Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

L’art de diriger au féminin

26 février 2015 par Banque Nationale
DefaultArticleImageAltText

Des efforts qui lui ont valu de se retrouver parmi les lauréates du Prix Top 100 des Canadiennes les plus influentes en 2014, décerné par le Réseau des femmes exécutives. Diane Giard et trois autres femmes de tête partagent leur vision de la direction… au féminin.

Mon moment décisif

Dans toute carrière vient un moment charnière qui donne le ton au futur. Ce moment est survenu pour Sophie Ducharme lorsqu’elle a perdu une importante bataille : la course à la présidence de son ordre professionnel. « J’étais tellement fière de la manière dont j’avais dirigé la campagne que j’ai par la suite arrêté d’avoir peur de l’échec », explique la vice-présidente, Fiducie et Service-conseil. Cette crainte de ne pas être à la hauteur contribuerait, à son avis, à faire du « sur place » plutôt que de viser un poste qui comporte une plus grande part de défis.

Pour Nancy Paquet, il s’agit plutôt d’une accumulation de plusieurs succès au quotidien qui l’ont propulsée vers l’avant et qui lui ont permis d’élever son jeu à un niveau plus stratégique en 2012. « Pour chaque nouvelle responsabilité qui m’était confiée, je livrais la marchandise. À force de performer, on m’a fait confiance pour la présidence de Banque Nationale Courtage direct », soutient la vice-présidente, Partenariats.

Ma conception d’une femme au pouvoir

Lorsqu’on parle de postes de direction, les clichés pullulent quant aux comportements qui seraient propres aux hommes ou aux femmes. « Je n’aime pas faire de comparaisons, je préfère parler de leadership au féminin, dans le sens où des hommes peuvent tout autant posséder ces aptitudes et vice-versa », précise Sophie Ducharme.

Parmi les forces dites féminines, les quatre dirigeantes notent l’empathie et une plus grande capacité à collaborer et à communiquer.

Toutes s’entendent aussi pour dire qu’une tendance dite féminine plus « négative » consiste à davantage douter de ses capacités à accomplir le travail. « Si une femme n’a pas toutes les compétences requises pour un poste, elle sera plus encline à ne pas postuler, ce qui n’arrête pas son homologue masculin », illustre Geneviève Brouillard, première vice-présidente, Particuliers à la BNC.

À cela s’ajoute une plus grande aversion au risque du côté féminin. « Dans la gestion des risques, les femmes ont plus de difficultés à vivre avec les risques résiduels et tenteront d’éliminer tous les risques avant d’agir », soutient Diane Giard. Cela se traduit dans les statistiques liées aux profils d’investisseur des femmes: elles affichent une moins grande tolérance au risque.

Je veux donc je peux

Comme le rappelle Nancy Paquet, le Bureau de la présidence de la BNC atteint presque la parité homme-femme parmi ses membres, si on ne compte pas le président et chef de la direction. Malgré ce succès, les femmes n’occupent actuellement qu’environ 17 % des sièges d’administrateur au sein des grandes sociétés canadiennes (FP500), selon une étude du Conseil canadien pour la diversité administrative. La même étude prévoit toutefois que les enfants nés en 2014 seront les premiers à connaître une parité...

Mais en attendant, un manque d’ambition expliquerait-il cette présence moins fréquente ?

Les quatre dirigeantes croient que la volonté est aussi forte chez les hommes que chez les femmes. Selon elles, le doute paralyse bon nombre de femmes et les empêche de monter plus haut

Nancy Paquet croit aussi qu’il s’agit en partie d’une question de réseautage. « Par habitude, les dirigeants discutent avec les mêmes personnes et pensent donc aux mêmes candidats lorsqu’un poste se libère », dit-elle. Les femmes doivent apprendre à se faire connaître et à élargir leur réseau.

Si j’avais su…

Souvent, il y a de ces conseils qu’on aurait aimé recevoir en début de carrière. « Comme dirait ma mère, le trottoir ne passe pas dans le salon », mentionne avec humour Nancy Paquet. Elle aurait aimé commencer plus tôt à développer son réseau en arrivant au bureau avant 9 h ou en allant dîner avec des collègues. Sophie Ducharme abonde dans le même sens.

Geneviève Brouillard et Diane Giard auraient, quant à elles, souhaité élargir davantage leurs perspectives, que ce soit en dépassant leur domaine de pratique ou en travaillant à l’international. « Lorsqu’on tente de prendre l’autoroute vers le succès, on ne regarde souvent que vers l’avant et on oublie de regarder à gauche et à droite, alors que la diversité des apprentissages compte tout autant », illustre Geneviève Brouillard.

Même si leur parcours et leur style de gestion diffèrent, ces quatre femmes de tête ont toutes en commun d’avoir cru en leurs capacités, et surtout, d’avoir eu l’audace d’aller de l’avant pour réaliser leurs ambitions…

Pour découvrir le parcours professionnel remarquable de ces femmes, visitez leur profil LinkedIn

Geneviève Brouillard

Sophie Ducharme

Diane Giard

Nancy Paquet

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories