Communiqués de presse

La Banque Nationale dévoile une étude sur le financement des nouvelles infrastructures de transport collectif

Montréal, le 15 octobre 2014 -

La Banque Nationale dévoile aujourd’hui les résultats d’une étude sur une approche novatrice du financement et du développement des infrastructures de transport collectif au Québec, et plus particulièrement dans la région de Montréal.

Ce rapport, rédigé par le Dr George Hazel, expert international dans le domaine du transport collectif, et son équipe, s’intéresse à un mode de financement qui contribue à la renaissance du transport collectif et à son impact structurant sur les grandes métropoles du monde. C’est ce qu’ont constaté des équipes de la Banque Nationale lors de rencontres avec les responsables de plusieurs grands projets de transport public en Asie, en Europe et en Amérique du Nord.

Depuis quelques années, de grands projets font l’objet de discussions publiques, mais sont rapidement remis en question en raison des contraintes et des limites des finances publiques. Le Système léger sur rail (SLR) sur le nouveau pont Champlain et la desserte ferroviaire du centre-ville vers l’aéroport Montréal-Trudeau et l’Ouest-de-l’Île ne sont que deux exemples.

« Ce que nous proposons, c’est que de grands promoteurs immobiliers, au nombre desquels on retrouve de grands investisseurs institutionnels, puissent contribuer au financement de ces projets et réduire ainsi la facture pour les contribuables. Notre étude expose clairement le fait que la construction de nouvelles infrastructures de transport collectif entraîne une hausse de la valeur des terrains à proximité des stations et permet de générer de nouveaux développements immobiliers », a expliqué le vice-président du conseil, Marchés financiers, à la Banque Nationale, Vincent Joli-Coeur.

Cette étude, mandatée par la Banque Nationale, table sur la captation de la plus-value foncière. Il s’agit essentiellement d’établir la hausse des profits estimée d’un investissement immobilier avec l’arrivée, par exemple, d’une nouvelle gare dans un quartier. Les promoteurs s’entendent ensuite avec les instances gouvernementales pour financer une partie des infrastructures publiques requises.

« Au Royaume-Uni, le projet Crossrail, un nouveau réseau ferroviaire qui vise à désengorger Londres, est en construction au coût de 26 milliards de dollars canadiens. Dix nouvelles stations verront le jour et le privé assurera plus du tiers de l’investissement nécessaire. À New York, des investisseurs privés contribuent à l’extension de la ligne 7 du métro, qui permettra un grand développement immobilier. Notre estimation préliminaire, dans la région de Montréal, est que la captation de la plus-value foncière pourrait permettre d’absorber jusqu’à 35 % des coûts liés à l’expansion du réseau de transport collectif», a poursuivi M. Joli-Coeur.

Pour consulter l’étude, veuillez consulter le lien suivant : étude_infrastructures_Banque_Nationale.pdf

À propos de la Banque Nationale du Canada
Forte d’un actif de 199 milliards de dollars au 31 juillet 2014, la Banque Nationale du Canada (www.bnc.ca), avec ses filiales, forme l’un des plus importants groupes financiers intégrés canadiens. Elle emploie plus de 20 000 personnes et est un employeur de choix reconnu. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (TSX : NA). Suivez ses activités par l’entremise des réseaux sociaux et prenez la mesure de son engagement social en visitant jecomprends.ca et engagement.banquenationale.ca.

Information (Les numéros de téléphone indiqués ci-dessous sont réservés aux journalistes et aux autres représentants des médias.) :

Jean-François Cadieux
Conseiller principal, Affaires publiques
Banque Nationale
Tel.: 514-394-6500