Communiqués de presse

Banque Nationale : un modèle d'entreprise performant

Montréal, le 10 mars 2004 -

À l'occasion de l'assemblée annuelle des actionnaires tenue aujourd'hui, le Président et chef de la direction de la Banque Nationale, Réal Raymond, a attribué les résultats exceptionnels du dernier exercice financier au succès du modèle d'entreprise de la Banque Nationale. Ce modèle, fondé sur une présence forte sur le marché québécois, a permis à la Banque de hisser son bénéfice à un sommet historique de 624 millions de dollars ou 3,37 $ par action en 2003.

" La Banque ne s'est jamais aussi bien portée. Le moral des troupes ne cesse de s'élever et, comme il se doit, les actionnaires en profitent, le cours de l'action atteignant régulièrement de nouveaux sommets ", a mentionné M. Raymond.

Cette stratégie s'articule autour du modèle d'entreprise de banque super régionale. " À la lumière de ses résultats et de son acceptation par le marché, nous croyons sincèrement qu'elle est la bonne ", a-t-il ajouté. La Banque compte aussi sur certains créneaux en forte progression, tels la gestion de patrimoine et les partenariats, pour croître ailleurs au Canada.

De forts résultats dans tous les secteurs

Pour le Président et chef de la direction, les résultats du dernier exercice illustrent le succès de ce plan d'affaires. Ainsi, tous les secteurs, soit Particuliers et entreprises, Gestion de patrimoine et Marchés financiers, ont contribué aux résultats records de l'exercice 2003 et du premier trimestre de 2004.

" Cette croissance généralisée, a mentionné le Président et chef de la direction de la Banque Nationale, illustre d'une part la santé de toutes les composantes de la Banque et, d'autre part, l'importance que nous attachons à la diversification de nos sources de revenus. "

Secteur Particuliers et entreprises

Le secteur Particuliers et entreprises, le plus important de la Banque Nationale, a contribué à hauteur de 328 millions de dollars aux bénéfices de la Banque, ce qui représente une hausse de 16 % par rapport à l'année 2002. Ce secteur a profité notamment d'ententes conclues auprès de la London Life, la Great-West, le Groupe Investors, Gestion MD et d'autres partenaires pour étendre son réseau de distribution. " Les espoirs que nous fondions sur cet outil de croissance de la Banque nous permettant, en outre, de diversifier nos canaux de distribution hors de notre marché naturel, étaient donc justifiés ", a mentionné M. Raymond.

Du côté des PME, le secteur a démontré une très bonne capacité à préserver l'équilibre entre la prise de risque et la rentabilité tout en restant au tout premier rang sur le marché québécois. On note d'ailleurs une amélioration importante des indicateurs de crédit.

Gestion de patrimoine

Le dernier exercice financier a vu le secteur de la gestion de patrimoine connaître une croissance soutenue, affichant une hausse de 18 % des actifs sous administration, soit 109 milliards de dollars au 31 janvier 2004 comparativement à 92 milliards un an plus tôt. Ces résultats s'expliquent entre autres par l'intégration réussie d'Altamira, qui offre à la Banque Nationale une image de marque partout au Canada, ainsi que par la performance de Courtage à escompte Banque Nationale et de Financière Banque Nationale.

En 2003, la Banque a pris plusieurs initiatives bénéfiques en matière de gestion de patrimoine. En outre, elle a lancé une nouvelle gamme de produits novateurs, dont les portefeuilles stratégiques. Elle a conclu des ententes avec plusieurs firmes de conseillers financiers indépendants, qui peuvent maintenant offrir à leur clientèle les fonds communs de la Banque Nationale.

Par ailleurs, il faut noter la poursuite de l'expansion hors Québec des services aux particuliers de Financière Banque Nationale, si bien que 39 % des revenus proviennent de l'extérieur du Québec, ce qui représente une croissance remarquable par rapport à 29 % en 2002.

Marchés financiers

Les revenus du secteur Marchés financiers ont continué à croître en 2003, atteignant les 931 millions comparativement à 829 millions en 2002. Ce secteur a affiché un bénéfice de 235 millions, soit une baisse de 2 % par rapport à 2002. L'excellente performance de la trésorerie, notamment dans les activités de négociation, a été annulée par une diminution de la demande en financement des sociétés et par un ralentissement des activités de fusions et acquisitions.

" Depuis l'an 2000, les revenus du secteur des Marchés financiers ont connu une hausse importante et régulière, malgré la grande instabilité des marchés, a expliqué le Président et chef de la direction de la Banque Nationale. Nous avons su attirer des gens de grand talent tant au sein de la Trésorerie que de Financière Banque Nationale et développer un portefeuille diversifié d'activités permettant de saisir les occasions de marché à mesure qu'elles se présentent. "

Régie d'entreprise

Au cours du dernier exercice financier, la Banque Nationale a poursuivi ses efforts pour améliorer sa régie d'entreprise. Désormais, quelque 60 dirigeants de la Banque et de ses filiales doivent attester de la conformité de l'information financière importante divulguée par la Banque relativement aux activités qui relèvent de leur responsabilité. Le Comité de divulgation a été créé afin d'encadrer le processus d'attestation et de communication de l'information financière.

Les dirigeants doivent également maintenir un intérêt dans le capital de la Banque. D'autres changements, comme la réduction de la taille du Conseil dont le nombre de membres ne pourra excéder 18 (25 précédemment), devraient permettre d'améliorer le fonctionnement du Conseil.

Fusions bancaires

Dans le dossier des fusions bancaires, M. Raymond a aussi mentionné que l'année 2004 pourrait être une année charnière pour l'industrie bancaire canadienne. " La balle est, pour le moment, dans le camp des décideurs à Ottawa, mais elle reviendra inévitablement dans celui de l'industrie. Les règles du jeu qui seront édictées influenceront les décisions de l'entreprise. Je crois néanmoins sincèrement que la Banque Nationale a suffisamment d'atouts pour profiter mieux que quiconque des occasions d'acquérir des actifs qui pourraient alors se présenter, a-t-il expliqué. L'heure des choix se profile à l'horizon. Notre haut niveau de performance et les atouts dont nous disposons me permettent de croire que la Banque Nationale sera en mesure d'effectuer les choix qui lui conviennent et non d'agir en simple spectateur dans la redéfinition de l'industrie financière ", a-t-il ajouté. Quoi qu'il en soit, M. Raymond a souligné que le plan d'entreprise de la Banque Nationale n'était nullement tributaire des fusions éventuelles.

Changement à la présidence du Conseil

L'assemblée des actionnaires a aussi été l'occasion de remercier M. André Bérard, qui quitte le Conseil d'administration qu'il a présidé depuis 1989. Ce rôle sera dorénavant confié à M. Jean Douville. On a souligné le rôle important que M. Bérard a joué dans la modernisation de la régie d'entreprise de la Banque Nationale.

 

À propos de la Banque Nationale du Canada

La Banque Nationale du Canada est un groupe intégré qui fournit des services financiers complets à sa clientèle de particuliers, de PME et de grandes entreprises dans son marché principal, ainsi que des services spécialisés à ses autres clients dans le monde. La Banque Nationale offre toute la gamme des services bancaires, y compris ceux qui sont destinés aux grandes sociétés, et tous les services d'une banque d'investissement. Elle est active sur les marchés internationaux de capitaux et, par l'entremise de ses filiales, en courtage des valeurs mobilières, en assurance, en gestion de patrimoine ainsi qu'en gestion de fonds communs de placement et de régime de retraite. La Banque Nationale est une entreprise dont l'actif est de près de 81 milliards de dollars et qui, avec ses filiales, emploie près de 17 000 personnes. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (NA :TSX). Pour de plus amples renseignements, visitez le site de la Banque à www.bnc.ca.

 

Information : (Le numéro de téléphone et l'adresse électronique ci-dessous sont réservés à l'usage des journalistes et autres représentants des médias.)

  

Denis Dubé
Directeur des relations publiques
Banque Nationale du Canada
Tél. : (514) 394-8644
Courriel : denis.dube@bnc.ca