Communiqués de presse

La Banque Nationale propose une série d’entrevues avec des entrepreneurs

Montréal, le 2 novembre 2015 -

Dans le cadre du Mois de la littératie financière (MLF), la Banque Nationale a demandé à trois dirigeants d’entreprises lauréates provinciales des Prix PME 2015 d’expliquer de quelle façon ils ont mis en pratique, dans leur vie d’entrepreneurs, trois vertus en matière de planification financière : le discernement, la discipline et la patience.

Pour Sophie Ducharme et Daniel Laverdière, vice-présidente fiducie et service-conseil et directeur principal planification financière et service-conseil chez Banque Nationale Gestion privée 1859, ces vertus sont essentielles à une saine gestion de ses finances personnelles. « Chacune constitue une clé pour quiconque aspire à l’autonomie financière », explique Mme Ducharme.

Afin de bien en saisir la portée, un reportage comprenant une entrevue avec un gagnant des Prix PME sera présenté chaque lundi, pour les trois prochaines semaines, sur le site d’éducation financière de la Banque, jecomprends.ca.

D’abord, lundi prochain (9 novembre), Étienne Veilleux, président de Distech Controls, expliquera comment le discernement l’a servi dans son cheminement. Le lundi suivant (16 novembre), Peter Brereton, président de Tecsys, se prononcera sur le rôle joué par la discipline dans son parcours d’affaires. Puis, le 23 novembre, Marcel Curodeau, président de Medial Services-Conseils-SST, témoignera de l’importance de la patience dans sa vie d’entrepreneur et d’épargnant.

Cette série fera aussi l’objet d’une promotion soutenue sur les réseaux sociaux et dans les succursales de la Banque Nationale.

Le discernement

Daniel Laverdière associe avant tout le discernement au réalisme : « Si quelqu’un se fait promettre des rendements de 36 % par année, il devrait savoir que c’est irréaliste », illustre-t-il en indiquant du même souffle que les rendements boursiers anticipés au Canada sont plutôt de 6,3 % par année, selon les plus récentes prévisions de l’Institut québécois de planification financière (IQPF). Mme Ducharme approuve: « Quand ça a l’air trop beau pour être vrai, ça l’est probablement ! »

Pour faire preuve de discernement, il faut développer ses connaissances du monde financier et, pour ce faire, puiser ses informations à même des sources fiables. Les organismes publics, les institutions reconnues dans le domaine financier et les publications spécialisées en finance font partie de ces sources dignes de confiance.

Cette vertu doit aussi conduire l’individu à « reconnaître ses limites », ajoute M. Laverdière. Il s’agit en somme d’atteindre un degré de compréhension des notions financières qui permet à l’épargnant de saisir ce que son conseiller financier lui propose, de poser les questions nécessaires (s’enquérir des frais de gestion des fonds qui lui sont proposés, par exemple) et de savoir quand s’en remettre à des experts.

La discipline

La deuxième vertu relevée par les experts de la Banque Nationale est la discipline, en particulier celle d’épargner un petit montant chaque semaine. Il importe en effet de s’y astreindre aussi tôt que possible, insiste Daniel Laverdière. Bien sûr, mettre de l’argent de côté équivaut à se priver de certains plaisirs. M. Laverdière fait par contre valoir que cette « douleur modérée » est le moyen par excellence d’éviter la « grande douleur » de devoir retarder le moment de la retraite.

Pour favoriser la discipline d’épargne, Sophie Ducharme conseille de programmer des prélèvements préautorisés; à partir d’un compte courant vers un REER, par exemple.

La patience

L’habitude d’épargner est l’alliée de la troisième vertu mise à l’honneur par la Banque Nationale: la patience.

En période de baisse des cours boursiers, il est facile de céder à la panique. Sophie Ducharme rappelle cependant l’importance d’attendre que les marchés rentrent dans une phase de croissance avant de retirer ses billes.

« On oublie vite, déplore-t-elle : les bourses ont connu d’autres périodes difficiles mais, à long terme, elles génèrent des rendements positifs. Il faut avoir la sagesse d’attendre ces périodes fastes.»

À propos de la Banque Nationale du Canada
Forte d’un actif de 216 milliards de dollars au 31 juillet 2015, la Banque Nationale du Canada (www.bnc.ca), avec ses filiales, est l’un des plus importants groupes financiers intégrés canadiens. Elle emploie plus de 20 000 personnes et est un employeur de choix reconnu. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (TSX : NA). Suivez ses activités par l’entremise des réseaux sociaux et prenez la mesure de son engagement social en visitant jecomprends.ca et engagement.banquenationale.ca.

Renseignements (Le numéro de téléphone ci-dessous est à l'usage exclusif des journalistes et des autres représentants des médias.) :

Jean-François Cadieux
Directeur, Affaires publiques
Banque Nationale
Tél. : 514 394-6500