Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Serge Beauchemin répond à 5 questions posées par des entrepreneurs

19 juin 2018 par Banque Nationale
questions entrepreneur

L’homme d’affaires et ex-dragon Serge Beauchemin reçoit chaque semaine des dizaines de questions d’entrepreneurs. C’est pourquoi il a décidé de lancer la plateforme alias entrepreneur·e, afin d’en accompagner le plus grand nombre possible. Serge Beauchemin répond ici aux cinq questions qui lui sont le plus fréquemment posées.

1 Comment obtient-on du financement?

La clé, c’est la préparation. Il faut d’abord comprendre ses besoins en matière de financement. A-t-on besoin d’un prêt ou d’équité? A-t-on besoin uniquement de fonds ou d’un investisseur stratégique? Est-ce qu’un prêt temporaire peut nous convenir? Puis, il faut se demander pourquoi on cherche de l’argent et combien. Quelles sont les conditions que nous sommes prêts à négocier?

Il faut ensuite s’adresser à son investisseur ou à son prêteur en essayant de comprendre quel est son objectif et son besoin. Il faut savoir, par exemple, qu’un prêteur et un investisseur ne cherchent pas exactement la même chose. L’investisseur veut normalement un rendement en équité à long terme, tandis que le prêteur cherche à obtenir un gain avec des garanties à court terme. Il faut ensuite traiter son investisseur ou son prêteur comme son client.

Il est important de comprendre qu’il s’agit là de la deuxième ronde d’investissement. La première ronde? Investir son argent personnel et demander à ses proches de contribuer.

2 Comment savoir si mon idée est bonne?

Selon moi, la seule personne qui peut vous dire si votre idée est bonne n’est ni un consultant, ni un financier, mais bien un client potentiel.

Je conseille donc de faire une offre à des clients et de conclure des ventes ou d’obtenir des engagements de leur part. Le plus tôt vous présenterez une offre au marché, le plus tôt vous serez en mesure de prouver que vous avez une bonne idée.

3 Comment faire pour contacter des clients potentiels?

Il existe deux grandes stratégies : celle des gens qui vendent des produits et celle des professionnels qui offrent des services.

Pour les entrepreneurs qui désirent mettre en marché un produit, la première étape est de faire du bruit autour du produit. Dans ce cas-ci, les médias sociaux peuvent s’avérer utiles, puisque la publicité dans les réseaux sociaux reste encore accessible aux budgets de démarrage. Lorsqu’on travaille avec un petit budget, on a intérêt à être original et à trouver des façons créatives de faire voir sa marque pour qu’elle puisse acquérir de la notoriété.

La deuxième étape est de faire en sorte que le consommateur puisse expérimenter le produit; qu’il puisse le tester, le toucher, le voir ou le goûter. Pour y arriver, vous pouvez participer à des foires commerciales ou être présent à des endroits où les gens se réunissent pour consommer des alternatives à votre produit.

Aujourd’hui, plusieurs sites de sociofinancement comme Kickstarter, Ulule, Indigogo, La ruche et Haricot permettent de montrer des produits. On ne peut pas les toucher, mais on les voit en action, et cette expérience est très importante.

Pour les entrepreneurs qui se lancent dans l’industrie du service, ils devront avoir recours au marketing relationnel pour se faire connaître. Le processus est souvent plus long, car développer des relations solides est plus difficile que de mettre en marché un produit. Il est rare que ces relations se développent en une semaine ou même en une année.

Il faut bien comprendre qu’une entreprise de services professionnels ne se fait pas connaître par la publicité, mais plutôt par le biais de la relation client qui se bâtit plus facilement en personne. Il faut donc que l’entrepreneur sorte de son bureau, aille rencontrer des clients potentiels et offre ses services à des gens qui ont un problème pour lequel il propose une solution.

Bien sûr, les réseaux sociaux permettent d’entrer en relation. Beaucoup de gens y font du marketing de contenu, c’est-à-dire qu’ils publient des articles ou des vidéos où ils prouvent leur expertise. Cela leur permet de se bâtir une crédibilité puis d’engendrer le bouche-à-oreille.

4 Comment réussir à bien s’entourer?

Pour bien s’entourer, il faut d’abord bien se connaître afin de déterminer ses forces et ses faiblesses.

Souvent, les gens vont recruter des personnes qui leur ressemblent, mais il faut plutôt trouver celui ou celle qui va combler nos lacunes. Par exemple, si je suis une personne extravertie et que je désire développer une application, j’ai peut-être besoin de m’entourer de gens qui sont plus introvertis, plus analytiques, avec des connaissances plus techniques pour programmer, entre autres.

Il est important de cibler toute la gamme des compétences requises pour que le travail soit accompli de façon efficace, puis trouver les personnes qui détiennent ces compétences.

5 Comment fait-on pour établir son prix?

La bonne façon d’établir les prix de ses produits et services est d’évaluer ce que le client a comme alternative dans le marché, et ce qu’il est prêt à payer pour répondre à son besoin.

Vous devez donc établir un portrait de l’offre semblable à la vôtre, puis décider où vous vous situez dans cette échelle. En général, les gens vont avoir tendance à se positionner dans la moyenne, mais à mon avis, c’est mieux de se démarquer avec une stratégie de prix, soit le plus cher ou le moins cher.

Ensuite, il faut avoir une stratégie de prix cohérente. Souvent, je vois des gens qui proposent « une qualité supérieure à prix abordable », mais les consommateurs ne sont pas dupes, ils s’attendent à ce que le prix soit fixé en fonction de la qualité.

Découvrez d’autres conseils de Serge Beauchemin à travers 150 capsules sur la plateforme alias entrepreneur.e.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories