COVID-19 et bourse: conseils et stratégies à adopter

27 mars 2020 par Banque Nationale
homme devant portable

Au cours des dernières semaines, les marchés boursiers ont chuté et demeurent hautement volatils. Il est donc tout à fait normal que vous vous posiez des questions sur votre portefeuille d’investissements et de placements. Que faut-il faire dans cette situation? Faut-il synchroniser les marchés? Nous avons fait le tour de la question avec Jonathan Durocher, président de Banque Nationale Investissements. Voici 8 conseils, suggestions et pistes de réflexion.

1. Un krach boursier n’amène pas nécessairement une récession

Nous avons eu, par le passé, plusieurs épisodes de krach boursier qui ne se sont pas transformés en récession.

Le marché boursier, l’économie et la récession sont des concepts bien différents. Un krach ne rime pas nécessairement avec récession, ni l’inverse. Il y a récession lorsque le PIB se contracte, en d’autres mots lorsque l’économie ralentit.

« Allons-nous vivre une récession? Ce n’est pas impossible, mais personne ne peut prédire exactement quand une récession va arriver, alors il faut faire attention aux “devins” », mentionne Jonathan Durocher.

2. Les marchés boursiers peuvent générer du rendement même en période de récession

Les rendements, durant les récessions, ont tendance à être moins intéressants, mais on ne parle pas de -400 %. On voit souvent des -20, -10 ou -4 %, et parfois des rendements positifs.

Autre point important à garder en tête : quand il y a une récession, la bourse a tendance à remonter par la suite. Si vous avez 20, 30, 40, même 50 ans, et que vous épargnez pour votre retraite, les marchés boursiers, même en récession, peuvent être avantageux pour vous.

Notre expert rappelle ce qui est arrivé avec le marché boursier avant, pendant et après les dernières récessions américaines :

Note : Ces données sont fournies à titre d'illustration. Elles existent dans le contexte de récessions qui ne sont pas liées à une pandémie.

3. Vous pouvez vous préparer à la possibilité d’une récession

Vous pouvez vous y préparer, mais l’important c’est de s’y préparer avant, et non pas pendant la récession. Voici comment :

  • Si la récente chute vous a stressé, que vous n’arrivez plus à dormir et que vous angoissez en pensant à votre portefeuille d’investissement… Il est temps de contacter votre conseiller et de revoir avec lui votre niveau de risque avant qu’une récession arrive et que vos émotions prennent le dessus.
  • Quand une récession arrive, les gens ont tendance à surréagir. Les médias vont en parler abondamment, les gens autour de vous également. Gardez la tête froide et souvenez-vous du tableau présenté ci-dessus.
  • Les différentes classes d’actifs qui composent le marché boursier ne réagissent pas de manière identique durant une récession, alors assurez-vous d’avoir un portefeuille réellement diversifié qui permettra d’amoindrir les baisses de marchés et vous aidera à rester investi.

4. Vous devez résister à la tentation de vouloir synchroniser les marchés

Synchroniser les marchés est une stratégie qui consiste à tenter de se retirer des marchés avant une baisse importante, puis à retourner sur les marchés lorsque ces derniers commencent à remonter.

Il y a donc deux actions dans la synchronisation des marchés : en sortir et y entrer à nouveau. Il faut donc avoir deux fois raison. Sortir au bon moment et entrer à nouveau avant que ça n’augmente trop.

Est-ce une bonne stratégie? La réponse de Jonathan Durocher est négative. « Il est parfois plus facile de savoir se retirer au bon moment, mais rares sont ceux qui arrivent à entrer à nouveau sur les marchés au bon moment », souligne-t-il.

5. Vos deux mots d’ordre : épargne systématique et diversification!  

Avant toute chose, analysez votre portefeuille et sachez qu’un mauvais placement pour vous peut être un bon placement pour quelqu’un d’autre.

Dans un marché en baisse, votre meilleur placement, c’est votre programme d’épargne systématique. Cette approche bien simple vous fait investir automatiquement, même quand le marché est à la baisse et donne un bon rendement à la longue, à cause du pouvoir des intérêts composés. 

L’important, c’est d’avoir un portefeuille diversifié. Si vous avez vraiment un portefeuille diversifié, vous allez toujours détester quelque chose dans votre portefeuille. Chaque mois, il va y avoir des actions à la hausse et d’autres à la baisse.

Si tout baisse en même temps ou que tout monte en même temps, il faut revoir votre diversification de portefeuille avec des experts. Une diversification optimale va faire en sorte que vous allez manquer l’extraordinaire, mais peut-être aussi vous mettre à l’abri.

6. Retirez toutes les émotions de votre processus de prise de décisions

Même si nous savons tous que ce n’est pas ce qu’il faut faire, amener les émotions dans notre processus décisionnel est l’une des erreurs les plus fréquentes en bourse. Pas facile de se détacher de toutes ces mauvaises nouvelles. Mais il faut être rationnel, rester investi et ne jamais perdre de vue ses objectifs.

« Il ne faut jamais prendre les fluctuations de la bourse de manière personnelle, indique Jonathan Durocher. “Je ne suis pas chanceux.” “La bourse ne m’aime pas.” “Je perds toujours.” La bourse ne tient pas compte de vos objectifs de vie. La bourse n’est pas une personne. La bourse n’a pas l’obligation de toujours payer. »

Un bon truc pour vous aider à gérer vos émotions sur le coup est de faire un petit exercice de mémoire. Qu’avez-vous fait en 2008? Avez-vous tout liquidé? L’avez-vous regretté par la suite? Êtes-vous plutôt resté investi? Si oui, à combien chiffrez-vous ce que vous avez gagné?

7. Analysez si la situation actuelle peut être une opportunité pour vous

Si vous avez un horizon de placement qui est à long terme, c’est peut-être une occasion. Vous avez deux avantages : le facteur temps et l’intérêt composé. Einstein aurait dit de cette dernière qu’il s’agissait de la 8e merveille du monde. Votre épargne systématique génère des intérêts qui gonflent votre montant, qui génère plus d’intérêts, et ainsi de suite!

Cette période trouble est une bonne occasion pour en apprendre plus sur le sujet. Votre conseiller en gestion de patrimoine peut avoir un énorme impact en vous éduquant sur ce concept bien simple.

8. Apprivoisez le risque et l’incertitude

Il faut être patient, rester investi et apprivoiser le risque et l’incertitude.

« Le risque, c’est souvent ce qu’on ne voit pas, explique Jonathan Durocher. Il n’y a aucun économiste ni aucune grande firme qui avait mis dans ses prévisions 2020 qu’un virus allait affecter l’économie mondiale. Gestion du risque 101 : à court terme, inquiétez-vous d’avoir trop de risque. À long terme, inquiétez-vous de ne pas en avoir assez. Même en ces temps d’incertitude. »

L’incertitude, c’est comme la gravité, il va toujours y en avoir. Ça fait des années que l’on dit que les marchés sont incertains... Ce qui n’a pas empêché la bourse de faire au-dessus de 300 % de rendement dans les dix dernières années.

Nous sommes conscients que vos investissements et vos placements peuvent vous préoccuper. Nous vous invitons à réécouter nos experts qui ont répondu à vos questions sur Facebook, ici

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Banque de réponses

No Result found

Artboard