Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment analyser le potentiel d’une acquisition

05 février 2019 par Banque Nationale
Analyser le potentiel d’une entreprise

Réaliser une acquisition est un moyen rapide de faire croître son entreprise. Cependant, c’est une transaction qui comporte plusieurs risques. Afin de réussir, il faut la préparer soigneusement. Dans cette série de 4 articles, découvrez les étapes importantes à suivre : avant, pendant et après une acquisition.

Pendant l’acquisition : analyser en profondeur

Avant de conclure l’achat, il faut prendre le temps d’évaluer correctement l’entreprise convoitée. C’est en fonction du résultat de l’évaluation de l’entreprise à vendre que vous pourrez déterminer si le prix de vente est juste ou non, d’où l’importance de procéder à cette étape importante. Cette évaluation n’est pas une fin en soi, c’est un outil pour arriver à une entente négociée sur le prix.

1- Effectuer une évaluation

Si importante soit-elle, l’évaluation ne peut établir la valeur de l’entreprise dans l’absolu. Elle doit tenir compte du contexte, du marché. C’est un exercice fondé sur l’anticipation des profits qu’une entreprise est susceptible de générer ou sur la comparaison avec le prix payé pour des sociétés similaires.

L’évaluation d’une entreprise réalisée dans le contexte d’une acquisition est comparable à celle d’un placement boursier : l’acquéreur veut payer un prix qui lui permettra d’obtenir un rendement favorable.

Il existe plusieurs méthodes d’évaluation. Elles sont toutes basées sur deux notions simples : la capacité de l’entreprise à générer des profits et le rendement auquel s’attendre sur le capital investi.

La capacité de l’entreprise de générer des profits est souvent exprimée par celle de gérer des flux de trésoreries libres, c’est-à-dire les surplus de liquidités qu’elle génèrera dans le futur.

Méthode des flux de trésorerie actualisés

Appelée « Discounted cash flow » (DCF) en anglais, c’est la méthode la plus courante et la plus avancée. Elle consiste à anticiper les flux monétaires (cash flows) que l’entreprise acquise va générer pendant sa vie utile et à en calculer la valeur actuelle en utilisant un taux d’escompte approprié.

L’exercice consiste donc à anticiper les flux de trésorerie, c’est-à-dire à effectuer des prévisions financières pour projeter les résultats et la situation financière de l’entreprise dans le futur.

Le modèle de prévisions financières doit permettre d’établir les flux de trésorerie libres que l’activité devrait générer dans le futur. La notion de flux de trésorerie libres est simple : c’est l’argent que le propriétaire va pouvoir empocher chaque année, après avoir assuré la survie et la croissance de son entreprise, le cas échéant. Il pourra choisir de réinvestir ces profits pour la faire croître soit par des investissements, soit par des acquisitions. Toute décision en ce sens devra être évaluée de la même façon : quelle sera la valeur des flux de trésorerie libres?

Voici un modèle simple de prévisions financières pour illustrer comment établir les flux de trésorerie libres :

Dans le modèle de cash flow, les résultats historiques doivent servir de fondement aux prévisions financières. Mais ils ne font pas foi de tout. Il faut donc apporter des ajustements aux plus récents résultats pour les « normaliser », c’est-à-dire en enlever tout ce qui est propre aux propriétaires et qui ne représente pas fidèlement la réalité de l’entreprise acquise ou tout ce qui ne sera pas récurrent.

Par exemple, si des dépenses non essentielles à la conduite des affaires ont été encourues, elles ne seront peut-être pas nécessaires à l’avenir. De la même façon, des actifs superflus peuvent avoir été conservés par le propriétaire de l’entreprise et être vendus aussitôt l’acquisition conclue. À l’inverse, des revenus sont peut-être à réévaluer. Si une vente importante, mais exceptionnelle, a été réalisée avec un client, il vaut donc mieux ne pas la prendre en compte pour évaluer les flux futurs.

Bref, un « ménage » des états financiers historiques s’impose pour dégager le portrait le plus fidèle possible de ce que l’entreprise deviendra une fois acquise. Les résultats historiques, après avoir été redressés, servent à établir les prévisions financières pour en faire l’évaluation.

Les prévisions sont fondées sur les connaissances que l’acquéreur développe sur la cible, sur ce qu’il compte en faire. Elles doivent tenir compte des changements qu’il voudrait apporter. L’acheteur peut faire des scénarios (pessimiste, réaliste, optimiste) pour déterminer si les hypothèses sont raisonnables. Il peut vouloir se laisser une marge de manœuvre au cas où les choses n’iraient pas aussi bien qu’il l’envisageait. Les prévisions vont nécessairement s’affiner au fur et à mesure que la connaissance de l’entreprise ciblée s’améliore. Et ce, notamment grâce à la vérification diligente, qui consiste en l’examen approfondi des résultats de l’entreprise.

Estimer le rendement possible

Toute décision d’investissement se prend comme n’importe quelle décision d’affaires : le prix de vente doit dépasser le coût pour être en mesure de dégager des profits. Plus le risque de faire des profits est élevée, plus la marge potentielle doit être élevée. En évaluation d’entreprise, cette marge est représentée par le taux d’escompte utilisé pour calculer la valeur en date d’aujourd’hui des flux de trésorerie libres. Cela permet de compenser ces deux risques : plus le taux est élevé, plus l’évaluation du montant des flux de trésorerie prévus à long terme et des plus risqués sont diminués.

Un taux de rendement plus élevé est exigé dans le cas d’une petite entreprise en développement plutôt que pour une grande, qui a atteint sa maturité et dont les flux monétaires futurs sont souvent plus faciles à estimer.

D’autres facteurs peuvent également justifier d’exiger un rendement plus élevé. Par exemple, une entreprise fait face à un plus grand risque si elle œuvre dans un marché hautement concurrentiel par rapport à une autre, qui jouit d’un avantage concurrentiel indéniable (brevet, position avantageuse dans le marché, l’emplacement de ses établissements, ou encore parce qu’elle exploite une marque populaire). Celle qui n’aurait pas ce positionnement pourrait avoir à baisser ses prix pour conserver ses parts de marché. Il faut en tenir compte dans l’établissement du prix pour en faire l’acquisition.

Le rendement exigé pour faire l’acquisition d’une société privée se situe entre les deux extrêmes que sont le rendement que réalisent en moyenne les grandes sociétés dont les titres sont inscrits en bourse (environ 7 %), d’une part, et le rendement attendu des jeunes pousses (40 % et plus), d’autre part.

Mais le taux de rendement exigé n’est pas une science. Ce qui importe, c’est d’être conscient du taux exigé et de pouvoir établir clairement l’impact d’une variation de ce taux sur la valeur de l’entreprise. Rappelons que la méthode des flux de trésorerie actualisés permet de développer un modèle, à la base de la discussion sur le prix à payer pour réaliser une acquisition. L’objectif n’est pas d’obtenir une réponse exacte sur la valeur de l’entreprise, mais d’avoir une vision la plus claire possible afin de trouver le juste prix à payer.

Si le taux utilisé pour faire l’évaluation de l’entreprise est trop bas, l’entreprise pourrait être surévaluée. Le prix risque donc d’être trop élevé. Si le taux est trop haut, le prix sera bas et donc sûrement difficile à accepter par le vendeur.

La méthode des comparables

C’est une autre méthode largement utilisée pour l’évaluation d’entreprise dans le contexte d’une acquisition. Elle consiste à déterminer la valeur d’une entreprise en analysant le prix auquel d’autres sociétés comparables ont été vendues récemment selon des critères identiques de comparaison. L’échantillon, autant que possible, doit comprendre des organisations du même secteur d’activité, de la même taille, avec des résultats proches, situées dans une zone géographique similaire, etc.

Des ratios sont ensuite appliqués pour déterminer la valeur. À moins de réaliser une évaluation plus formelle fondée sur un DCF (Discounted cash flow), c’est le multiple Valeur d’Entreprise (VE) / bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) qui est le plus largement utilisé pour évaluer une entreprise à acquérir.

L’information de base utilisée est le BAIIA ou, autrement dit, le flux de trésorerie (cash flow) produit par les opérations, duquel sont déduits les frais financiers, l’amortissement et l’impôt. Ce montant doit aussi être ajusté ou « normalisé » tel qu’indiqué précédemment afin d’obtenir un chiffre représentant correctement la performance future anticipée de l’entreprise.

Par exemple, si une entreprise a un BAIIA ajusté de 200 000 $ et que le multiple de la valeur d’entreprise sur le BAIIA est de 5 fois, l’entreprise aura une valeur de 1 million de dollars. Le même exercice peut être effectué en prenant en compte de l’évolution du multiple VE/BAIIA au cours des ans. À noter que cette seule base de valorisation d’une entreprise pourrait être inexacte puisqu’il peut exister d’autres éléments pouvant influencer le prix, tels que la présence d’actifs excédentaires ou de dettes existantes dans l’entreprise ciblée. C’est pourquoi nous recommandons de vous référer à vos professionnels comptables pour plus de précision.

2- Mesurer l’impact des synergies

Un des facteurs clés de la réussite d’une acquisition est la réalisation de synergies ou à tout le moins l’amélioration de l’activité de l’entreprise acquise dans le but d’en dégager une meilleure rentabilité. Il existe divers types de synergies.

Les synergies de revenus

Par exemple, si l’entreprise acquise a une gamme de produits intéressante, mais peine à atteindre le marché à cause d’un réseau de distribution limité, l’acquéreur peut profiter de son propre réseau de distribution pour augmenter le volume de vente des produits. Il s’agit alors de synergies de revenus. La création de valeur viendra d’une augmentation des revenus et la réalisation de profits une fois réalisée l’intégration de l’entreprise acquise à sa propre entreprise.

Les synergies de coûts

L’acquéreur peut aussi être en mesure de diminuer les frais d’exploitation de l’entreprise acquise. Il s’agit alors de synergies de coûts. La création de valeur vient de l’augmentation des profits de l’entreprise acquise. Ces synergies doivent idéalement profiter à l’acheteur, sans que cela soit pris en compte dans le prix payé pour l’acquisition. Il est possible de créer des synergies en ayant deux entreprises dans un même secteur d’activité. La profitabilité de l’entreprise acquise peut aussi être accrue en améliorant sa gestion pour resserrer les coûts et augmenter la productivité. Ces baisses des frais d’exploitation représentent également des synergies de coûts.

S’il n’y a aucune synergie possible, il faut y penser à deux fois avant de procéder à une acquisition. Des acquéreurs financiers achètent ce genre d’entreprises pour les restructurer ou les redresser et en tirer profit ensuite. Mais, dans ces cas-là, il faudra souvent mener des changements importants pour réussir à les remettre sur pied. C’est la raison principale pour laquelle il est conseillé de cibler des entreprises complémentaires.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories