 2004
Quatrième trimestre  2 décembre 2004

Divulgation des résultats du 2e trimestre 2004

Conférence téléphonique

Une conférence téléphonique pour les analystes et investisseurs institutionnels aura lieu le 27 mai 2004 à 13h00 HE
Accès par téléphone en mode écoute seulement : (416) 405-9310 ou 1-877-211-7911
L'enregistrement téléphonique archivé sera accessible jusqu'au 3 juin 2004, en composant le (416) 695-5800 ou le 1-800-408-3053.  Le code d'accès est le 3049614.

Diffusion de l'appel sur le web :

La conférence téléphonique sur les résultats sera diffusée en direct via Internet au www.bnc.ca/relationsinvestisseurs

Une version archivée de l'événement diffusé sur le web sera disponible après la conclusion de l'appel.

Documents financiers     

Les états financiers trimestriels sont en tout temps disponibles sur le site web de la Banque Nationale du Canada à www.bnc.ca/relationsinvestisseurs.

Le rapport aux actionnaires et les informations financières complémentaires ainsi que les diapositives de présentation se retrouveront sur le site de la Banque Nationale à la page des Relations avec les investisseurs, un peu avant le début de la conférence téléphonique.

Agent de transferts et registraire

Pour des renseignements relatifs aux transferts d'actions, aux changements d'adresse, aux dividendes, à la perte de certificat d'actions, aux formulaires d'impôts et aux transferts de succession, les actionnaires sont priés de communiquer avec l'agent de transferts Trust Banque Nationale Inc. dont l'adresse et les numéros de téléphone apparaissent ci-après.

Trust Banque Nationale Inc.

Service aux actionnaires
1100, rue University, 9e étage
Montréal (Québec)  H3B 2G7
Téléphone : (514) 871-7171
1-800-341-1419
Télécopieur : (514) 871-7442
Courriel : clientele@tbn.bnc.ca

 Dépôt direct des dividendes

Au moyen d'un transfert électronique de fonds, les actionnaires peuvent faire déposer directement leurs dividendes au crédit de tout compte détenu auprès d'une institution membre de l'Association canadienne de paiements. Pour ce faire, il suffit d'en faire la demande par écrit à l'adresse de Trust Banque Nationale Inc., agent de transferts.

 Régime de réinvestissement de dividendes

La Banque Nationale offre aux détenteurs de ses actions ordinaires et privilégiées un Régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions qui leur permet d'investir dans des actions sans payer de commission ni de frais d'administration.  L'acquisition des actions par les participants s'effectue au moyen du réinvestissement des dividendes en espèces versés sur les actions qu'ils détiennent, ou bien en effectuant des versements en espèces facultatifs d'un montant minimal de 500 $ par versement, jusqu'à concurrence de 5 000 $ par trimestre.  Pour tout renseignement supplémentaire, veuillez communiquer avec le Registraire, Trust Banque Nationale Inc., aux numéros (514) 871-7171 ou 1-800-341-1419.

À propos de la Banque Nationale du Canada

La Banque Nationale du Canada est un groupe intégré qui fournit des services financiers complets à sa clientèle de particuliers, de PME et de grandes entreprises dans son marché principal, ainsi que des services spécialisés à ses autres clients dans le monde. La Banque Nationale offre toute la gamme des services bancaires, y compris ceux destinés aux grandes sociétés, et tous les services d'une banque d'investissement. Elle est active sur les marchés internationaux de capitaux et, par l'entremise de ses filiales, en courtage des valeurs mobilières, en assurance, en gestion de patrimoine ainsi qu'en gestion de fonds communs de placement et de régime de retraite. La Banque Nationale est une entreprise dont l'actif est de près de 81 milliards de dollars et qui, avec ses filiales, emploie près de 17 000 personnes. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (NA: TSX). Pour de plus amples renseignements, visitez le site de la Banque à www.bnc.ca.

Renseignements :

Michel Labonté
Premier vice-président, Finances,
technologie et affaires corporatives
514-394-8610

Denis Dubé
Directeur, Relations publiques
514-394-8644

Deuxième trimestre 2004

 Téléchargez Acrobat Reader (PDF)