GLOSSAIRE
R | S | T | U | V

R

Rapport annuel

Rapport officiel envoyé par toute société ouverte à ses actionnaires leur faisant part de la situation financière de la société. Ce rapport doit être vérifié par des comptables indépendants.

Rapport cours-bénéfice (ratio cours-bénéfice)

Quotient du cours de l'action ordinaire par le bénéfice net par action du dernier exercice.

Ratio des dépenses                      

Total des frais d'exploitation d'un fonds commun de placement, exprimé en pourcentage de la valeur liquidative du fonds. Le ratio des dépenses englobe les frais de gestion ainsi que d'autres dépenses du fonds incluant le courtage, les frais de vérification et les frais juridiques qui sont imputés directement au fonds. Les taux de rendement publiés sont calculés après déduction du ratio des dépenses.

Régime d'épargne-action (REA)

Régime en vertu duquel certaines provinces accordent aux particuliers qui y résident une déduction ou un crédit d'impôt sur des placements effectués dans certains titres choisis. Ce crédit ou cette déduction représente un pourcentage de la valeur du placement.

Régime de participation différée aux bénéfices (RPDB)

Régime d'intéressement en vertu duquel un employeur attribue aux membres de son personnel des sommes susceptibles de leur être versées plus tard et calculées en fonction du bénéfice net de l'entreprise.

Régime de pension (régime de retraite)

Régime dans le cadre duquel l'employeur et, dans la plupart des cas, les employés versent des cotisations à un fonds qui, à son tour, verse un revenu à vie aux employés participant au régime.

Régime de retraite à cotisations déterminées

Régime qui ne garantit pas à chaque participant un niveau déterminé de revenu de retraite. Les prestations sont fonction du revenu tiré du placement de ses cotisations.

Régime de retraite à prestations déterminées

Régime qui garantit à chaque participant un niveau déterminé de revenu de retraite, en fonction du salaire et du nombre d'années de service du participant.

Régime enregistré d'épargne-études (REEE)

Programme d'investissement qui permet d'épargner et de faire fructifier le capital à l'abri de l'impôt, jusqu'à ce que l'enfant commence ses études postsecondaires. Ce régime bénéficie de la Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE).

Régime enregistré d'épargne-retraite (REER)

Moyen par lequel un particulier peut reporter l'impôt à payer sur les sommes placées en vue de sa retraite. Le titulaire investit dans une ou plusieurs variétés de placements qui sont détenus en fiducie en vertu du régime. L'impôt à payer sur les cotisations versées et la plus-value des placements effectués est reportée jusqu'au moment de leur retrait, à la retraite.

Rendement

Revenu ou gain en capital dégagé par un investissement.

Rendement à l'échéance

Taux de rendement annuel qu'un investisseur tirera d'une obligation, s'il la détient jusqu'à l'échéance.

Rente

Somme payable périodiquement en contrepartie de l'aliénation d'un capital constitué par un montant forfaitaire, des cotisations de retraite ou des primes d'assurance.

Rente certaine garantie jusqu'à 90 ans

Rente rapportant une somme annuelle fixe jusqu'à l'année où le rentier atteint ses 90 ans.

Rente différée

Contrat, généralement vendu par une compagnie d'assurance-vie, qui rapporte au bénéficiaire ou rentier un revenu périodique à compter d'une date future convenue. Le paiement du contrat se fait généralement en une série de versements effectués sur une période donnée, période qui se termine avant le début du service de la rente.

Rente immédiate

Contrat, généralement vendu par une compagnie d'assurance-vie, qui se traduit pour le bénéficiaire ou rentier par le service immédiat d'une rente. Le contrat se règle par le versement d'une somme forfaitaire.

Rente variable

Rente viagère dont le montant varie périodiquement en fonction du rendement des placements.

Rente viagère

Rente garantie durant la vie d'une personne et dont le paiement prend fin au décès.

Rentier

Personne qui bénéficie d'une rente.

Répartition d'actifs

Action d'établir ou de revoir la combinaison des avoirs d'un portefeuille de placements.

Répartition stratégique

La répartition stratégique consiste à conserver une répartition relativement stable entre les différentes catégories d'actifs. Celle-ci est établie en fonction de prévisions économiques et financières à long terme et repose sur une maximisation de la relation rendement/risque.

Répartition tactique

La répartition tactique consiste à surpondérer les catégories d'actif qui sont sensées mieux performer dans les prochains mois et sous-pondérer les autres. Les choix sont établis en fonction de prévisions économiques et financières à court terme et repose sur une maximisation de la relation rendement/risque.

Retour sur l'investissement

Les bénéfices réalisés avec un investissement. Le ratio de retour sur l'investissement est le pourcentage obtenu par le quotient des bénéfices réalisés et du montant investi. Par exemple, un investissement de 1 000 $ produisant un bénéfice de 150 $ par année aura un retour sur l'investissement de 15 %.

Revenu gagné

Aux fins de l'impôt, le revenu gagné d'un particulier se compose en général de ses revenus d'emploi et de certains avantages imposables. Le calcul du plafond des cotisations versées à un REER est basé sur le revenu gagné.

Risque

Possibilité de perte future.

Risque de marché

Le risque de marché correspond aux fluctuations des marchés boursiers. Il est particulièrement apparent à court terme, alors que ces fluctuations influencent grandement la valeur des placements. Cependant, l’incidence des fluctuations sur vos placements s’amoindrit avec le temps.

Risque spécifique (risque diversifiable)

La portion du risque qui fait en sorte que la valeur du titre ou du portefeuille monte ou descende, indépendamment de sa relation avec le marché.

Risque systématique (risque non diversifiable)

La portion du risque encouru par un titre ou un portefeuille de par son lien avec le marché. Connu également sous le nom risque de marché. La mesure du risque systématique est le coefficient bêta.

S

Société de gestion

Firme responsable des placements du portefeuille d'un fonds commun ou de la gestion du fonds ou de ces deux aspects. La rémunération de la société est fondée sur un pourcentage de l'actif total du fonds.

Société d'investissement

Organisme qui emploie son capital à l'achat de titres d'autres organismes. Il en existe deux types principaux : les sociétés d'investissement à capital fixe et les organismes de placement collectif, eux-mêmes divisés en deux catégories selon qu'ils sont constitués en société ou en fiducie, soit les sociétés d'investissement à capital variable et les fonds communs de placement. Les actions des sociétés d'investissement à capital fixe peuvent facilement être transférées sur le marché ouvert comme n'importe quelle action. Les organismes de placement collectif vendent leurs propres titres aux épargnants et ne sont pas inscrits à la cote. Ils émettent des parts au fur et à mesure que les gens en demandent.

Société par actions

Forme d'entreprise créée en vertu de lois fédérales ou provinciales, qui a une identité juridique distincte de celle de ses actionnaires. Ces derniers ne sont responsables des dettes de la société que jusqu'à concurrence du capital qu'ils y ont investi.

SPDR

Ce sont des certificats d'actions étrangères liées aux indices de Standard & Poor's. Ils permettent à un investisseur d'acheter des participations dans les sociétés faisant partie de l'indice S&P 500 moyennant un seul titre.

Stratégie d'investissement

Cette description, fournie par les compagnies de fonds, vous expose la stratégie du gestionnaire pour atteindre les objectifs de son fonds.

Style - Analyse des écarts de taux (revenu fixe)

Principalement utilisée pour la gestion des fonds d'obligations provinciales et corporatives, cette approche met l'accent sur l'analyse approfondie du risque de crédit d'un émetteur. Le rendement offert est ensuite mis en relation avec le niveau de risque déterminé afin d'identifier toute anomalie, de manière à pouvoir en tirer partie. Un titre offrant un rendement supérieur au marché pour le niveau de risque identifié sera privilégié. Le gestionnaire peut changer régulièrement le pourcentage alloué à chaque classe d'obligations (corporatives, provinciales, fédérales) selon ses prévisions économiques, espérant profiter de l'agrandissement ou de la réduction des écarts de rendements offerts entre ces classes. Par exemple, s'il prévoit une récession, il pourrait augmenter sa proportion en obligations fédérales et s'il prévoit une forte croissance économique, augmenter sa proportion en obligations corporatives. Cette approche est souvent utilisée pour les fonds à haut rendement.

Style - Anticipation de taux (revenu fixe)

Selon cette approche, le gestionnaire modifie l'échéance moyenne et, par conséquent, la durée de son portefeuille d'obligations, selon sa vision quant aux mouvements futurs des taux d'intérêt. Une hausse prévue des taux entraînera une diminution de l'échéance moyenne alors qu'une baisse nécessitera un prolongement de celle-ci. L'amplitude des variations apportées au portefeuille déterminera l'agressivité du style de gestion.

Style - Approche ascendante (bottom-up) (actions)

Cette approche se concentre sur les entreprises, sans accorder une grande importance à l'industrie dans laquelle elle évolue. Contrairement à l'approche descendante, les tenants de ce style croient qu'une entreprise démontrant une qualité distinctive offrira un rendement supérieur à long terme, peu importe son secteur d'activité ou son pays.

Style - Approche descendante (top-down) (actions)

Selon cette approche, la gestion s'effectue principalement à l'aide d'analyse macro-économique. Il s'agit de déterminer les secteurs ou les pays, si on parle de gestion internationale, qui sont susceptibles d'offrir les meilleurs rendements. Les tenants de cette approche considèrent que la croissance générale d'un secteur ou d'un pays aura une forte influence sur la croissance du titre boursier. Autrement dit, il serait préférable d'opter pour les actions d'une entreprise œuvrant dans un secteur ou une économie en croissance, plutôt qu'une autre qui, prise individuellement, semble de meilleure qualité, mais œuvre dans un environnement défavorable.

Style - Croissance (actions)

Les gestionnaires préconisant cette approche sont prêts à payer un prix plus élevé pour les bénéfices futurs, car les perspectives de croissance du titre sont supérieures à la moyenne. À l'opposé du style valeur, le potentiel de la compagnie est bien connu du marché, ce qui fait que le prix de l'action est relativement élevé par rapport aux bénéfices enregistrés. Par conséquent, un ratio cours/bénéfices plus élevé est généralement observé pour les gestionnaires favorisant ce style.

Style - Momentum (actions)

Selon ce style, il s'agit de tirer profit du momentum haussier d'un titre. On recherchera des compagnies qui, non seulement affichent une croissance de leurs bénéfices, mais également une augmentation du rythme de croissance. Ce type de gestion est considéré particulièrement agressif car, au moindre ralentissement de la croissance, si minime soit-il, le titre est vendu. Ce style est donc caractérisé par des transactions fréquentes et l'investisseur bénéficie alors très peu de report de gains en capital.

Style - Rotation de secteur (actions)

Ce style découle directement de l'approche descendante. Un gestionnaire œuvrant dans un tel cadre tentera d'identifier les secteurs offrant le meilleur potentiel et y investira en plus grande proportion comparativement à la répartition de l'indice de référence. Cette approche est jugée plus agressive car elle augmente la volatilité des rendements comparativement à l'indice de référence. Il est effectivement facile de s'imaginer que lorsque le gestionnaire surpondère les bons secteurs, la performance est excellente et que, lorsque les secteurs surpondérés sont mauvais, les rendements sont décevants. Ce style est caractérisé par des transactions fréquentes afin de suivre le cycle économique. L'investisseur bénéficie donc très peu de report de gains en capital.

Style - Valeur (actions)

Les gestionnaires privilégiant ce style rechercheront des compagnies dont le ratio cours/bénéfices est sous-évalué selon eux. Une hausse du prix d'une telle action passera par une augmentation du ratio cours/bénéfices à mesure que la valeur présente dans la compagnie sera reconnue par le marché. Cette valeur ne sera pas représentée par une augmentation fulgurante des résultats financiers mais, plutôt, par une reconnaissance d'éléments autres, tels qu'une position concurrentielle avantageuse, une technologie supérieure ou une équipe de gestionnaires exceptionnelle.

T

Taux d'escompte

Taux auquel la Banque du Canada accorde des prêts à court terme aux banques à charte et aux autres établissements financiers. C'est le taux de référence pour les taux préférentiels fixés par les établissements financiers.

Taux d'intérêt nominal

Taux d'intérêt annuel stipulé dans un contrat d'émission d'obligations à coupons.

Taux de rendement courant

Le taux de rendement annuel que rapporterait à un épargnant un titre acheté au prix du marché. Il est égal au quotient du revenu annuel par le cours du titre. Parfois appelé rendement du capital investi (RCI).

Taux de roulement

Représente la fréquence à laquelle un gestionnaire renouvelle son portefeuille. Par exemple, un taux de roulement de 200 % sur une année signifie qu'il a complètement renouvelé son portefeuille deux fois, tandis qu'un taux de roulement de 50 % signifie qu'il n'en a renouvelé que la moitié.

Taux marginal d'impôt (taux d'imposition marginal)

Taux d'imposition qui s'applique à la tranche la plus élevée du revenu imposable.

Taux préférentiel

Taux d'intérêt demandé par une banque à charte à ses emprunteurs les plus solvables.

TIP et HIP

Un TIP ou un HIP est une part dans un fonds composé d'un panier d'actions visées par un indice. Le TIP porte sur l'indice TSE 35 et le HIP sur le TSE 100. Les fluctuations du TIP, par exemple, suivent celles de l'indice TSE 35. Le TIP vaut un dixième de la valeur de l'indice, plus les dividendes courus. Si le TSE 35 est coté à 350, un TIP aura une valeur liquidative d'environ 35 $ plus les dividendes courus. Le HIP a la même structure que le TIP, mais sa valeur est reliée au TSE 100.

Titre

Instrument d'investissement offert par une société, un gouvernement ou un autre organisme. Parmi les titres, mentionnons les actions ordinaires et privilégiées, les titres d'emprunt et les parts de fonds communs de placement.

Titre d'emprunt

Titre par lequel l'investisseur prête de l'argent à l'émetteur qui promet de rembourser le capital, majoré des intérêts. Parmi les titres d'emprunt, mentionnons les obligations, les débentures, les bons du Trésor et le papier commercial.

U

Union européenne

Créée en 1992 par le Traité de Maastricht, elle regroupe les 15 pays suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède.

V

Valeur actualisée

Valeur actuelle d'une somme à recevoir dans le futur.

Valeur au marché

Prix auquel serait probablement vendu un titre dans un marché libre.

Valeur au pair

Valeur attribuée à une obligation ou à une action. La valeur au pair d'une action ordinaire a généralement peu de rapport avec son cours et les actions «sans valeur nominale» sont maintenant très répandues. La valeur au pair d'une action privilégiée est importante, car elle indique le montant auquel chaque action privilégiée aura droit en cas de liquidation de la société.

Valeur comptable (valeur au livre)

Prix d'acquisition d'un investissement, majoré du revenu réinvesti. La valeur comptable sert souvent au calcul du pourcentage de contenu étranger d'un régime enregistré.

Valeur de premier ordre

Terme désignant ordinairement les titres de participation de première qualité.

Valeur de rachat

Somme qu'un assuré peut récupérer lors de l'annulation volontaire d'une police d'assurance-vie.

Valeur intrinsèque

Partie du prix d'une option d'achat ou d'un bon de souscription égale au montant par lequel le cours du titre dépasse le prix de levée de l'option d'achat ou le prix d'exercice du bon de souscription.

Valeur liquidative

Dans un fonds commun de placement (constitué en fiducie ou en société), valeur de l'actif net déterminée quotidiennement sur la base de la valeur marchande du portefeuille de la société, diminuée des éléments du passif. Aussi appelée valeur nette ou valeur de l'actif net.

Valeur liquidative par part ou par action (valeur nette par part ou par action)

Quotient de la valeur liquidative d'un fonds commun de placement par le nombre de parts ou d'actions en circulation. Cette valeur représente la valeur de base d'une part ou d'une action.

Valeur marchande

Prix dont conviendraient deux parties compétentes agissant en toute liberté. Tient lieu de norme d'évaluation d'un bien dans les cas de disposition présumée.

Valeur nominale

Valeur d'une obligation ou d'une débenture indiquée sur le certificat et qui correspond généralement à la somme que l'émetteur s'engage à rembourser à l'échéance.

Vente à découvert

Vente de titres que l'on ne possède pas. Opération spéculative qui s'explique par l'espoir qu'a le vendeur à découvert de voir le cours des titres vendus chuter et ainsi de pouvoir les acheter à un prix inférieur, ce qui lui permettrait de se couvrir et de réaliser un profit.

Volatilité

Mesure de la fluctuation du cours d'un titre sur une période donnée. Cette mesure est généralement exprimée par l'écart-type des fluctuations quotidiennes du cours d'un titre sur une base annuelle.

Communiquez avec nous par courriel

(514) 394-5555 (région de Montréal) 
ou ligne sans frais 1 888 TelNat-1 

Pour consulter tous nos formulaires d'adhésion, visitez notre section "Demandes en ligne" ou rendez-vous à notre succursale Banque Nationale la plus près.