Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Les meilleurs moyens de paiement pour une start-up

10 juin 2017 par Banque Nationale
moyens de paiement

Vendre, et recevoir rapidement l’argent des ventes : rien n’est plus important pour les entreprises en démarrage. Or, la variété des moyens de paiement, conjuguée à la multiplication des canaux de distribution - en ligne et hors ligne - peut poser des défis logistiques aux entrepreneurs. Voici 4 points à considérer pour bien planifier le traitement des paiements.

Contenu

1. La sécurité, base de la confiance de vos clients

Si la confiance des consommateurs envers les transactions en ligne est en croissance, il reste que 30 % des Québécois jugent toujours l’achat par carte de crédit sur Internet comme non sécuritaire, selon le rapport NETendances du CEFRIO, publié en 2016.

En magasin comme en ligne, le marchand veut se prémunir contre le risque de fraude. L’organisation The Nilson Report estime que les fraudes liées au paiement par carte, dans le monde, se sont élevées à 28 milliards $ US pour l’année 2017, et elle prévoit qu’elles vont augmenter dans les prochaines années. En proportion, les fraudes sont plus élevées au Canada qu’aux États-Unis.

Pour éviter la fraude, un fournisseur de solutions de paiement doit se conformer aux règles du Conseil des normes de sécurité PCI. Mais l’imagination des fraudeurs est telle qu’il vaut mieux choisir un fournisseur en mesure de mettre à jour continuellement ses systèmes de protection.

2. Intégrer les paiements à vos processus d’affaires

Accepter un paiement puis l’enregistrer n’est pas un événement isolé: c’est une étape dans le parcours de vos clients.

C’est aussi une source de données cruciale pour vos opérations. Gestion des commandes et de l’inventaire, expédition, facturation, comptabilité, gestion de la relation client: autant de composantes qui peuvent profiter d’une intégration avec vos solutions de paiement.

Il ne s’agit donc pas seulement d’intégrer le paiement en ligne sur son site. Un bon système de traitement des paiements évite de devoir saisir manuellement toute information déjà disponible. Il s’intègre avec les autres systèmes qui accompagneront la croissance de l’entreprise.

3. Supporter tous les canaux de vente, en ligne et hors ligne

Le commerce électronique continue de progresser. Après l’ordinateur, le mobile est en train de devenir un outil privilégié pour faire des transactions. L’accès à une passerelle de paiement (une application sécurisée qui fait le pont entre un commerçant et un consommateur) est indispensable pour offrir une bonne expérience d’achat en ligne.

Mais la réalité des nouvelles entreprises est très diverse: la transaction en ligne est rarement la seule solution adaptée.

Selon l’Association des banquiers canadiens, la carte de crédit est l’outil de paiement préféré des Canadiens. Les commerces physiques n’ont donc pas le choix de se doter de solutions de paiement efficaces à leurs points de vente.

La solution Paiement facile Banque Nationale offre la possibilité aux PME canadiennes d’accepter des paiements en personne grâce à des téléphones intelligents compatibles, et ce, sans utiliser de périphérique comme un lecteur de carte bancaire.

Après s’être inscrits à la solution Paiement facile, les marchands n’ont qu’à télécharger l’application pour pouvoir accepter les paiements des clients effectués à l’aide d’une carte de crédit admissible sans contact ou d’un portefeuille électronique comme Samsung Pay, Google Pay ou Apple Pay. Le commerçant peut ensuite envoyer le reçu au client par courriel.

La Banque Nationale est la première institution financière canadienne à offrir cette solution innovante, rapide et sécuritaire, destinée aux petites et moyennes entreprises. D’autres marchands préfèrent se munir d’un terminal de paiement, plus traditionnel, afin d’accepter également les paiements faits par des clients qui achètent par téléphone.

Les achats résultent souvent de multiples contacts entre le marchand et son client, sur une variété de plateformes et d’environnements en ligne et hors ligne. L’acheteur commence parfois sa transaction à un endroit pour la conclure ailleurs.

Le marketing adopte d’ailleurs de plus en plus une approche dite « omnicanale ». Les systèmes de paiement doivent suivre pour permettre à l’entreprise d’accepter rapidement le paiement, à l’endroit et au moment où son client le désire.

4. Limiter les coûts de transaction

Toute entreprise en démarrage a intérêt à bien planifier son scénario de transactions: combien de transactions, pour quels montants, dans quels environnements? Tous ces paramètres influeront sur les coûts de transaction, qui sont parfois absents des premières prévisions budgétaires.

Consolider l’offre de transactions sur différents canaux avec un seul fournisseur permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble des coûts et parfois de bénéficier de certaines économies d’échelle. C'est aussi une façon sûre de faciliter l’implantation des systèmes de transaction et leur arrimage avec les autres systèmes de l’entreprise.

Par exemple, il sera plus facile pour un détaillant d’articles de bureau de centraliser ses inventaires et savoir lorsqu’un produit est en rupture de stock, peu importe s’il a été vendu en ligne ou en magasin.

Accepter les paiements n’est pas seulement une fonctionnalité de base pour l’entreprise. La bonne gestion de transactions de paiement est une composante essentielle de l’offre globale de service à ses clients. Un bon système de paiement, bien intégré aux autres systèmes de marketing et de gestion, peut devenir un avantage concurrentiel qui facilite les transactions d’achat, accélère la croissance et augmente la profitabilité.

Il existe de multiples solutions adaptées aux entreprises – petites ou grandes – pour qu’elles puissent accepter tous les modes de paiement à l’aide d’une grande variété de canaux de distribution.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories