Communiqués de presse

La Banque Nationale fournit de l’information sectorielle pour les exercices 2016 et 2015 à la suite de la création du secteur d’affaires – Financement spécialisé aux États-Unis et International (FSEU&I)

Montréal, le 1 février 2017 -

La Banque Nationale du Canada (la Banque) a rendu publique aujourd’hui de l’information financière pour les exercices 2016 et 2015, pour tenir compte de la création d’un quatrième secteur d’affaires – FSEU&I. Le 1er mars 2017, la Banque publiera ses états financiers consolidés intermédiaires résumés pour le premier trimestre terminé le 31 janvier 2017, préparés selon les Normes internationales d’information financière (IFRS) telles que publiées par l’International Accounting Standards Board et incluant les données comparatives de 2016 comprenant l’incidence des éléments mentionnés ci-dessus.

La progression des activités de la Banque à l’international justifie la création d’un quatrième secteur d’affaires – FSEU&I – afin de fournir plus de transparence sur ces activités. Ce secteur regroupe l’expertise en investissement et en gestion de portefeuilles de créances productives et non productives, offerte par l’intermédiaire de la filiale de financement spécialisé Credigy Ltd. qui exerce ses activités exclusivement à l’extérieur du Canada, les activités de la filiale Advanced Bank of Asia Limited (ABA Bank), une institution financière d’importance au Cambodge qui offre des produits et services financiers à des particuliers et à des entreprises, ainsi que des investissements ciblés dans certains marchés émergents, notamment les entreprises associées NSIA Participations, un groupe financier établi en Côte d’Ivoire, et AfrAsia Bank Limited, établi à l’Île Maurice. Auparavant, les activités de la filiale Credigy Ltd. étaient regroupées dans le secteur des Marchés financiers et celles de la filiale ABA Bank ainsi que les autres investissements internationaux étaient regroupés dans la rubrique Autres des informations sectorielles.

Par ailleurs, la Banque a modifié le classement de certains montants présentés au bilan consolidé et de certains revenus de l’état consolidé des résultats afin de mieux refléter la nature des soldes et des revenus présentés. Ces reclassements n’ont aucune incidence sur l’actif total et le résultat net de la Banque.

Les renseignements détaillés sont présentés dans le document intitulé « Informations financières complémentaires – Informations sur le secteur Financement spécialisé aux États-Unis et International » disponible dans le site Internet de la Banque à l’adresse www.bnc.ca.

Mise en garde à propos des déclarations prospectives

À l’occasion, la Banque fait des déclarations prospectives écrites et verbales, notamment celles contenues dans les sections « Perspectives pour la Banque Nationale » et « Principales tendances économiques » du Rapport annuel 2016, ainsi que dans d’autres documents déposés auprès des organismes de réglementation canadiens et d’autres communications, et ce, aux fins de décrire le contexte économique dans lequel la Banque évoluera au cours de l’exercice 2017 et les objectifs qu’elle souhaite atteindre au cours de cette période. Ces déclarations prospectives sont faites conformément aux lois sur les valeurs mobilières en vigueur au Canada et aux États-Unis. Elles comprennent, entre autres, des déclarations à l’égard de l’économie – notamment les économies canadienne et américaine –, de l’évolution des marchés, des observations concernant les objectifs de la Banque et ses stratégies pour les atteindre, du rendement financier prévu de la Banque et de certains risques auxquels la Banque est confrontée. Ces déclarations prospectives sont habituellement marquées par l’usage de verbes au futur et au conditionnel ou par l’emploi d’expressions comme « prévoir », « croire », « estimer », « projeter », « s’attendre à », « avoir l’intention de » et autres termes ou expressions similaires.

En raison de leur nature même, ces déclarations prospectives supposent l’élaboration d’hypothèses et elles comportent donc nécessairement des risques et des incertitudes d’ordre général et spécifique. Les hypothèses qui ont trait à la performance des économies du Canada et des États-Unis en 2017 et à leurs effets sur les activités de la Banque figurent parmi les principaux facteurs pris en considération au moment de déterminer les priorités et les objectifs stratégiques et de fixer les objectifs financiers, notamment en ce qui a trait à la provision pour pertes sur créances. Au moment d’établir les prévisions concernant la croissance économique en général et dans le secteur des services financiers en particulier, la Banque s’appuie surtout sur les données économiques historiques fournies par les gouvernements du Canada et des États-Unis et leurs organismes.

Il est fort possible que les projections expresses ou implicites contenues dans ces déclarations prospectives ne se réalisent pas ou se révèlent inexactes. La Banque recommande aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces déclarations, étant donné que divers facteurs, dont plusieurs sont indépendants de la volonté de la Banque, pourraient faire en sorte que les résultats, les conditions, les mesures ou les événements futurs varieront sensiblement des objectifs, attentes, estimations ou intentions figurant dans ces déclarations prospectives. Ces facteurs incluent notamment le risque de crédit, le risque de marché, le risque de liquidité et de financement, le risque opérationnel, le risque de non-conformité à la réglementation, le risque de réputation, le risque stratégique et le risque environnemental, lesquels sont décrits plus amplement dans la section « Gestion des risques » débutant à la page 48 du Rapport annuel 2016, et plus précisément la conjoncture économique générale et les conditions du marché financier au Canada, aux États-Unis et dans certains autres pays où la Banque exerce ses activités, y compris la modification à la réglementation touchant les activités de la Banque et affectant les fonds propres et les liquidités, les modifications apportées aux conventions et méthodes comptables que la Banque utilise à des fins de présentation de sa situation financière, y compris les incertitudes liées aux hypothèses et aux principales estimations comptables, les lois fiscales en vigueur dans les pays où la Banque est présente, principalement le Canada et les États-Unis (y compris la Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) aux États-Unis), les modifications aux lignes directrices sur les fonds propres et la liquidité ainsi que les instructions relatives à leur présentation et leur interprétation, les changements aux cotes de crédit attribuées à la Banque et les perturbations potentielles à l’égard des systèmes de technologie de l’information de la Banque, y compris l’évolution des risques liés aux cyberattaques.

La liste des facteurs de risques susmentionnés n’est pas exhaustive. Des renseignements supplémentaires sur ces facteurs sont fournis dans les sections « Gestion des risques » du Rapport annuel 2016. Les investisseurs et autres personnes qui se fondent sur les déclarations prospectives de la Banque doivent considérer soigneusement les facteurs susmentionnés ainsi que les incertitudes et les risques qu’ils comportent. À moins que la loi ne l’exige, la Banque ne prévoit pas mettre à jour quelque déclaration prospective que ce soit, verbale ou écrite, qu’elle peut faire ou qui peut être faite en son nom de temps à autre.

L’information prospective contenue dans le présent document est destinée à l’interprétation des renseignements contenus dans ce document et pourrait ne pas convenir à d’autres fins.

À propos de la Banque Nationale du Canada
Forte d’un actif de 232 milliards de dollars au 31 octobre 2016, la Banque Nationale du Canada, avec ses filiales, est l’un des plus importants groupes financiers intégrés canadiens. Elle emploie plus de 21 000 personnes et est un employeur de choix reconnu. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (TSX : NA). Suivez ses activités sur bnc.ca ou par l’entremise de réseaux sociaux comme Facebook, LinkedIn et Twitter.

Pour plus de renseignements :

Ghislain Parent
Chef des finances et premier vice-président
à la direction, Finances et Trésorerie
Tél. : 514 394-6807

Jean Dagenais
Premier vice-président, Finances
Tél. : 514 394-6233

Linda Boulanger
Vice-présidente, Relations investisseurs
Tél. : 514 394-0296

Claude Breton
Vice-président, Affaires publiques
Tél. : 514 394-8644