Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment réussir la transition suite à une acquisition

05 février 2019 par Banque Nationale
Comment réussir la transition

Réaliser une acquisition est un moyen rapide de faire croître son entreprise. Cependant, c’est une transaction qui comporte plusieurs risques. Afin de réussir, il faut la préparer soigneusement. Dans cette série de 4 articles, découvrez les étapes importantes à suivre : avant, pendant et après une acquisition. 

Après l’acquisition : affirmer son leadership rapidement

Une fois la transaction effectuée, tout n’est pas joué. Il faut bien gérer le virage de l’intégration tant vis-à-vis des employés que des fournisseurs et des clients, asseoir son leadership et ensuite réaliser ses projets.

Le but est d’arriver à tout faire sans bouleverser les fondations de l’entreprise que vous venez d’acquérir. Pour y parvenir, il faut préparer la transition en amont et éviter d’apporter des changements inutiles qui risqueraient de déstabiliser l’entreprise acquise.

1- Mettre en place le processus d’intégration

Une acquisition ne consiste pas à tout simplement prendre possession d’une entreprise. Il faut surtout qu’il y ait une véritable intégration. Le processus doit être mené par le dirigeant de la firme. Un plan d’intégration, qui comprend un échéancier et des objectifs précis, doit être préparé et soigneusement mis en application.

Les dirigeants et les cadres chargés de l’intégration doivent avoir des objectifs clairs, mesurables et effectuer des rapports d’étape. Ceci permettra de suivre étroitement la progression du processus d’intégration et d’apporter des ajustements en cas d’imprévus. Pour assurer son succès, les dirigeants responsables de l’intégration peuvent être rétribués en fonction de l’atteinte des objectifs.

Si des synergies étaient prévues dans le plan d’acquisition, il est primordial de les réaliser sans tarder. Le prix d’achat ayant été convenu en fonction de ces économies, ne pas les effectuer peut rendre le prix payé trop élevé et la rentabilisation de la transaction plus difficile.

Si l’acquéreur détient déjà une entreprise, le fait d’avoir acquis une firme du même secteur est bien souvent un gage de réussite.

2- Limiter la période de flottement

Le but est de conserver ce qui a fait la vitalité – et donc la valeur et le prix – de l’entreprise : ses employés, ses clients et ses fournisseurs. L’acquisition doit être perçue comme une bonne nouvelle, l’occasion d’améliorer les relations d’affaires ou le climat de travail. C’est pour cette raison qu’il est primordial de limiter au maximum la période d’incertitude qui suit inévitablement une acquisition en procédant aux changements nécessaires pour intégrer la nouvelle entreprise.

3- Gérer en priorité les ressources humaines

La réussite de la transition passe par l’intégration des employés et des dirigeants qui feront partie de la nouvelle entreprise. Un changement de propriétaire est la plupart du temps source d’inquiétude pour les employés. Il faut les rassurer le plus tôt possible sur leur avenir pour obtenir leur adhésion. Sans cela, ils pourraient partir ne sachant pas à quoi s’attendre de leur nouvel employeur, voire être recrutés par des concurrents qui voudraient tirer avantage de la période de flottement.

Il faut procéder rapidement à la désignation des cadres et des dirigeants qui feront partie de l’équipe de direction. Pour maintenir la motivation et apaiser les incertitudes, il faut très vite qu’ils sachent qui constitue la nouvelle équipe de direction. Même démarche avec le personnel. Si des changements doivent avoir lieu, il est conseillé de les effectuer le plus rapidement possible.

Toute cette mise en place, si elle est bien planifiée, maîtrisée et expliquée, rassurera les troupes, donnera le ton rapidement et motivera les nouveaux employés à contribuer à la réussite de l’intégration et de l’acquisition.  

En résumé, voici les six facteurs de succès d’une acquisition :

1. Payer le juste prix

Une acquisition, aussi stratégique soit-elle, peut devenir catastrophique si le prix d’achat est trop élevé. L’acquéreur a donc intérêt à s’assurer que la somme demandée ne dépasse pas trop la valeur de l’entreprise, et qu’elle respecte son budget.

2. Choisir une cible dans votre domaine d’activité

Pour qu’une acquisition soit un succès, l’acquéreur doit pouvoir faire la différence. Pour cela, il doit connaître suffisamment l’activité de l’entreprise ciblée pour en prendre la direction et savoir précisément ce qui doit être fait pour en assurer la croissance.

3. Effectuer une revue diligente minutieuse

Il est essentiel d’analyser avec objectivité l’état de la cible retenue pour l’acquisition. Pour cela, il est primordial de mener une revue diligente approfondie. D’abord, établissez la liste des principales fonctions que vous devez passer en revue et des informations indispensables dont vous avez besoin pour avoir une image réaliste. Dans un premier temps, vous pouvez concentrer votre attention sur les caractéristiques essentielles pour lesquelles vous avez choisi cette cible (par exemple, vérifiez que vous aurez bien le contrôle du brevet si c’est l’élément qui a justifié l’acquisition). Vous pourrez toujours vérifier les points secondaires par la suite.

4. Conserver la motivation

Un processus d’acquisition est long et représente de nombreux défis. Il faut continuellement relancer la machine, garder tous les intervenants motivés et concentrés, y compris vous-même, pour atteindre votre but.

5. Être bien entouré

Une acquisition d’entreprise est un travail d’équipe et vous devez vous assurer d’être bien entourés. Tant votre comptable, votre avocat que votre banquier joueront un rôle important dans cette transaction. Une institution financière n’est pas seulement pourvoyeuse de financement. Elle peut aussi contribuer d’une multitude de façons au succès de l’acquisition, en accompagnant l’acquéreur tout au long de la transaction, en étant présent lors des rencontres avec les différentes parties, en coordonnant et en appuyant les autres intervenants du projet.

6. Procéder à l’intégration sans tarder

Une fois l’acquisition conclue, il faut en prendre le contrôle rapidement tout en évitant de bouleverser les opérations. Si votre plan prévoit des licenciements, faites-les promptement. Ensuite, assurez-vous que les fournisseurs, les clients et les employés soient rassurés pour éviter qu’ils songent à aller voir ailleurs. La valeur de l’entreprise que vous avez payée tient, notamment, dans sa liste de clients et le savoir-faire de ses employés. Il ne faut pas les perdre.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags :

Catégories

Catégories