Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

7 conseils pour préparer la vente de votre entreprise

22 novembre 2017 par Banque Nationale
7 conseils pour préparer la vente de votre entreprise

Vous pensez vendre votre entreprise à un repreneur externe ? Posez les bons gestes pour maximiser sa valeur et préparer la vente de votre entreprise.

Contenu

1. Avant de mettre la pancarte à vendre, faites de l’ordre

La vente d’une entreprise ne s’improvise pas. Pour intéresser des acheteurs potentiels et vendre au meilleur prix possible, Éric Lemay, premier vice-président et directeur Vente, Acquisition et Financement d’entreprises chez PwC, conseille de commencer par mettre en ordre les livres comptables, les procès-verbaux, les contrats, la structure juridique et fiscale, etc. Sinon, vous risquez de vous retrouver dans une position de vulnérabilité, selon lui.

Pour Brian King, professeur agrégé du département d’entrepreneuriat de HEC Montréal, « c’est la responsabilité de l’entrepreneur de s’assurer que son entreprise est toujours en ordre ». Ainsi, si un événement force une vente rapide de l’entreprise, cela facilitera l’obtention d’un juste prix. Au contraire, « Si elle n’est pas en ordre, il faudra peut-être la vendre au rabais », prévient-il.

2. Ne soyez pas trop pressé

Préparer une entreprise à la vente peut prendre des années. Surtout que cette démarche comprend une forte composante émotive. « Comme entrepreneur, vous devez aussi être en paix avec votre décision de vendre », insiste Éric Lemay.

Le moment idéal pour vendre ? Lorsque vous êtes dans une bonne dynamique de marché. « Si vous évoluez dans une industrie cyclique et qu’elle est dans le creux, attendez la reprise avant de vendre », poursuit l’expert.

3. Distinguez l’urgent de l’important

Quand on est entrepreneur, il est facile de se laisser absorber par des feux à éteindre. Mais prenez l’habitude de vous demander chaque jour si vous travaillez sur ce qui est important ou sur ce qui est urgent, conseille Brian King. « Essayez de consacrer une partie de votre journée à faire avancer ce qui est important, car c’est ce qui permettra à votre entreprise de prendre de la valeur. »

Même si vous avez pris la décision de vendre, vous devriez aussi continuer à investir dans l’innovation et les améliorations. Sinon, la valeur de votre entreprise pourrait en souffrir.

4. Faites-vous accompagner

Vendre une entreprise est un processus complexe. « Les aspects juridiques, comptables et réglementaires sont de plus en plus lourds, constate Éric Lemay, de PwC. Une transaction, c’est comme une route parsemée de cônes orange, de feux jaunes, de feux rouges, de trafic. Il y a beaucoup de pièges à éviter. La majorité des entrepreneurs qui passent par là nous disent qu’ils n’avaient jamais imaginé que c’était si compliqué. » Il est donc judicieux de se faire accompagner et conseiller par des experts.

Cette précaution est aussi un gage de sérieux pour les acheteurs potentiels, selon François Fauteux, fondateur et associé directeur de Phoenix Partners, une société privée d’investissement qui acquiert des participations majoritaires dans des entreprises québécoises. « Cela démontre que l’entrepreneur est rendu loin dans sa réflexion. »

5. Gardez le cap sur la croissance

Recourir à un conseiller externe vous aidera également à demeurer concentré sur la conduite de vos affaires. « C’est une erreur de croire qu’on peut à la fois bien gérer son entreprise et la vente de celle-ci », affirme François Fauteux. D’autant plus que trouver un acheteur et conclure la vente peut prendre plusieurs mois. Pendant cette période, créer de la valeur doit demeurer une priorité. « Il faut gérer l’entreprise comme si on voulait la garder, c’est-à-dire en faisant ce qui est bon pour elle à long terme », conseille Éric Lemay. N’oubliez pas non plus que tant que la vente n’est pas conclue, « il peut toujours survenir quelque chose qui peut faire dérailler la transaction », ajoute-t-il.

6. Évitez de perturber les activités quotidiennes

Quand le Cirque du Soleil a commencé ses démarches pour trouver un acheteur, Daniel Lamarre, son président et chef de la direction, a dit à son équipe : « Il y aura seulement deux personnes d’impliquées dans les démarches et les négociations, le chef des finances et moi. Les autres, ne pensez pas à ça. Concentrez-vous sur votre travail afin de maintenir la valeur de l’entreprise. »

Pour que les activités se poursuivent normalement, il faut inclure dans le processus de vente le moins de personnes de l’interne possible, selon lui. Évidemment, ça ne signifie pas qu’on ne doit pas bien s’entourer. Le Cirque était entouré de plusieurs conseillers externes lors de son rachat par la firme américaine d’investissement TPG Capital en 2015.

7. Dosez vos attentes quant au prix de vente

Il existe trois méthodes objectives pour déterminer la valeur d’une entreprise : l’évaluation basée sur les actifs, celle basée sur le prix de vente d’entreprises comparables et celle basée sur les flux de trésorerie. Toutefois, il y a toujours une part de subjectivité dans toute transaction. « La valeur d’une entreprise, c’est le prix qu’un acheteur est prêt à payer, dit François Fauteux, de Phoenix Partners. Ça sous-entend que c’est relativement nébuleux et très subjectif. Ça tient compte des cash-flows futurs, mais aussi de la valeur intangible qui apporte un avantage concurrentiel. C’est aussi une question de perception, d’offre et de demande, de négociation. »

Comme vendeur, vous pourriez de votre côté avoir tendance à surestimer la valeur de votre entreprise en raison de votre lien émotif envers elle. En être conscient vous permettra de mieux gérer vos attentes afin de parvenir plus facilement à une entente satisfaisante pour les deux parties.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories