Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Deux moyens pour obtenir des liquidités

10 mars 2015 par Banque Nationale
DefaultArticleImageAltText

Même si une entreprise connaît de fortes ventes, elle peut manquer de liquidités. Voici deux solutions pour résoudre ce problème.

Contenu

Imaginez que vous décrochiez un important contrat et que vos coûts de production augmentent fortement en conséquence. Si vous n’êtes payé que 60 jours après la livraison, vous risquez de manquer de liquidités. Imaginez ensuite que votre entreprise connaît un très grand succès (on vous le souhaite!) et que vous n’avez pas le choix de suivre la demande et de croître rapidement. Aurez-vous les liquidités pour financer cette croissance ?

Deux solutions

Pour obtenir les liquidités requises à cause de situations de ce type, une entreprise peut avoir recours à deux méthodes efficaces : vendre à escompte ses comptes clients et procéder à l’escompte de ses comptes fournisseurs. En ayant recours à ces solutions, l’entrepreneur peut obtenir des liquidités, qu’il pourra ensuite utiliser pour investir dans le développement de nouveaux produits, participer à des foires d’affaires ou rembourser des dettes, par exemple. Voici comment ces solutions fonctionnent.

Solution 1 – Vendre ses comptes clients pour être payé plus vite

Selon les termes des contrats, il peut s’écouler 60, 90 ou même 180 jours avant que vos clients ne paient leurs factures. Pendant ce temps, il faut acheter les matières premières, payer ses employés et ses fournisseurs, etc. Parfois, une marge de crédit ne suffit pas. La situation peut être particulièrement critique si un ou deux de vos clients représentent la plus grande part de vos revenus. De même, si vous faites affaire avec des entités gouvernementales -, les délais peuvent être longs.

Si vous êtes dans une situation similaire, il y a une solution : vous pouvez vendre à escompte à la Banque vos comptes clients. Vous recevez l’argent au lieu d’attendre que vos clients vous paient. Ainsi, vous avez en main l’argent requis pour fonctionner et financer votre croissance. La vente des comptes clients est particulièrement utile à une entreprise qui décroche un gros contrat, si important qu’elle doit croître rapidement pour l’honorer. Non seulement l’entreprise est-elle payée, mais elle réduit aussi le risque de défaut de paiement. Par ailleurs, la vente de vos comptes clients offre aussi l’avantage que c’est la Banque – qui s’occupe de la perception et du recouvrement de vos créances -, ce qui peut parfois être délicat.

Solution 2 – Escompter – ses comptes fournisseurs

Entre le moment où l’on conçoit un produit et on le fabrique, puis celui où l’argent entre dans les coffres, il peut s’écouler beaucoup de temps. Malheureusement, l’entreprise n’a pas le choix de payer ses fournisseurs. De même, certaines entreprises doivent acheter de grandes quantités de matières premières pour profiter d’une fluctuation favorable des prix.

Dans les deux cas, l’entreprise peut se retrouver avec de sérieux problèmes de liquidités. L’escompte de vos comptes fournisseurs vise à vous offrir un financement complémentaire à votre marge de crédit conventionnelle. La Banque se substitue à votre entreprise pour effectuer les paiements à vos fournisseurs dès la livrasion des biens ou services. Votre entreprise bénéficie alors d’un terme de remboursement auprès de la Banque pouvant aller de 30 à 180 jours.

En plus de fidéliser vos fournisseurs stratégiques, cette méthode à l’avantage de vous permettre d’obtenir des termes de paiements plus longs et elle vous offre la possibilité d’utiliser ou de négocier des escomptes pour paiements rapides auprès de vos fournisseurs. Cela peut donc se traduire par un avantage non négligeable par rapport à vos compétiteurs.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories