Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Les Américains ont soif de kombucha québécois

13 décembre 2019 par Banque Nationale du Canada
Julian Giacomelli est cofondateur et président de RISE

Pendant des années, la boisson pétillante RISE s'est avérée si populaire chez les consommateurs québécois qu'en période estivale, le manufacturier parvenait tout juste à répondre à la demande. Aujourd'hui, grâce à des investissements majeurs qui ont permis d'accroître sa production, la PME de Saint-Léonard s'attaque au marché américain.

Embouteiller les saveurs du monde

Mis à part les bouteilles de verre - qui sont fièrement fabriquées à Montréal -, la majorité des ingrédients servant à la fabrication du kombucha sont achetés aux quatre coins du monde. L'ingrédient clé de cette boisson : la « mère », une culture bactérienne qui métabolise le sucre et la caféine lors de la fermentation. « C'est un ingrédient qui est vivant, et le premier morceau a été rapporté d'Hawaï par deux des fondateurs, Mathieu Gallant et David Côté », explique Julian Giacomelli, cofondateur et président de RISE.

Les thés sont importés d'Asie, tandis que le sucre provient d'une coopérative située au Paraguay. « Nous travaillons principalement avec des importateurs locaux, précise M. Giacomelli. Mais nous simplifions la gestion des achats en confiant à des spécialistes l'approvisionnement, la logistique et les contacts avec les fournisseurs étrangers. Cette impartition nous permet de nous concentrer sur la recherche et l'étude des tendances du produit. »

États-Unis : un marché immense, tout près

L'entreprise lorgnait le nord-est des États-Unis depuis plusieurs années déjà. « À moins de 1 000 km de Montréal, ce territoire représente un bassin de clients potentiels deux fois plus grand que le Canada entier. Il y a trois ans, on a fait le grand saut en choisissant le Vermont comme marché test. On y trouve une culture de la bouffe, les entreprises alimentaires canadiennes y sont bien respectées et le kombucha y était déjà populaire », résume Julian Giacomelli.

Aujourd'hui, RISE possède une filiale américaine et sa propre force de vente afin d'assurer une meilleure proximité entre l'entreprise et les consommateurs. L'exportation ne représente encore qu'une modeste part du chiffre d'affaires, mais RISE a étendu ses activités à d'autres États du nord-est depuis l'été dernier... ce qui devrait bientôt faire grimper les ventes chez nos voisins du Sud.

Un partenaire pour l'aventure internationale

L'ouverture des comptes bancaires de RISE pour faire des affaires en territoire américain s'est déroulée sous le signe de la simplicité, et ce, grâce à l'aide des experts chevronnés de la Banque Nationale. « On se protège également des variations du taux de change en achetant des devises américaines à l'avance auprès d'eux », ajoute le président de RISE.

Pour répondre à la demande américaine grandissante, le manufacturier a procédé à l'expansion et à l'automatisation de son usine de Saint-Léonard. Des investissements de 7 millions de dollars - rendus possibles grâce au financement de la Banque Nationale - ont permis de doubler la superficie des installations et de quadrupler la capacité de production. « On est maintenant bien outillés pour répondre aux besoins des États-Unis pendant au moins trois ans », indique Julian Giacomelli.

L'entreprise n'écarte pas une possible expansion vers l'Europe, mais pas à court terme. Les marques de commerce de RISE sont même déjà protégées en Europe ainsi que dans quelques pays asiatiques. Mais comme les bouteilles de verre sont lourdes et que le kombucha doit être réfrigéré, l'exportation outre-mer pourrait se révéler fort dispendieuse. Éventuellement, l'entreprise prévoit plutôt construire ses propres usines de fabrication à l'étranger. 

DÉCOUVREZ des solutions bancaires pour vos activités à l'international.
 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags :

Catégories

Catégories