Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

L'économie américaine pèse-t-elle sur le succès de votre entreprise?

03 février 2011 par Banque Nationale
Plusieurs de ces changements pourraient avoir un impact significatif sur les affaires des entreprises canadiennes.

Les États-Unis ont entrepris en 2017 des changements majeurs dans leur politique économique nationale. Plusieurs de ces changements de l'économie américaine pourraient avoir un impact significatif sur les affaires des entreprises canadiennes.

Contenu

Pour l’économie canadienne, il devrait y avoir du bon et du moins bon dans la direction prise par nos voisins du Sud.

De façon générale, on voit la politique américaine prendre une orientation nettement «pro business», avec la perspective de déréglementation et de baisse d’impôt pour les entreprises américaines. Cette orientation alimente l’optimisme des milieux d’affaires américains et les encourage à investir.

Il est aussi question d’un programme d’investissement public dans les infrastructures de transport d’un montant total d’un billion (soit 1 000 milliards) de dollars.

Cette perspective d’investissements privés et publics, et l'activité économique qu’ils pourraient générer, ont le potentiel de créer des occasions d’affaires aux États-Unis pour les entreprises canadiennes.

Pourtant, inversement, plusieurs nuages obscurcissent l’horizon du marché américain — et même l’horizon du marché global — des entreprises canadiennes.

La menace protectionniste

La principale menace est celle d’une montée du protectionnisme.

Plusieurs décisions politiques peuvent, à court ou à moyen terme, pénaliser directement les exportations canadiennes vers les États-Unis. Par exemple:

  • Un décret présidentiel Buy American, Hire American a enjoint aux administrations fédérales de vérifier qu’aucune dispense aux accords de libre-échange ne favorise un fournisseur étranger aux dépends d'un fournisseur américain.
  • Le département américain du commerce a imposé des droits compensatoires (l’équivalent d’une taxe à l’importation) sur le bois d’œuvre canadien.
  • Les États-Unis ont formellement avisé le Canada et le Mexique de leur intention de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).
  • L’attitude protectionniste de l’administration américaine semble encourager les entreprises américaines à demander son aide pour défendre leur marché intérieur. Ainsi, Boeing a déposé une plainte auprès du département américain du commerce contre les pratiques commerciales de Bombardier pour vendre ses avions CSeries aux États-Unis.

    Mais la montée du protectionnisme pourrait avoir un impact au-delà des seuls échanges Canada - États-Unis. Ainsi, les États-Unis ont remis en question la mise en place de l’Accord de partenariat transpacifique en s’en retirant unilatéralement. Certains observateurs craignent que le discours protectionniste américain ralentisse les progrès du libre-échange à travers le monde, ou le fasse même reculer.

    Un tel recul pourrait affecter toutes les exportations canadiennes, et donc à terme l’activité intérieure puisque la contribution du commerce international au produit intérieur brut canadien est d’environ un tiers.

    Ne pas se laisser paralyser par l’incertitude

    Malgré les manchettes inquiétantes, il est encore difficile d’évaluer l’impact réel des décisions et du discours protectionniste sur les exportations des entreprises canadiennes.

    Comme les gouvernements, les chambres de commerce et les associations professionnelles sont préoccupées par l’évolution des relations commerciales entre le Canada et les États-Unis. Parce qu’elles suivent le dossier de près, ces organisations peuvent fournir de l’information et des conseils à leurs membres qui transigent avec les États-Unis.

    Certaines entreprises se tournent aussi vers leur banque pour réévaluer leur façon de gérer la devise américaine – dont le cours en dollar canadien pourrait être affecté par la politique commerciale américaine.

    Pour d’autres entreprises, l’incertitude liée au marché américain peut les inciter à faire porter leurs efforts d’exportation vers d’autres pays.

    Cela dit, l’économie américaine demeure tout de même en bonne santé et les entreprises canadiennes sont loin d’avoir renoncé à faire affaires aux États-Unis.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Tags:

    Catégories

    Catégories